Les systèmes socialistes et l'évolution économique - Deuxième partie : Les faits. L’évolution économique - Livre IV : Les inductions tirées des faits

De Librairal

Chapitre 17. Les systèmes devant les faits.

Les sociétés civilisées s'acheminent-elles vers un régime de pur individualisme et de laisser-faire, comme les uns le prétendent ? Sont-elles, au contraire, entraînées vers le socialisme, comme l'affirment les autres? L'étude précédente sur le développement des organes économiques nous fournira peut-être les éléments d'une réponse. Après quelques observations consacrées à l'individualisme, nous aurons à revenir sur les divers systèmes socialistes, non plus pour les étudier en eux-mêmes et dans leur fonctionnement théorique, mais pour vérifier si l'évolution leur est favorable.


Section 1. Individualisme.

La thèse individualiste d'Herbert Spencer et de M.de Molinari paraît justifiée par les faits, lorsqu'elle représente la structure sociale de l'avenir comme devant être formée par un réseau d'innombrables associations reliées entre elles par des liens multiples et entre-croisés.

Mais, à d'autres égards, la pure doctrine libérale, mise en échec par la croissance des fonctions économiques de l'État et des communes, se montre insuffisante et semble déjà vieillie. Sa faiblesse est de compter, en toute circonstance, sur la vertu souveraine de la libre concurrence pour réaliser le progrès par la survie des plus aptes, et d'admettre qu'il suffit d'établir la liberté des contrats et l'égalité des droits pour assurer le jeu bienfaisant des harmonies naturelles; son erreur est de supposer qu'un régime d'individualisme absolu, dans lequel l'État sera réduit aux seules fonctions de sécurité, s'imposera nécessairement un jour par la supériorité des sociétés qui le pratiqueront. Contre cette conclusion proteste l'expérience de la civilisation contemporaine.

Il serait sans profit, je pense, de reprendre ici une discussion épuisée sur la théorie classique de l'harmonie des intérêts légitimes; et à vrai dire, une thèse qui a besoin, pour atteindre son but, d'admettre dès le principe que les seuls intérêts légitimes et bien compris de l'individu sont ceux qui sont conformes à l'intérêt général, échappe à toute discussion par son caractère tautologique. Mais, pour se rendre compte des raisons pratiques qui ont entraîné l'État à multiplier ses attributions économiques, il est encore utile de voir comment l'individu s'est montré de nos jours impuissant à réaliser le bien général par ses propres forces dans un milieu de libre concurrence.

Les besoins collectifs de notre époque sont devenus beaucoup trop complexes pour que la politique individualiste ait réussi à les satisfaire. Les oeuvres d'initiative privée ne pouvaient suffire aux sociétés modernes dans les services d'intérêt général qui ne sont pas rémunérateurs : culture scientifique, enseignement populaire, assistance, transports et correspondances dans les régions écartées, etc. C'est ainsi que, en dehors des résultats obtenus par les coopératives dans certains pays, et malgré les efforts d'une petite phalange d'hommes de bien, l'initiative privée s'est montrée d'une lamentable insuffisance dans l'amélioration des logements ouvriers. De même encore, la prévoyance individuelle et l'action patronale sont restées incapables de résoudre le problème des retraites ouvrières, partout où l'État n'est pas intervenu pour imposer l'obligation de l'assurance, ou au moins pour contribuer à ses charges.

Il y a plus; dans maintes circonstances où l'intérêt particulier se confond visiblement avec un intérêt plus général, l'individu se dérobe encore, s'il sait qu'il ne doit pas recueillir le bénéfice exclusif de ses efforts, et que leur succès dépend du concours des autres intéressés. S'agit-il d'une mesure de défense commune contre un fléau, d'un travail d'irrigation destiné à améliorer toute une région, d'une entente en vue d'éviter la surproduction et l'avilissement des prix, d'un accord sur la diminution de la journée de travail ou la fermeture des magasins le dimanche ? Toujours il suffit de la résistance égoïste et de l'inertie de quelques individus pour paralyser la bonne volonté de tous les autres, qui joueraient un rôle de dupes s'ils étaient les seuls à faire les sacrifices. Aussi est-il nécessaire, lorsqu'il s'agit d'un sérieux intérêt social, qu'une action coercitive vienne coordonner les efforts et briser les résistances.

Il est donc bien évident aujourd'hui que l'individu, lors même qu'il multiplie ses forces par l'association, ne saurait suffire à toutes les tâches, et que l'État, s'il restait inactif, laisserait en souffrance des intérêts généraux que l'homme civilisé considère comme essentiels à son bien-être ou à sa culture.

D'autre part, la libre concurrence, cette panacée universelle des individualistes, n'a pas réalisé tout le bien qu'on en attendait. Il serait absurde de nier les immenses services qu'elle a rendus en donnant à la production un merveilleux essor et en accélérant la mise en exploitation du globe. Il serait tout aussi injuste de méconnaître le rôle éminent des individualités énergiques et des « capitaines d'industrie », dont l'esprit d'entreprise et de conquête a pu se développer à la faveur d'un régime de liberté. Et pourtant, il faut bien reconnaître aujourd'hui, en présence de certains faits, que la concurrence n'est pas toujours un élément de progrès social.

La concurrence tourne à l'abus, lorsqu'elle abaisse les prix d'une marchandise au point d'éliminer tout profit pour les producteurs. Certes, il n'y a de progrès que par le sacrifice des établissements mal outillés, mal dirigés, incapables de suivre les transformations économiques; il faut s'incliner devant cette loi rigoureuse, et l'État qui chercherait à protéger les entreprises les plus faibles contre le mouvement naturel de la civilisation manquerait son but ou compromettrait gravement les intérêts généraux. Mais quand la concurrence est telle que, dans une industrie tout entière, elle abaisse les salaires indispensables aux travailleurs et supprime les profits qui sont la raison d'être des entreprises, elle devient malsaine et succombe sous ses propres excès en donnant naissance au monopole. Il appartient alors à l'État de prendre en mains la cause du public, et d'établir pour sa défense des garanties que la concurrence a cessé de lui donner. Toute l'argumentation des individualistes a été êchafaudée jusqu'ici sur l'hypothèse de la persistance indéfinie de la concurrence dans un milieu libre. Il faut maintenant considérer en face l'hypothèse, devenue une pressante réalité, où il ne reste sur le champ de la lutte industrielle qu'un seul grand établissement, laissant à peine aux petits les reliefs dont il n'a pas voulu.

Le mal n'est pas seulement dans l'abolition de la concurrence; il est parfois dans son oeuvre même. On observe certaines circonstances où, par un singulier renversement des choses, la concurrence produit une sélection à rebours. C'est ainsi que, dans les métiers où le machinisme n'est pas encore assez perfectionné pour avoir supprimé le travail à la main, la concurrence entre détaillants, entre entrepreneurs, entre intermédiaires, entre travailleurs à domicile trop nombreux et inorganisés, aboutit en dernière analyse aux misérables conditions du sweating-system, à cette plaie sociale d'un métier qui absorbe plus de force vitale qu'il n'en restitue. Et c'est justement le bon marché des produits du travail à domicile, résultant d'une exploitation à outrance des travailleurs, qui entrave le développement du machinisme et des industries saines où les ouvriers peuvent trouver des conditions humaines d'existence. Pour sortir de ce cercle de fer, pour échapper à ces nécessités objectives qui dissimulent de véritables rapports de servitude, il faut autre chose que le jeu naturel et libre des forces aveugles; il faut l'action extérieure d'une force consciente et réfléchie, qui ne peut être que la puissance publique au service des faibles.

Dans les rapports de classes entre employeurs et employés, la concurrence vitale n'a plus les mêmes caractères que la concurrence entre entreprises rivales se disputant un marché; suivant l'observation excellente de M. Effertz, il s'agit plutôt alors d'une lutte pour la domination que d'une lutte pour l'existence. Dans cet ordre de relations, il n'y a plus aucune raison pour considérer l'écrasement des faibles comme une condition du progrès social; lorsque les travailleurs succombent devant la puissance du capital, le triomphe de l'argent n'a plus rien de commun avec la sélection des plus aptes.

A cet égard, on a donc raison de dire que le principe de vie et de progrès, pour les sociétés comme pour les organismes, se trouve dans la coordination, la coopération et l'équilibre des forces, et non pas dans la lutte meurtrière et la subordination des plus faibles. Si la classe ouvrière, ou une partie d'entre elle, est impuissante à établir cet équilibre par ses propres efforts, le régime du laisser faire ne peut être que la liberté de l'oppression; c'est l'exploitation sans frein de la femme et de l'enfant dans l'industrie, la dépression physique et intellectuelle d'une population ouvrière mal nourrie, mal logée, surmenée de travail et placée dans les pires conditions d'hygiène et de moralité, c'est le dénuement absolu pour ceux qui deviennent incapables de tout travail; en sorte que le pur système individualiste, qui se propose d'exalter les énergies individuelles, aboutit en réalité, dans les sociétés industrielles, à l'affaiblissement de la race et à l'abaissement des caractères pour le plus grand nombre. Si donc il est vrai que le surmenage et l'extrême misère sont des états où se dissout fatalement toute énergie, les mesures de contrainte et de protection qui en défendent l'individu, loin de porter atteinte à l'individualisme, sont des mesures de salut qui préservent les sources de l'activité individuelle.

Aussi la conscience moderne se soulève-t-elle contre les conséquences extrêmes de la libre concurrence dans les rapports de classes. Les grands principes de l'égalité devant la loi, de la liberté du travail, de la liberté des contrats, lui paraissent illusoires et ne peuvent plus lui suffire, s'ils ne recouvrent que l'oppression de ceux qui vivent de leur salaire journalier.

Car ce n'est plus l'heure de s'enfermer dans des abstractions, il faut descendre au fond des réalités; et là, en présence des faits, comment ne pas reconnaître que la politique du laisser faire, en dépit de sa neutralité apparente, a pour résultat effectif de favoriser les intérêts de la classe qui, par sa possession même, est seule en situation de tirer profit de la libre concurrence? Cette politique n'apparaît-elle pas dès lors comme inspirée par des vues particulières plutôt que par le souci des intérêts sociaux, qui sont les intérêts du plus grand nombre? Si nous cherchons la vérité d'un coeur sincère, il nous faut faire effort sur nous-mêmes pour nous soustraire à l'influence inconsciente de l'intérêt de classe, et pour nous mettre en garde contre l'optimisme satisfait qui est à la base du libéralisme économique.

Faire la critique de cet individualisme négatif qui refuse à la collectivité personnifiée dans l'État toute mission protectrice et tout rôle civilisateurs, c'est expliquer pourquoi l'État moderne a si largement étendu son intervention tutélaire au profit des travailleurs. La pression de la concurrence universelle et la prépondérance des facteurs matériels de la production dans la grande industrie altéraient trop gravement la condition des salariés pour que l'État pût laisser le capital régler en toute liberté ses rapports avec le travail. Loin que les législateurs modernes aient procédé dans cette voie par esprit de système, il leur a fallu au contraire, pour s'y engager et s'y maintenir, triompher de l'esprit de système. Les faits ont été plus forts que les dogmes économiques, et les législateurs ont dû, soit inconsciemment, soit même à leur corps défendant, céder a la sourde poussée des besoins nouveaux. Ni les protestations des doctrinaires, ni les résistances des intéressés, ni les déclarations hautaines sur l'inefficacité des lois de contrainte, ni les prophéties des hommes compétents sur la décadence inévitable de l'industrie nationale, renouvelées en tous pays à chaque étape nouvelle de la législation ouvrière, n'ont pu arrêter l'irrésistible élan; les partisans du laisser faire, dans leur opposition sans gloire aux réformes démocratiques les plus nécessaires, ont été réduits à l'impuissance.

Les résultats de la législation ouvrière sont venus donner un démenti particulièrement sensible à la thèse évolutionniste des individualistes, d'après laquelle le triomphe du laisser faire doit être assuré par la survie, dans la concurrence internationale, des États qui laissent aux forts la pleine liberté d'assurer leur puissance et de recueillir le bénéfice de leur supériorité. Les États qui l'emportent dans la concurrence sont au contraire ceux dont la législation protège le mieux les travailleurs contre les effets déprimants de la lutte pour la vie et contre les abus de la puissance du capital.

La réglementation du travail et les assurances ouvrières ne sont pas les seuls objets sur lesquels s'exerce l'activité de l'État; dans la plupart des domaines, commerce extérieur, spéculation et accaparement, monnaie métallique et fiduciaire, assurances, régime agraire exploitation des mines et des voies ferrées, etc., l'État moderne étend son ingérence administrative ou fiscale, dans le but de protéger certains intérêts collectifs qui seraient compromis par la libre action des individus. Du même pas, l'État, et surtout les communes, élargissent la sphère de leurs entreprises industrielles. Que cette politique soit toujours heureuse dans ses résultats, c'est une question discutable suivant les cas particuliers; qu'elle ait tendance à s'accentuer partout, sans régression notable dans aucun pays, c'est un fait incontestable, qui contredit directement les principes et les prévisions de l'école individualiste.

Les esprits qui ne savent ni saisir les ensembles, ni remonter aux causes premières des grands phénomènes de masses, attribuent volontiers les événements extérieurs, signes visibles des larges évolutions, à l'action de quelques personnalités dirigeantes. Ce serait faire preuve de la même faiblesse que d'imputer la croissance des fonctions économiques de l'État moderne au caprice de quelques politiciens infatués de leur pouvoir. Il s'agit là d'un phénomène trop universel et trop durable pour qu'il soit permis d'y voir l'oeuvre artificielle d'un législateur ignorant et maladroit; on se trouve, à n'en pas douter, en présence d'un grand mouvement, historique dont les causes sont intimement liées à l'évolution générale.

Il semble donc que des philosophes évolutionnistes, des hommes attachés à la méthode historique, devraient cesser de considérer l'extension de l'État comme un simple accident, pour y reconnaître le développement normal d'une force essentielle de la civilisation moderne. Il n'en est rien cependant, et si les représentants de la doctrine individualiste se trouvent obligés aujourd'hui de reconnaître un état de fait aussi contraire à leur idéal, beaucoup d'entre eux, même parmi ceux qui se flattent de n'employer que la méthode expérimentale, refusent encore de l'accepter comme le produit d'une évolution régulière. Herbert Spencer, dans ses derniers écrits, considère cet accroissement de l'État comme un recul passager de la société vers le type militaire de la coopération forcée et de la discipline coercitive; et pour faire entrer ce phénomène de régression dans les cadres de son système, il cherche à l'expliquer en invoquant la loi du rythme.

Il faudrait cependant se fixer sur les obligations de la méthode historique. Sans doute, le philosophe réaliste ne s'interdit pas de juger les événements et les hommes; bien au contraire, il les apprécie constamment, en prenant pour base de ses jugements les données positives de l'observation. Mais s'il est en face d'un phénomène général et persistant qui se retrouve chez tous les peuples placés dans des conditions semblables, qu'il s'agisse de l'extension de l'État ou du mouvement démocratique des sociétés modernes, sa méthode l'oblige à s'incliner devant les faits, et à en rechercher les causes sans incriminer les hommes. Choisir alors entre les faits pour glorifier les uns et condamner les autres, n'est-ce pas révéler qu'on procède au fond d'un système dogmatique auquel on subordonne les faits?

En réalité, nous surprenons ici, chez des penseurs positivistes qui se croient fidèles à la méthode des sciences expérimentales, un emploi abusif de la méthode déductive dans le domaine de la politique sociale. Sur la foi de quelques faits soigneusement triés, la maxime du laisser faire est généralisée, érigée en règle absolue; de simple précepte de politique contingente, elle se transforme en une loi naturelle d'ordre scientifique, à laquelle les sociétés humaines ne sauraient se soustraire sans renoncer au progrès et encourir la ruine. Le principe posé, toutes les conclusions en découlent par déduction, fournissant à tous les problèmes compliqués de la vie sociale une solution simple, logique et élégante.

On conçoit donc que des esprits rationalistes et systématiques, habitués aux constructions logiques, se soient laissé séduire par l'harmonieuse simplicité d'une doctrine dans laquelle ils espéraient trouver un repos d'esprit définitif. Mais dès qu'ils ont voulu, comme Taine, serrer de plus près le problème, ils se sont aperçus qu'il était impossible d'enfermer l'action de l'État dans une formule aussi étroite que la protection de la sécurité; ils ont dû l'élargir au point de lui faire perdre toute portée sérieusement limitative, et ils ont eux mêmes ouvert la porte à l'empirisme.

Certes, c'est un beau rêve que celui du progrès par les seules voies de la liberté. Ce fut l'idéal des économistes libéraux du XIXème siècle, de cette grande école qui compta tant d'hommes éminents par leur caractère et leur talent, et qui exerça une si large et si légitime influence sur les esprits cultivés. Mais la morale sociale se transforme avec les conditions de la vie; une doctrine qui convenait aux premiers âges de la grande production, lorsqu'il était nécessaire de la délivrer des réglementations et des privilèges de l'ancien régime, peut perdre sa signification historique et devenir à son tour une entrave pour des progrès ultérieurs. Ainsi en est-il advenu pour l'individualisme négatif; sur des points essentiels, la puissance des faits a ruiné la théorie du laisser faire et renversé ses prévisions.

Section 2. Collectivisme pur et socialisme d'Etat intégral.

Pour les collectivistes, socialisation intégrale des moyens de production et éablissement d'un mode socialiste de production et d'échange sont des événements non pas probables, mais certains. Une doctrine qui procède par de telles affirmations justifie-t-elle ses prétentions scientifiques? Les socialistes modernes croient observer fidèlement les méthodes des sciences positives, parce qu'ils présentent ce régime de l'avenir non pas comme une conception arbitraire de l'esprit, mais comme le terme fatal d'un procès historique déterminé par des forces immanentes. Il faut donc recourir à l'observation pour apprécier si l'évolution s'accomplit effectivement en ce sens.

Le collectivisme pur, par la constitution propre de son système de la valeur, forme un bloc indivisible d'une rigoureuse unité, qui ne comporte aucune survivance du mode actuel des échanges; il est impossible, nous l'avons vu, que l'avènement du collectivisme pur se fasse graduellement. Au contraire, le socialisme d'Etat, qui laisse subsister le régime actuel de la valeur marchande, pourrait s'établir par extension successive des exploitations publiques aux dépens des entreprises privées, jusqu'à la socialisation complète de la production. Si donc on entend par révolution sociale une transformation radicale et simultanée de la propriété et de la production, on dira que le collectivisme pur ne se conçoit pas sans révolution, tandis que le socialisme d'État intégral pourrait se fonder aussi bien par évolution progressive que par révolution. Révolution ou évolution, la forme même du collectivisme se trouve impliquée dans ces deux termes. Il s'agit de savoir si le collectivisme intégral, sous l'une quelconque de ses formes, trouve dans l'état social actuel des conditions déterminantes, ou au moins des circonstances favorables à sa réalisation par une voie ou par l'autre.


§1. La thèse de l'effondrement; révolution et crises.

Envisageons d'abord l'hypothèse d'une transformation totale de l'organisation économique s'opérant d'un seul coup; comment pourrait- elle s'accomplir? Serait-ce par la force, à la suite d'une défaite nationale, d'une grève générale ou d'une émeute victorieuse donnant la dictature au prolétariat? Serait-ce d'une manière pacifique, par la voie du suffrage universel et après la conquête régulière des pouvoirs publics par le prolétariat? Actuellement, il n'y faut pas songer, en France moins peut-être qu'ailleurs; trop d'intérêts s'y opposent pour qu'une transformation radicale puisse être seulement tentée, surtout par la violence. Si l'on considère, à côté du nombre des possédants, la multitude des entreprises privées de tout genre, agricoles, industrielles, commerciales, maritimes, voiturières et autres, on conviendra qu'il s'agirait aujourd'hui de tout autre chose que de l'expropriation de quelques usurpateurs par la masse. Une expropriation globale, même avec indemnité, provoquerait des résistances passionnées dans une fraction considérable de la population.

Paysans propriétaires, fermiers, petits industriels et petits commerçants, agents et employés de tout genre qui sont venus grossir les rangs des classes moyennes, sont en immense majorité hostiles à la révolution par intérêt et par tempérament. Dans la petite bourgeoisie, une opposition significative se manifeste déjà contre les lois de protection ouvrière, dès qu'elles atteignent la petite industrie et le petit commerce; que serait-ce, si la classe moyenne se sentait atteinte dans ses oeuvres vives? Chez les populations rurales, les symptômes sont les mêmes; en Suisse, où le référendum populaire assure la prépondérance à l'élément rural, les électeurs des campagnes ont usé de leurs pouvoirs pour faire échouer des réformes ouvrières comme l'assurance obligatoire contre les accidents et la maladie, et pour établir à leur profit un tarif protectionniste. Les classes rurales ne subissent plus passivement comme jadis l'impulsion des grands centres; au contraire, dans les nouvelles conditions des sociétés contemporaines, avec le suffrage universel, la facilité des déplacements, la diffusion de l'instruction, les progrès de l'esprit d'association dans les campagnes, les populations rurales sont destinées à exercer une influence croissante sur la direction politique de leur pays. Aussi paraît-il invraisemblable qu'elles se soumettent à une pression extérieure, et qu'elles se laissent entamer par l'action révolutionnaire des populations industrielles. Encore moins peut-on croire que le paysan renoncera de lui-même un jour à sa propriété et à sa culture indépendante au profit d'une collectivité; pour qui connait tant soit peu la nature du paysan, une telle hypothèse fait sourire.

Parmi les salariés, les ouvriers agricoles, qui forment la majorité, ou au moins une portion considérable de la classe ouvrière, se laissent difficilement pénétrer par la doctrine socialiste, même dans les pays de grande culture capitaliste où le journalier a peu d'espoir d'acquérir une propriété indépendante; c'est encore une masse inerte, sur laquelle on ne peut compter ni pour l'attaque ni pour la défense. Les domestiques, dont le nombre s'accroît avec les progrès de l'aisance, sont attachés à l'ordre social actuel par divers motifs. Les ouvriers à domicile, pour la plupart, restent étrangers à la lutte de classes, et ne participent guère aux agitations du prolétariat de l'usine. Les auxiliaires de la petite industrie, rapprochés de leurs patrons, capables même de s'établir à leur tour, n'ont pas tous l'esprit révolutionnaire. Et même dans la grande industrie, les salariés qui parviennent à une aisance et à une sécurité relatives restent généralement en dehors du mouvement. En Angleterre et aux États-Unis, les grandes unions ouvrières prouvent par leur attitude que la puissance et la maturité de la classe ouvrière ne développent pas chez elle les tendances révolutionnaires; le fait est d'autant plus significatif que ces deux pays sont précisément les plus avancés au point de vue capitaliste, et qu'en Angleterre, où la population rurale est réduite au minimum, les ouvriers d'industrie forment la grande majorité. Les ouvriers anglais et américains n'adhèrent pas à la révolution, parce qu'ils n'y croient pas et la jugent sans lendemain.

Le parti socialiste, il est vrai, fait de nouvelles et précieuses recrues parmi les « intellectuels », qui lui fournissent des cadres et lui donnent une force de rayonnement considérable. Cependant, les marxistes reprochent à ces nouveaux venus leur défaut de combativité, leur aversion pour la lutte de classes et pour la violence révolutionnaire. Au lieu de l'âpreté qui caractérise le parti de la révolution, ils n'apportent dans la lutte que les sentiments traditionnels de leur classe; à part quelques individualités marquantes, qui observent à la lettre l'intransigeance de classe et gourmandent les modérés au nom du prolétariat ouvrier, ce sont en général des réformistes, que M. Kautsky accuse d'accomplir une oeuvre de division et d'affaiblissement.

Bref, si l'on élimine tous les éléments inertes, suspects ou franchement réfractaires, il ne reste, comme ferments révolutionnaires vivaces, qu'un contingent relativement restreint; aussi les purs révolutionnaires, conscients de leur faiblesse numérique et dédaigneux de la masse, renient-ils aujourd'hui le principe de la démocratie. Mais cette minorité ardente, énergique, audacieuse, qui s'accroît certainement avec l'extension du prolétariat industriel, reste néanmoins impuissante en face de l'énorme puissance de stabilité du corps social. Aucun pays peut-être n'est à l'abri d'une surprise de la force; mais, dans nos démocraties modernes, il serait puéril de compter sur le coup de main audacieux d'une minorité pour fonder quelque chose de stable et réaliser une transformation durable de l'ordre social.

On se ferait illusion si l'on concluait, sur la foi de certains indices, à une diminution des forces de résistance au cours de l'évolution capitaliste. Un certain nombre de petits industriels et commerçants sont dépouillés de leur indépendance économique; mais, sur d'autres points, la classe moyenne compense largement ces pertes en s'agrégeant de nombreux salariés. Le socialisme révolutionnaire étend ses succès électoraux dans certains pays; mais, pour apprécier exactement leur signification, il faudrait faire la part des mécontentements de tout ordre qui se traduisent par un vote d'opposition; combien, parmi les électeurs des candidats socialistes, seraient partisans de l'expropriation on masse?

Supposons cependant qu'une majorité sincèrement collectiviste se constitue dans un pays de suffrage universel, qu'elle occupe le Parlement et le gouvernement; pourrait-elle décréter la révolution? C'est une observation banale aujourd'hui, même chez les écrivains socialistes, qu'une révolution sociale ne se fait pas par décret comme une révolution politique; on ne transforme pas subitement par un vote le régime de la propriété, celui de la production et des échanges, tout le mécanisme intime et compliqué de la vie matérielle d'un peuple, toute la constitution économique qui enveloppe les individus et régit les moindres détails de leur existence quotidienne. Établir de toutes pièces un système de centralisation économique dans lequel l'autorité publique gouvernerait la production et la circulation tout entières, avant que le système eût fait ses preuves par une adaptation progressive, ce serait arrêter brusquement la vie de l'organisme qui en subirait l'expérience. Un tel bouleversement des rapports sociaux formés au cours des siècles est en dehors de toute réalité possible. L'idée de révolution, au sens de transformation subite des institutions fondamentales de la société économique, est antiscientifique au premier chef; elle est en opposition avec la loi de continuité qui s'observe dans l'histoire comme dans la nature; elle est contraire aux données des sciences naturelles, qui nous enseignent que la nature ne fait pas de bonds.

Aussi les socialistes dirigeants ont-ils trop de science et d'expérience pour ne pas apercevoir la vanité de la tradition révolutionnaire. Ils répudient solennellement la thèse catastrophique. Il n'est plus un chef du parti socialiste qui attende le succès d'une brusque révolte du prolétariat; il n'en est aucun qui compte sur la paupérisation des masses pour provoquer la catastrophe. Loin de là, à mesure que les faits viennent démentir la théorie de la misère grandissante, on proclame que la transformation sociale doit être l'oeuvre d'un prolétariat affranchi de la misère, moins écrasé de travail, plus instruit et plus conscient.

La foi révolutionnaire, la confiance qu'un ordre nouveau, indéterminé mais désirable, sortira spontanément du chaos provoqué par la grève générale, cette foi s'est cependant maintenue dans quelques pays et quelques milieux, chez certains militants des syndicats ouvriers hostiles à l'action politique régulière et partisans de l'action directe. Des écrivains subtils, et sans bienveillance pour les combinaisons parlementaires, se sont faits les organes de ces aspirations. Plus la cause populaire recueille de sympathies dans les milieux cultivés, plus ces hommes multiplient leurs efforts pour marquer les différences et accentuer les antagonismes. Intellectuels idéalistes, démocrates solidaristes, socialistes réformistes, catholiques sociaux, sont plus maltraités par eux que leurs adversaires directs, les manchestériens à l'union prechée au nom des Droits de l'Homme ou de l'Évangile, on préfère encore la formule Chacun chez soi, chacun pour soi, qui a du moins le mérite d'exclure tout rapprochement de classes. Aussi s'applique-t-on à creuser les fossés sur les points où la confusion pourrait s'établir. L'organisation professionnelle, l'intervention de l'État dans l'intérêt des travailleurs peuvent figurer, par exemple, dans les programmes démocratiques; mais l'esprit de fraternité qui les inspire est directement opposé à l'esprit matérialiste et révolutionnaire des partisans de la lutte des classes. Les interprètes de cette doctrine, bien qu'appartenant eux-mêmes, en général, à une tout autre catégorie que celle des travailleurs, manuels, réservent aux intellectuels leurs épithètes les plus dédaigneuses, et se plaisent à exciter les défiances des travailleurs en présentant tout effort qui n'a pas pour objet d'entretenir l'esprit de haine comme une tentative pour les domestiquer. Tactique naturelle à un parti qui ne peut vivre que de la ferveur révolutionnaire il lui faut accuser son caractère original et préserver son individualité. Et s'il est vrai que le mouvement progressif de la vie résulte du conflit des idées et des forces, quelle que soit la résistance de notre sens moral vis-à-vis d'une politique qui tend à attiser les haines entre les hommes, quel que soit notre jugement sur la valeur scientifique de la doctrine révolutionnaire, peut-être estimerons-nous encore utile qu'il y ait des hommes pour en conserver le dépôt.

Mais en dehors de cette fraction anarchiste par sa tactique, on a su, chez les marxistes même hostiles au réformisme, accepter les récentes leçons de l'histoire et de la science. Il n'est pas question, sans doute, d'abandonner l'idée révolutionnaire; tout en condamnant l'abus qui consiste à transporter dans l'ordre social les lois de la nature physique, telles que la loi de la concurrence vitale ou la loi de continuité, on accepte volontiers le concours des sciences naturelles quand elles fournissent l'exemple de changements de forme soudains comme la naissance. Mais on constate en même temps que ces révolutions, dont la nature nous offre des exemples, sont le résultat ultime d'évolutions lentes qui se poursuivent au sein des organismes; on observe avec raison qu'elles n'interviennent normalement qu'après que les organes de l'être nouveau ont atteint un certain degré de développement. Et de même, on admet que la révolution sociale, pour aboutir, doit être précédée d'une longue élaboration qui en prépare le succès; il lui faut une concentration très avancée des organes de la production, un large développement des associations professionnelles, une forte éducation politique et économique de la classe ouvrière. Dès lors, la révolution sociale perd le sens de la transformation subite pour prendre celui d'une transformation radicale mais progressive, qui s'opère par des voies naturelles. La thèse évolutionnaire, ainsi entendue, se ramène finalement à une thèse évolutionniste.

Nous pourrions donc passer immédiatement à l'étude du point de vue évolutionniste, si nous ne devions, avant de poursuivre, examiner attentivement la thèse socialiste des crises, qui est intimement liée à la thèse révolutionnaire. On affirme, en effet, que le régime capitaliste est condamné, par sa constitution même, à engendrer la surproduction générale, et l'on conclut que le régime sombrera fatalement un jour dans une crise de surproduction plus intense que les autres, qui paralysera ses organes au point de lui rendre la vie impossible; ce sera la catastrophe finale, après laquelle s'imposera le régime de la propriété collective.

Pour les économistes classiques, cette idée de surproduction généralisée est un non-sens. Il peut bien y avoir, à certains moments, excès de production dans une ou plusieurs industries, par la faute des entrepreneurs qui ont mal calculé l'importance relative des besoins sociaux, ou par le fait de la nature qui donne parfois des récoltes imprévues; mais la surproduction dont souffrent certaines industries, la métallurgie et la filature par exemple, signifie nécessairement qu'il y a sous-production dans certaines autres, telles que dans l'industrie minière et les productions alimentaires. Ce sont là des ruptures d'équilibre accidentelles, qui se réparent automatiquement lorsque le jeu naturel des prix entraîne une restriction dans les industries encombrées, ou un accroissement dans celles dont la production est relativement insuffisante.

De même encore, il peut y avoir surproduction des marchandises par rapport à la monnaie, lorsque la monnaie et ses succédanés n'augmentent pas assez vite pour pour maintenir l'equilibre des prix sur un marché où se porte une masse plus abondante de produits agricoles et industriels; la crise monétaire qui se manifeste alors par une baisse générale des prix n'est encore qu'une crise de surproduction partielle , très étendue sans doute, mais non pas générale, puisqu'elle correspond à une sous -production des métaux précieux. Des détraquements accidentels et momentanés sont donc possibles, nul ne le conteste; mais qu'il puisse y avoir surproduction générale portant sur tous les produits à la fois, les économistes le nient absolument. Pour eux, le cas est théoriquement impossible; il ne peut y avoir surproduction sans sous-production. On ne saurait concevoir comment la production simultanément accrue dans toutes ses branches pourrait, à un moment quelconque, dépasser d'une façon absolue la somme des besoins et des pouvoirs d'achat des individus dans la société, puisque ce sont toujours les produits qui, par l'intermédiaire de la monnaie, s'échangent contre les produits. Le surcroît de production chez les uns trouve son écoulement naturel en s'échangeant contre le surplus des autres, puisque la capacité d'achat des uns et des autres se trouve étendue par le fait qu'ils ont une plus grande quantité de produits à offrir. Un accroissement général de la production, s'il est bien équilibré dans toutes ses parties, loin d'être une cause d'engorgement, facilite les échanges par l'extension des débouchés.

Cette théorie si connue des débouchés, à laquelle J.-B. Say a attaché son nom, rencontre cependant d'assez nombreux contradicteurs. La plupart des socialistes la repoussent, et restent attachés à l'idée d'un general glut, d'un engorgement absolu, qui sera naturellement le terme de l'évolution capitaliste, et qui provoquera la rupture définitive de l'enveloppe pour donner naissance à l'ordre nouveau.

Telle est bien, semble-t-il, la pensée d'Engels dans l'Anti-Dühring. Développant sa thèse des antagonismes sociaux et des contradictions économiques suivant la dialectique hégélienne, Engels expose comment la perfectibilité du machinisme moderne, poussée au plus haut degré, se transforme, sous le coup de l'anarchie sociale de la production, en une loi implacable qui force le capitaliste industriel à toujours perfectionner ses machines et à toujours accroître leur force productive, tandis que la capacité d'extension du marché est contrôlée par des lois différentes et d'un effet bien moins énergique. De là les crises, dans lesquelles la collision économique est parvenue à son apogée. Le mode de production se rebelle contre le mode d'échange; la production capitaliste est devenue incapable de diriger dorénavant les forces productives qu'elle a créées, et ces forces productives poussent elles-mêmes de plus en plus impérieusement vers la solution de l'antagonisme, vers l'abolition de leur qualité de capital et vers la récognition pratique de leur caractère réel, celui de forces productives sociales. Le point où l'appropriation des moyens de production et des produits par une classe est devenue un obstacle au développement économique, politique et intellectuel de la société, ce point est aujourd'hui atteint; " La force expansive des moyens de production fait éclater les fers que la production capitaliste leur avait mis "

Cependant on ne trouve là qu'une simple affirmation. Pourquoi la capacité du marché ne s'étend-elle pas aussi vite que celle des forces productives? La question n'est pas résolue, et l'exposé d'Engels resterait incomplet, si l'on ne recourait, pour l'interpréter, à une théorie déjà développée par différents écrivains. Cette théorie, à laquelle Engels se réfère sans doute, est celle de la consommation insuffisante, d'après laquelle il y aurait désaccord constant entre la capacité d'expansion presque illimitée de la production et la capacité d'absorption du marché, qui est au contraire limitée; limitée, en effet, chez la masse des consommateurs, par la faiblesse de leurs moyens d'achat, et, chez les capitalistes, par les bornes naturelles de leurs besoins. Une partie du produit social, correspondant au revenu capitaliste non dépensé, se trouve donc en excès; et ce revenu non dépensé, mis en réserve par l'épargne, se transforme en nouveaux moyens de production qui ne font qu'aggraver pour l'avenir la surproduction

C'est ainsi que Sismondi, Rodbertus, et d'autres écrivains plus récents comme MM. Dûhring, Hertzka et Hobson, ont cherché à montrer qu'il y a surproduction universelle par le fait que les travailleurs ne reçoivent pas le produit intégral de leur travail, et n'ont même qu'une capacité d'achat toujours décroissante. La théorie se trouve, au surplus, expressément indiquée dans certains passages d'Engels et de Karl Marx. « II arrive, dit Engels, que le surtravail des uns engendre le chômage des autres, et que la grande industrie, qui parcourt le globe en quête de nouveaux consommateurs, limite chez elle les masses au minimum de la famine, et détruit de ses propres mains son marché intérieur. » Et Marx, voulant montrer que plus la puissance productive se développe, plus elle rencontre comme obstacle la base trop étroite de la consommation, nous dit: "Quant à la puissance de consommation de la masse, elle dépend non de ce que la société peut produire et consommer, mais de la disttribution de la richesse, qui a une tendance à ramener à un minimum, variable entre des bornes plus ou moins étroites, la consommation de la grande masse; elle est limitée, en outre, par le besoin d'accumulation, d'agrandissement du capital, et d'obtention de quantités de plus en plus fortes de plus-value"; en d'autres termes, la consommation est bornée par la faiblesse du revenu de la classe salariée, et par l'épargne reproductive de la classe capitaliste. Un peu plus loin, Karl Marx dira encore « Actuellement, la cause ultime d'une crise réelle se ramène toujours à l'opposition entre la misère, la limitation du pouvoir de consommation des masses, et la tendance de la production capitaliste à multiplier les forces productives, comme si celles-ci avaient pour seule limite l'étendue absolue de la consommation dont la société est capable. »

Mais Karl Marx et Engels ne pouvaient se contenter définitivement d'une explication aussi imparfaite des crises; car, s'il y avait réellement surproduction absolue par insuffisance de la consommation tenant à l'exiguïté des ressources chez les uns, à la satiété des besoins et à l'épargne chez les autres, on ne comprendrait pas comment la société capitaliste ne souffre pas d'un état de surproduction chronique, au lieu de subir de simples crises passagères; le mécanisme social, incapable de fonctionner normalement, aurait dû se briser depuis longtemps.

Aussi Engels dit-il lui-même, dans un autre passage de l'Anti-Dühring, que si la sous-consommation des masses est une condition essentielle des crises, elle ne saurait pas plus en expliquer la présence actuelle que l'absence antérieure. Et Karl Marx, dans une partie du Capital écrite postérieurement aux passages cités plus haut, déclare nettement que l'explication des crises par insuffisance de consommateurs capables de payer est une pure tautologie; il fait remarquer, dans le même sens, que les crises surviennent précisément à la suite d'une période de prospérité pendant laquelle les salaires étaient au taux le plus élevé.

La thèse de la consommation insuffisante est en effet insoutenable. Quels que soient les progrès de la production, la consommation (productive et improductive) ne lui est jamais inférieure; et s'il arrive parfois que les producteurs sont obligés, pour écouler leurs marchandises, de les vendre au-dessous du prix de revient, cette situation ne se présente que d'une façon accidentelle et temporaire, et n'est nullement la conséquence nécessaire d'un vice constitutionnel du régime économique, ayant son origine dans les inégalités de la répartition capitaliste. Il est bien évident que les salariés ne reçoivent pas en salaires, et ne peuvent dépenser pour leur consommation une valeur égale à celle des produits fournis par leur travail; mais la part du produit social que les salariés ne peuvent acheter faute de ressources suffisantes n'est jamais, pour aucune fraction, en excès sur la consommation si cette part n'est pas totalement dépensée par les capitalistes en consommations improductives, l'excédent qu'ils ont épargné se trouve employé en nouveaux moyens de production et en salaires affectés à la consommation; la totalité du produit social, consistant en objets de consommation et en moyens de production, trouve donc son emploi. L'épargne absorbée par les emprunts d'État s'emploie elle-même en constructions, matériel, etc., tandis que l'épargne affectée à l'achat de titres déjà existants dégage une égale quantité de capitaux, qui se tournent vers la production au lieu et place des capitaux nouvellement épargnés.

Si, à un instant de raison, la surproduction générale par insuffisance de la consommation n'est pas théoriquement impliquée par la constitution du régime économique, elle ne l'est pas davantage dans les instants qui suivent. Peu importe l'accroissement de production qui résulte de l'épargne reproductive réalisée dans la période antérieure; peu importe même l'état stationnaire de la population: les conditions d'équilibre entre la production et la consommation sont toujours les mêmes; le produit social tout entier, comprenant à la fois une plus grande quantité d'objets pour la consommation personnelle, et une plus grande masse de moyens de production pour l'épargne reproductive, peut toujours trouver son placement par voie d'échanges réciproques. Il est possible que les producteurs ne sachent pas se conformer à ces différentes destinations du revenu social, et qu'ils provoquent une crise par surproduction relative sur certains points, accompagnée de sous-production sur d'autres. Mais s'ils observent exactement les proportions entre les objets de consommation réclamés par les consommateurs et les moyens de production réclamés par l'épargne, ils évitent même les crises de surproduction partielle.

La surproduction générale n'est donc pas un mal organique inhérent au régime de la répartition. Aussi Marx tente-t-il par d'autres voies de rattacher les crises à un vice essentiel de l'organisation capitaliste. Tantôt il les attribue à l'expansibilité intermittente du système de fabrique, et à sa dépendance vis-à-vis du marché universel; mais ce n'est là qu'une constatation du phénomène au lieu d'une explication. Tantôt il leur donne pour base matérielle le renouvellement périodique, et généralement décennal des éléments du capital fixe, bien que ce renouvellement ne s'opère pas simultanément dans toutes les industries. Tantôt enfin il les rattache à la baisse continue du taux du profit: "En entraînant la baisse continue du taux du profit, le progrès de la productivité du travail donne le jour à une force antagoniste qui, à un moment donné, agit à l'encontre du développement de la productivité, et ne peut être vaincue que par des crises sans nombre." En effet, poursuit-il, la baisse du taux du profit surexcite nécessairement la concurrence et provoque un redoublement d'activité du capital, puisque chaque capitaliste s'efforce de réaliser, par le perfectionnement des procédés et la multiplication des produits, un profit exceptionnel qui compense les effets de la baisse.

Toutefois il ne s'agit pas là, comme on pourrait le croire, d'une explication nouvelle des crises. Si l'accroissement de la production, accéléré par la diminution du taux du profit, est une cause de surproduction générale, c'est que la consommation s'étend moins rapidement qu'elle; et Marx, pour l'établir, expose précisément ici la thèse de la sous-consommation des masses. Il est donc permis de penser que l'ensemble de la théorie se trouve implicitement condamné par le passage du livre II cité précédemment.

Toute cette question des crises, chez Karl Marx, est traitée d'une façon fragmentaire et obscure, et nulle part nous ne pouvons y saisir la trace d'un antagonisme fondamental qui doive aboutir un jour, par un excès de tension, à la rupture de la forme capitaliste.

Ce n'est pas que Karl Marx ait négligé de faire ressortir la délicatesse de l'organisme. On connaît la théorie magistrale, et d'ailleurs invérifiable, qu'il expose au livre II du Capital pour donner, après Quesnay, un aperçu synthétique de la circulation des richesses, un tableau économique des échanges qui s'effectuent entre les différentes classes de producteurs et de capitalistes. Au cours de cet exposé,

Marx signale avec quelque complaisance les multiples occasions dans lesquelles des crises peuvent se produire. Mais ces crises éventuelles ne seront toujours que des ruptures d'équilibre partielles, des désaccords accidentels entre la production dans certaines de ses branches, et les besoins actuels de la société soit en objets de consommation personnelle, soit en moyens de production nécessaires à l'emploi de la plus-value capitalisée. Ces ruptures, Marx nous montre bien qu'elles ont mille chances de se produire, surtout avec le mécanisme actuel du crédit; mais il ne résulte nullement de son exposé qu'elles soient inévitables, comme tenant à l'essence de l'organisation capitaliste. Marx le reconnaît d'ailleurs implicitement lui-même, par cela seul qu'il décrit, dans le schéma de la reproduction progressive, comment les échanges entre les différentes classes peuvent s'effectuer normalement pendant une durée indéfinie, sans que la capitalisation croissante d'une partie du revenu capitaliste fasse obstacle, à un moment quelconque, à l'écoulement normal de la production tout entière, si cette production est convenablement dirigée. Les crises ne seraient donc, suivant ce thème, que des surproductions partielles et accidentelles, résultant d'erreurs que les producteurs pourraient éviter. Or, J.-B. Say n'a pas dit autre chose.

Nous n'avons donc aperçu nulle part, ni chez Marx, ni chez Engels, une cause inhérente à l'organisation sociale qui doive fatalement entraîner une série de crises de surproduction générale jusqu'à l'effondrement total du régime capitaliste.

Malgré tout, l'école marxiste n'a pas perdu sa confiance dans la crise finale. Engels, dans une note ajoutée par lui au livre III du Capital, en 1892 ou 1893, écarte bien la thèse ancienne de Marx d'après laquelle les cycles périodiques des crises générales, à peu près décennaux jusqu'ici, seraient destinés à se raccourcir graduellement. Il reconnaît que le procès est de plus longue durée, et qu'au lieu d'être universel et uniforme, il se morcelle en périodes différentes dans les différents pays. Mais Engels ne renonce pas à la traditionnelle prophétie sur la catastrophe finale. Pour lui, chacun des éléments qui agissent à l'encontre de la reproduction des anciennes crises (élargissement du marché devenu universel, fin du monopole industriel de l'Angleterre, éparpillement des capitaux à travers le monde, trusts, droits protecteurs) porte en lui le germe d'une crise future beaucoup plus violente que toutes les autres; et plus d'un symptôme semble annoncer que nous sommes aujourd'hui dans la phase préparatoire d'un nouveau krach mondial d'une violence inouïe.

Quant à M. Kautsky, auquel il faut toujours revenir pour avoir le dernier état de la doctrine, son attitude est assez ambiguë. D'un côté, il nous dit que la théorie de l'écroulement n'a pas été formulée par Marx et Engels, et que le mot est de Bernstein. Mais il déclare aussi que la surproduction générale sera le dernier terme du régime capitaliste. Après un passage où il semble reprendre à son compte les thèses vieillies de la sous-consommation des masses et de l'abaissement progressif de leur capacité d'achat, il nous dit que le mode de production capitaliste devient impossible du jour où le marché ne s'étend plus dans la même mesure que la production et où la surproduction devient chronique. Or la surproduction chronique, longtemps retardée par l'ouverture et l'extension du marché international, pèse déjà sur certaines branches de l'industrie anglaise, industrie textile, agriculture, bientôt aussi industrie métallurgique, par le fait de la concurrence des autres nations exportatrices. Surproduction chronique et stagnation générale, voilà donc l'avenir du régime capitaliste, lorsque les pays neufs sauront se suffire à eux-mêmes et cesseront de recevoir le trop-plein des nations industrielles. "On doit en venir fatalement à une telle situation, si l'évolution économique continue de progresser comme elle l'a fait jusqu'ici; car le marché extérieur comme le marché intérieur a ses limites, tandis que l'extension de la production est pratiquement illimitée. Non pas qu'une énorme crise universelle doive survenir très prochainement, ni que le mode de production capitaliste ne puisse tomber avant qu'il en soit arrivé à la période de décomposition; mais a la surproduction chronique irrémédiable représente l'extrême limite au delà de laquelle le régime capitaliste ne peut plus subsister".

Il s'agit donc maintenant, comme dernière limite, non plus d'une crise aiguë et d'une catastrophe soudaine, mais d'une stagnation telle que le mode de production capitaliste devient insupportable pour la masse de la population. Cette perspective d'une surproduction chronique est fondée sur l'idée que le marché, tant intérieur qu'extérieur, a ses limites, qui vont en s'élargissant peut-être, mais jusqu'à un certain point de saturation absolue.

On s'étonne de rencontrer une vue aussi courte chez un penseur comme M. Kautsky. Le marché est évidemment limité en étendue, puisque le monde est physiquement borné; mais il ne l'est certainement pas en profondeur, parce que les besoins de l'homme sont infinis, et qu'ils s'étendent et se diversifient par le progrès de la civilisation. Sur cette base psychologique, il reste vrai que les produits s'échangent d'autant plus facilement entre eux qu'ils deviennent plus abondants et plus variés. Les nations n'ont rien à perdre, sauf quelques anciens monopoles, au développement économique des pays qui leur servent de débouchés; leurs produits d'exportation s'écouleront d'autant mieux que les autres pays pourront leur fournir une contre-partie plus forte.

La théorie de J.-B. Say paraît donc juste en principe. On peut seulement lui reprocher d'être pratiquement incomplète, et de ne pas tenir compte suffisamment de l'écart qui existe, par l'intervention de la monnaie et du crédit, entre les deux opérations constitutives de l'échange des marchandises.

Il faut reconnaître, en effet, que si la théorie des débouchés a rencontré quelque scepticisme dans divers milieux scientifiques et dans le monde des affaires, c'est qu'elle paraît en contradiction avec certains faits d'observation courante. Il serait assurément difficile de citer des périodes de véritable surproduction générale, pendant lesquelles les produits de toute nature, agricoles et industriels, dépassant d'une façon absolue la capacité du marché, seraient restés invendus en masse. Mais on a constaté, à différentes reprises, des crises graves et généralisées pendant lesquelles une partie de la production ne trouvait pas d'écoulement à des prix rémunérateurs.

Il est entendu que les crises ne peuvent avoir pour origine une surproduction générale; les seuls excès de production qui puissent entraîner des crises sont des surproductions partielles, correspondant par ailleurs à des insuffisances de production. Mais il faut convenir que ces crises se sont singulièrement aggravées et multipliées il la suite de la révolution industrielle, depuis que les producteurs, pourvus de moyens puissants et disposant de toutes les ressources du crédit moderne, ont élargi le cercle de leurs affaires et entrepris de produire pour des clients inconnus sur des marchés éloignés. On crée de nouvelles entreprises, on accumule les stocks, sans s'inquiéter si la somme des produits similaires n'excède pas les besoins relatifs de la consommation. Le marché est restreint, on le sait pertinemment, mais on se flatte d'y conquérir une place aux dépens des autres. Par la recherche individuelle du profit et sous l'empire d'une force supérieure, les producteurs provoquent donc eux-mêmes la surproduction dont ils auront à souffrir, avec l'espoir d'échapper personnellement à ses conséquences.

Or ces crises de surproduction, partielles à l'origine, prennent une gravité particulière lorsqu'elles frappent des industries de première importance comme la production du blé, la métallurgie, l'industrie houillère, celle des textiles et quelques autres. Elles se répercutent alors sur de nombreuses industries connexes ou dérivées, sur les banques et le marché financier, et finalement sur les branches de production les plus indépendantes et les plus éloignées, qui se trouvent atteintes elles-mêmes, d'une façon indirecte, par la restriction des consommations qu'entraîne la réduction d'un grand nombre de revenus. Par ces incidences multipliées, la perturbation peut être telle dans les débouchés des autres industries et dans le mécanisme fragile du crédit, que l'organisme économique s'en trouve momentanément paralysé; la crise, issue d'une surproduction partielle, se transforme alors en crise générale.

Même situation possible, avec une origine différente, lorsqu'à la suite de spéculations de Bourse excessives éclate une crise financière d'une intensité exceptionnelle, qui désorganise le crédit et affecte par contre-coup les diverses branches de la production. Il arrive d'ailleurs fréquemment que les deux causes se combinent, et que la crise résulte à la fois des excès de la production et de la spéculation. Mais peu importe la distinction; une crise violente, quelle qu'en soit l'origine, se manifeste sous les mêmes formes; lorsqu'elle est assez grave à son point de départ pour avoir des répercussions prolongées, la stagnation se généralise, les stocks des différentes marchandises restent en magasin, et la situation se présente sous l'apparence bien définie d'une surproduction générale.

La surproduction générale, ou au moins généralisée à de nombreuses industries, apparaît donc ainsi aux périodes aiguës des grandes perturbations non jamais comme la cause, mais comme la conséquence extrême de la crise. La cause première de la crise, c'est toujours une surproduction partielle ou un excès de spéculation financière; la cause immédiate de la surproduction généralisée, c'est le détraquement général du système de la circulation et le resserrement du crédit, c'est-à-dire la crise elle-même. Bien que tous les éléments de la richesse subsistent intacts dans leur existence matérielle et que les besoins de la consommation soient toujours aussi pressants, les machines s'arrêtent, les établissements se ferment, les marchandises accumulées dans les magasins ne s'échangent plus, le lien est rompu entre producteurs et consommateurs, prêteurs et emprunteurs, employeurs et salariés; en un mot, la vie économique semble momentanément suspendue, parce que les organes de la circulation sont désaccordés.

Telle parait être la liaison naturelle des causes et des effets dans le processus des grandes crises, autant du moins qu'on en peut juger dans un sujet aussi délicat et aussi obscur, où les causes premières des phénomènes visibles échappent généralement à l'observation, et ne peuvent guère être saisies que par le raisonnement.

Mais, pensera-t-on, qu'importe cette dissertation théorique sur l'origine des crises? A quoi bon démontrer que les crises ne peuvent être engendrées par une surproduction absolue, s'il existe en fait des crises générales, issues d'autres causes peut-être, mais tellement graves qu'elles présentent à peu près les mêmes caractères et aboutissent en fin de compte à la surproduction générale? La société n'est-elle pas, dans tous les cas, menacée de la même catastrophe au cours d'une crise particulièrement violente?

Il importe beaucoup, au contraire, d'établir que les crises ne sont pas des maladies constitutionnelles inhérentes au régime actuel de la production et de la répartition. Car s'il en était ainsi, les crises seraient non seulement inévitables, mais fatalement destinées, avec l'extension du capitalisme, à s'aggraver progressivement, peut-être même à s'établir un jour en permanence, et à corrompre tout le régime jusqu'à entraîner sa chute. Si au contraire les crises, même les plus violentes, ont pour origine exclusive des erreurs partielles de la production et de la spéculation, si elles ne se généralisent que par l'effet indirect des troubles de la circulation, elles ne constituent que des accidents, funestes sans doute, mais susceptibles peut-être de s'adoucir et de se raréfier, sinon de disparaître totalement.

Or il n'est pas douteux, pour tout observateur attentif, que des facteurs nombreux interviennent dans le monde moderne pour écarter ou atténuer les causes de perturbation. M. Bernstein invoque très justement en ce sens l'accroissement universel des richesses et le perfectionnement du crédit. La production s'accroît parallèlement en tout pays et dans toutes ses branches. La production agricole, dont l'insuffisance a été jadis une cause si fréquente de surproduction industrielle, se développe en surface et en intensité; elle se régularise en même temps, grâce à l'immense extension de l'aire cultivée, assez vaste aujourd'hui pour que les variations des récoltes sur les différents points du globe se compensent à peu près. La production houillère et minérale, celle des textiles et des autres matières premières, suivent docilement la marche ascendante de l'industrie. Les métaux précieux eux-mêmes sont extraits en assez grande abondance pour que le progrès des transactions n'entraîne pas une contraction monétaire. Bref, il ne peut résulter de cet accroissement parallèle des diverses productions qu'une plus grande facilité dans les échanges nationaux et internationaux, et une diminution des risques de surproduction partielle.

Une crise vient-elle néanmoins à éclater? Ses effets sont amortis par l'influence de la richesse acquise. Grâce aux épargnes antérieures, aux subsides fournis par de puissantes associations, aux crédits accordés à la consommation, la crise affecte moins gravement la capacité d'achat de ceux qu'elle atteint. Ses effets sur la consommation devenant moins restrictifs, ses répercussions sont aussi moins violentes et moins lointaines.

D'autre part, les capitaux accumulés ont pris une puissance énorme. Maniés par des banquiers internationaux, les capitaux se portent de toute leur masse sur les points menacés; attirés par la hausse du taux de l'intérêt, ils viennent y maintenir l'élasticité du marché financier. Cette influence préservatrice ou modératrice du crédit par la fluidité des capitaux s'est exercée à maintes reprises dans les trente dernières années; on a vu notamment plusieurs fois, à des époques de tension, certaines Banques nationales prêter leur appui au marché intérieur ou à des banques étrangères. Aussi les crises locales par disette de crédit sont-elles aujourd'hui beaucoup plus rares; elles se trouvent arrêtées avant d'avoir pu étendre leurs effets. Le développement du crédit, qui, à certains égards, peut favoriser les crises en fournissant aux entreprises le moyen de produire à l'excès, est en revanche le préservatif le plus efficace contre les crises financières.

Des circonstances nouvelles interviennent encore pour limiter les crises, au moins à l'intérieur des marchés nationaux. Les brusques irrégularités de la production industrielle trouvent un frein dans la réduction de la journée de travail et l'interdiction légale du travail de nuit. L'intégration qui s'accomplit dans certaines industries permet d'ajuster aux besoins de la production industrielle celle des matières premières et des produits demi-ouvrés; elle écarte donc, à mesure qu'elle se réalise, l'une des causes les plus actives des crises partielles de l'industrie. Les trusts et les cartels, et même, dans une certaine mesure, les coopératives de consommation qui fabriquent elles-mêmes leurs articles, savent limiter la production au niveau des besoins de la consommation intérieure, tandis que les droits protecteurs tendent à écarter les causes extérieures de surproduction. Il est vrai que ces restrictions ont un effet limité au marché national, et que les droits protecteurs peuvent avoir pour résultat d'aggraver la surproduction sur le marche international. Dans le même sens, les cartels et les trusts, multipliant les effets extérieurs de la protection, viennent jouer un rôle perturbateur en jetant au dehors le trop-plein de leur production à des prix qui couvrent peine leurs frais. Mais ces organisations peuvent devenir un jour assez puissantes dans certaines industries pour dominer le marché international, et pour régulariser l'allure de la production dans le monde. Dès aujourd'hui, les États ont le moyen de se protéger contre les prix différentiels des trusts étrangers par le jeu de leurs tarifs douaniers.

Toutes ces causes agissent effectivement. Les crises brusques et aiguës, marquées par de nombreuses banqueroutes et par une perturbation générale du crédit, sont devenues beaucoup plus rares depuis 1870. Après les krachs financiers de Vienne en 1873 et de Paris en 1882, les crises les plus récentes ont eu pour origine la surproduction dans certaines industries importantes, et l'excès des spéculations financières sur les valeurs industrielles. Celles-là ont éclaté principalement dans des pays brusquement envahis par la grande production capitaliste et saisis d'une fièvre de spéculation; c'est la crise Baring, provoquée par la spéculation sur les valeurs de l'Amérique du Sud en 1890; c'est la crise australienne et américaine en 1893; c'est encore, dans une certaine mesure, la crise allemande de 1901. Mais les pays qui ont une production industrielle déjà ancienne sont moins exposés à ces excès et à ces désastres. Ceux qui possèdent un ensemble complexe de productions, ceux dont la prospérité ne dépend pas trop étroitement de leurs exportations, réalisent un état d'équilibre assez heureux qui réduit au minimum les risques de crise générale. Or, toutes les nations tendent aujourd'hui à créer ou conserver chez elles les industries les plus essentielles, et à réaliser plus ou moins complètement cet état d'équilibre.

Dans les pays de civilisation économique avancée, les crises ne sont pas seulement plus localisées et plus rares, mais elles sont aussi moins contagieuses et moins aiguës.

En Angleterre, on n'a pas revu depuis 1866 les paniques qui jusque-là bouleversaient périodiquement le monde des affaires. Il est vrai que les crises aiguës ont été remplacées par des alternatives d'expansion et de dépression économique; mais c'est justement ainsi que le mouvement se régularise. Les phases de contraction économique ont aussi des répercussions sociales moins pernicieuses qu'autrefois. On a observé qu'en Angleterre l'influence des crises sur le nombre des mariages, sur le paupérisme, sur la mortalité et la criminalité, si nettement visible dans les statistiques des districts industriels pendant les second et troisième quarts du XIXème siècle, était à peine sensible depuis 1880; et si les crises ont encore pour effet d'étendre le chômage, elles n'ont plus celui d'abaisser notablement les salaires

L'observation, aussi bien que la théorie, vient donc infirmer la thèse de la nécessité organique des crises, et de leur aggravation fatale jusqu'à la catastrophe finale dans laquelle sombrerait le régime capitaliste. L'hypothèse révolutionnaire d'un effondrement ne s'appuie pas mieux sur le déterminisme économique que sur la présomption d'une action volontaire des hommes.


§2. La thèse évolutionniste.

Les collectivistes se défendent aujourd'hui d'appuyer leur système sur la théorie de la catastrophe; ils sont donc eux-mêmes bien plus évolutionnistes que révolutionnaires. Dans leur doctrine de révolution, ils se montrent très attachés au déterminisme historique; mais ils sont déterministes sans être fatalistes, et admettent plus ou moins libéralement que la volonté humaine, d'ailleurs déterminée par les motifs tirés des circonstances, joue un rôle important parmi les forces qui dirigent l'évolution. Pour eux, la nécessité historique ne doit pas être identifiée avec la contrainte économique exercée par des facteurs purement objectifs; la nécessité du socialisme se fonde non pas sur des forces simplement mécaniques, mais sur l'organisation, la puissance et la maturité du prolétariat (d'ailleurs uni et discipliné par le mode de production capitaliste), et sur l'ensemble des facteurs moraux compris dans l'expression lutte de classes. La conception matérialiste de l'histoire s'élargit et s'assouplit, elle admet les idées morales parmi les agents de l'évolution, et le débat auquel donne lieu l'interprétation du matérialisme historique ne porte plus, parmi les marxistes, que sur la dépendance plus ou moins étroite des facteurs idéologiques vis-à-vis des facteurs économiques. Quels que soient ces tempéraments, l'idée d'évolution déterminée par les conditions objectives du mode de la production reste dominante dans les milieux marxistes. Nous savons ce qu'il faut penser du prétendu développement de l'antagonisme entre les forces productives et la capacité du marché. Mais ce n'est pas là, pour les collectivistes de l'école de Marx, la seule antithèse qui provoque le mouvement historique, ni même la principale. A leurs yeux, la nécessité du socialisme se fonde surtout sur la centralisation croissante des entreprises, parce que cette centralisation accentue la contradiction immanente entre le mode collectif de la production capitaliste, qui réclame la coopération de forces toujours plus nombreuses, et le mode individuel de l'appropriation des produits; elle développe les antagonismes de classes par l'extension du prolétariat, et prépare enfin la socialisation ultérieure des moyens de production.

Il faut reconnaître que des faits nombreux et importants viennent à l'appui de la thèse collectiviste. Partout la concentration fait des progrès rapides, non seulement dans l'industrie manufacturière, mais dans l'industrie des transports, le commerce de détail, la banque, etc. La petite industrie à domicile paraît, il est vrai, se développer sur certains points, dans les métiers où elle n'est pas en concurrence avec la machine; mais elle n'est elle-même qu'une forme d'industrie capitaliste. Aussi observe-t-on dans tous les pays progressifs un accroissement du nombre des salariés, ou plus généralement de ceux qui se trouvent directement ou indirectement sous la dépendance du capital. Les sociétés de capitaux et surtout les coalitions de producteurs, cartels et trusts, sont la forme extrême de ce mouvement de concentration, qui place les plus grandes affaires industrielles sous la domination d'un petit nombre de financiers. Ce courant général n'atteste-t=il pas que Marx a vu juste, lorsqu'il a annoncé la diminution progressive du nombre des potentats du capital, et la facile métamorphose de la propriété capitaliste ainsi concentrée en propriété sociale?

Mais les prophètes grossissent facilement par imagination certains faits remarquables du monde moderne, comme les grandes sociétés et les trusts, qui se détachent avec vigueur sur la trame du fond, sans considérer que cette trame est encore constituée par d'innombrables entreprises individuelles qui paraissent douées d'une force de résistance considérable.

En agriculture principalement, aucun signe ne nous fait prévoir la disparition ni même le recul des petites exploitations; les statistisques n'indiquent à cet égard que des mouvements sans importance sérieuse, qui se produisent en sens opposés dans les différents pays; elles n'ont donc pas de signification précise, et ne viennent aucunement confirmer l'hypothèse d'une décadence de la petite culture. On sait la raison de cette stabilité en agriculture, les grandes entreprises capitalistes ne jouissent pas, comme dans l'industrie, d'une supériorité décisive sur les petites exploitations. Le développement des sociétés agricoles marque bien une tendance de l'agriculture vers les formes collectives. Mais c'est un mouvement qui, loin d'écraser ou d'absorber les faibles, fortifie au contraire les petites entreprises et assure leur existence; il agit donc directement en sens contraire de la concentration.

L'évolution capitaliste de l'agriculture, si elle respecte les petites exploitations, modifie cependant d'une façon sensible la condition des personnes. Elle affecte assez gravement les ouvriers agricoles, même ceux qui sont possesseurs d'une parcelle de terre. Dépouillés de certains avantages de l'ancienne économie rurale, les ouvriers émigrent des campagnes, et viennent souvent tomber dans les couches inférieures du prolétariat industriel. Mais si par là augmente le nombre des salariés de l'industrie, celui des salariés agricoles diminue en même temps. Le prolétariat décroît dans l'agriculture, et l'importance des exploitants indépendants s'y accroît d'une façon relative et absolue. Les paysans propriétaires forment un bloc résistant que n'entame pas le mouvement contemporain. Déclarer qu'ils sont destinés à tomber en masse dans le prolétariat, c'est découvrir trop ingénument les vices de méthode d'une doctrine qui a besoin de généraliser les phénomènes de concentration et de prolétarisation pour conclure à la nécessité historique de la propriété collective.

Dans la thèse transformiste du marxisme, la partie la plus faible est certainement l'axiome traditionnel d'une décadence inévitable de la propriété paysanne. Entraînés par l'attrait de la symétrie et les besoins de leur cause, les écrivains du parti ont traité les problèmes agraires par voie d'analogie, au lieu de les considérer en eux-mêmes ils ont procédé par généralisation hâtive, et transporté en agriculture le procès constaté dans l'industrie, sans s'inquiéter de la différence des phénomènes et des causes fondamentales qui l'expliquent. Karl Marx appliquait indistinctement à la production agricole et industrielle son exposé synthétique des tendances de l'accumulation capitaliste; Eccarius et les marxistes de l'Internationale en 1868, Liebknecht en 1870, Engels en 1894, attribuaient au machinisme une action révolutionnaire dans l'agriculture comme dans l'industrie, et continuaient à présenter la situation du paysan comme desespérée M. Kautsky lui-même, bien que conduit par les récentes statistiques à abandonner la proposition initiale du manifeste d'Erfûrt et son exégèse antérieure sur la banqueroute nécessaire de la propriété paysanne, a repris en 1898, dans La question agraire, le thème de l'infériorité de la petite culture; et s'il n'en tire plus, comme jadis, sa conséquence logique, du moins s'efforce-t-il encore de justifier l'idée classique de la prolétarisation du paysan propriétaire en invoquant la pulvérisation du sol, l'endettement de la propriété, et divers phénomènes réunis sous le terme équivoque d'industrialisation de l'agriculture.

Il serait temps, pour le parti socialiste en quête d'une politique agraire, de renoncer a des dogmes trop simplistes et à d'anciennes illusions sur la marche conquérante de la charrue à vapeur. Comme le constatent, dans le sein même du parti, des observateurs mieux avisés, l'exploitation paysanne est bien vivante; elle s'adapte exactement aux nécessités de l'agriculture intensive, se fortifie par la coopération, et supporte sans faiblir le choc de la concurrence exotique qui ébranle bien des exploitations capitalistes.

Dans le commerce de détail, la position des petits commerçants est restée ferme. Ils se multiplient dans certaines branches et se défendent dans les autres, parce qu'ils restent nécessaires pour les articles de consommation journalière. Sur l'ensemble, si les petites entreprises commerciales augmentent moins vite que les grandes, du moins ont-elles assez de vitalité pour augmenter d'une façon absolue.

Par contre, la situation des artisans indépendants paraît plus ébranlée par les progrès de l'industrie capitaliste, grande industrie mécanique ou industrie à domicile salariée. Encore les métiers qui ne sont pas directement en concurrence avec la machine maintiennent- ils leurs positions parfois même ils s'étendent, lorsqu'ils sont adaptés à des besoins locaux pour lesquels le consommateur doit rester en relations directes avec le producteur. Pour cette raison, la régression de la petite industrie, au total, est extrêmement lente, même dans un pays de rapide évolution industrielle comme l'Allemagne.

Quant aux cartels et aux trusts, il est incontestable qu'ils ont pris depuis quelques années un développement extraordinaire dans les grands pays industriels, avec une forme particulièrement concentrée chez celui qui tient la tête du mouvement capitaliste. Néanmoins, le phénomène est loin d'être général. La plupart des monopoles connus sont dus à la limitation naturelle des sources de la production, ou à des causes artificielles et légales. En dehors de ces cas déterminés, la supériorité des grands capitaux a pu encore engendrer l'extrême concentration, parfois même le monopole, dans certaines industries métallurgiques, chimiques ou textiles qui exigent un outillage très coûteux, une mise de fonds considérable, et qui produisent des marchandises uniformes pour un marché très étendu. Mais ces conditions sont limitées; pour la très grande majorité des industries, la lutte reste possible avec des capitaux relativement restreints. Dans la plupart des professions industrielles, les moyens et grands établissements se créent si facilement, ils occupent une place si considérable et se développent avec tant de vigueur, qu'on ne peut prévoir sérieusement aujourd'hui leur absorption dans une seule entreprise gigantesque.

La dispersion individuelle, malgré les progrès de la centralisation, reste donc dominante sur une immense étendue du domaine économique. Si concentration des entreprises signifie évolution indirecte vers le collectivisme, il faut reconnaître que cette évolution est encore peu avancée. Sans doute, le mouvement de concentration est loin d'être parvenu à son terme; il est destiné, selon toute vraisemblance, à s'étendre et à s'accélérer sur beaucoup de points. Mais supposer qu'il aboutira un jour à supprimer la totalité, ou même la majeure partie des exploitations indépendantes dans l'agriculture, l'industrie et le commerce, c'est bâtir une hypothèse en l'air, en dehors des données de l'expérience; c'est oublier que, sur le champ agrandi de la production, les grandes entreprises peuvent se développer sans nécessairement restreindre la part des petites. Jamais, dans la série des métamorphoses historiques, les formes d'organisation économique ne disparaissent complètement les unes devant les autres; les anciennes conservent toujours leur raison d'être sur certains points où elles subsistent à côté des nouvelles.

L'extension des exploitations administratives marque une évolution directe vers le régime de la propriété collective. A ce point de vue, nous avons noté les progrès du socialisme d'État et du socialisme communal. L'Etat moderne socialise de nombreux services; il construit et exploite des chemins de fer et des télégraphes, il gère des offices de banque et d'assurances. Les communes, de leur côté, municipalisent les services d'eau, de gaz, d'éclairage électrique et de tramways; elles construisent des habitations ouvrières, et songent à de nouvelles entreprises dans un but d'hygiène publique. Ce mouvement de socialisation étatiste et municipale, comme le mouvement de concentration capitaliste, est sans doute destiné à se poursuivre. Il est probable que l'État et les villes compléteront leur oeuvre dans les domaines où s'exerce déjà leur activité. Peut-être même se lanceront- ils dans des voies nouvelles; il n'est pas impossible, par exemple, que l'État mette un jour la main sur des forces naturelles comme les chutes d'eau, sur les gisements minéraux, sur des entreprises fortement concentrées qui détiennent un monopole menaçant pour le public. Néanmoins, une socialisation intégrale, ou embrassant la majeure partie de la production, reste en dehors des prévisions que nous sommes autorisés à tirer des faits actuels.

Tant que l'État et les villes se bornent à créer des services jusque là inconnus ou négligés de l'industrie privée, tant qu'ils se contentent d'absorber de grandes entreprises monopolisées, l'opération est relativement facile; mais si les corps politiques voulaient envahir les positions occupées aujourd'hui par une multitude d'entreprises individuelles, il en irait tout autrement. Brusquer les choses, pratiquer des expropriations en masse, ce serait recourir à la révolution et tenter l'impossible; il est évident, pour tout homme réfléchi, que la socialisation ne peut précéder la concentration. Mais la concentration est lente, et elle a ses limites; attendre que les entreprises privées disparaissent par le cours naturel des événements, c'est rejeter à une époque indéfiniment éloignée la réalisation du collectivisme intégral.

L'État, dans ses envahissements, ne serait pas seulement arrêté par la masse résistante des petites entreprises privées, il le serait aussi par les bornes de sa capacité administrative. Nous n'avons pas à revenir ici sur les fonctions démesurées que le socialisme intégral, sous l'une ou l'autre de ses formes, attribue aux administrations publiques; mais nous pouvons au moins rechercher dans quelle mesure le perfectionnement qui s'est opéré dans les services administratifs est favorable aux progrès de la socialisation.

A ce point de vue évolutionniste, on peut accorder que l'administration publique, dans nos grands États modernes centralisés, est devenue progressivement une machine colossale d'une extrême complication, qui remplit aujourd'hui sans trop d'irrégularités les fonctions les plus vastes et les plus variées. Dans une moindre mesure, les administrations des grandes compagnies de chemins de fer, de navigation et de banque, celles des grands magasins, des fédérations coopératives de l'Angleterre, ont grandi successivement par la multiplication et l'extension de leurs services. Ces vastes systèmes, dans lesquels la division du travail se combine avec une direction très centralisée, fonctionnent automatiquement suivant des règles précises qui s'améliorent avec l'expérience. Ce sont là de véritables merveilles d'organisation nous sommes trop accoutumés à les voir pour songer à les admirer; mais avec un peu de recul, nous pouvons nous rendre compte qu'elles eussent paru chimériques dans les siècles passés.

Il faut donc se montrer très réservé dans ses affirmations sur l'avenir, et ne pas prononcer à la légère qu'une chose est impossible parce qu'elle n'existe pas encore. Mais il est encore plus vain d'affirmer sa nécessité, avec la prétention de s'appuyer sur une méthode scientifique. II est aussi trop facile de critiquer impitoyablement, comme le font volontiers les collectivistes, la gestion des entreprises par l'État capitaliste, et de s'imaginer que tous les vices de l'exploitation administrative disparaîtraient, si le pouvoir appartenait au prolétariat.

Dans l'avenir, l'administration publique se perfectionnera sans doute, et deviendra capable de gérer de nouveaux services. Mais sera-t-elle jamais en état de diriger toutes les fonctions économiques d'un peuple? A cet égard, ce ne sont pas les quelques entreprises industrielles dont elle est aujourd'hui chargée, ni même les services administratifs de l'armée, qui peuvent nous fournir quelque lumière. A vrai dire, les progrès réalisés jusqu'ici dans les services de l'armée ne sont pas tels que l'on puisse présumer des administrations qu'elles réussiront un jour à approvisionner une ville de plusieurs millions d'habitants, à y gérer le service du logement, à y diriger la production industrielle et les échanges. Jusqu'à preuve du contraire fournie par l'expérience, une telle conception paraît chimérique. Le socialisme d'État, ou simplement communal, poussé jusqu'à cette extrémité, peut être proposé comme un rêve d'avenir; mais il faut renoncer à le présenter comme un système scientifique, c'est-à-dire basé sur l'observation des phénomènes d'évolution.

L'État centralisateur, déjà limité par la résistance des intérêts individuels menacés et par l'impuissance de ses agents à gérer l'économie nationale tout entière, se trouverait encore arrêté par d'autres forces qui se développent au cours de l'évolution. Malgré les efforts ingénieux des constructeurs de systèmes socialistes pour ménager la liberté, toujours et inévitablement elle se trouve atteinte dans ses parties les plus essentielles par une organisation autoritaire de la production. C'est l'individu qui est soumis à la réquisition et au domicile forcé, ou qui tout au moins se trouve astreint, dans ses consommations matérielles et son activité intellectuelle, à n'user que des produits et des services autorisés par l'État. Ce sont les groupes professionnels qui sont composés et dirigés par des autorités extérieures, ou qui, s'ils élisent leurs chefs, restent néanmoins subordonnés à une autorité supérieure chargée de leur distribuer les moyens de travail et de leur assigner la nature et la quantité des produits à fournir.

Or, dans le mouvement démocratique de nos sociétés, le besoin de liberté a grandi non seulement chez les individus, mais aussi chez les collectivités. Pense-t-on que les associations de toute nature qui se sont formées de nos jours, syndicats agricoles, sociétés coopératives, mutualités, syndicats ouvriers eux-mêmes, renonceraient volontiers à leur indépendance et accepteraient sans protestation la dure discipline collectiviste, le régime de centralisation bureaucratique qui est au fond de toute organisation socialiste? L'état social nouveau, caractérisé par l'épanouissement et la puissance des associations économiques, offrirait plus d'obstacles encore à la réalisation du collectivisme que l'état d'individualisme inorganique issu de la Révolution française. En vérité, l'idéal collectiviste, malgré la concentration industrielle, paraît aujourd'hui plus éloigné de la réalité, plus contraire à la direction des esprits que l'idéal sociétaire et libertaire.

Si les considérations précédentes s'appliquent à toutes les formes du collectivisme intégral, au socialisme d'État comme au collectivisme pur, il en est d'autres qui concernent exclusivement la seconde de ces formes, le régime bizarre caractérisé non seulement par une organisation étatiste de la production, mais aussi par une constitution toute nouvelle de la valeur.

Le collectivisme pur choque tellement l'idée d'évolution, qu'il apparaît comme un simple jeu de l'esprit. Pour lui, aucune origine n'est possible en dehors de la révolution, puisque son mode de la valeur lui interdit de conserver le moindre vestige de la production libre et de l'économie monétaire. Cette incapacité d'une adaptation progressive révèle immédiatement une antinomie fondamentale entre les bases du système et les lois de l'évolution.

Effectivement, quelle que puisse être la concentration capitaliste, il y aura toujours un abîme entre le régime capitaliste et le pur collectivisme. Une société mue par des autorités publiques qui fixent les besoins, dirigent la production et la circulation, taxent le travail et les produits en unités de travail, est aux antipodes d'une société dans laquelle la production, entreprise par les individus et les associations privées à leurs risques et périls, est réglée par eux d'après les fluctuations des prix en monnaie métallique. Il y a, entre ces deux sociétés, opposition radicale; leur pivot, le principe de valeur, est entièrement différent; la réglementation autoritaire de la production sociale sans prix régulateurs n'a aucune racine dans le régime des échanges; la répartition basée sur une fixation autoritaire de toutes les valeurs, sur une balance exacte entre la valeur des travaux et celle des produits, est une combinaison absolument nouvelle qui ne se retrouve, même en germe, dans aucune société présente ou passée.

Il faut, pour apercevoir des exemples de sociétés communistes, remonter aux populations primitives; encore le régime patriarcal n'offre-t-il pas, même sur une échelle minuscule, le modèle du collectivisme. Si la production y est organisée et dirigée par un chef, du moins la répartition s'y fait-elle suivant les besoins ou le rang de chacun, sans que le chef de la communauté fixe les valeurs d'après un principe destiné à régler la répartition des produits dans la proportion du travail fourni par chacun des membres de la famille. Il est même difficile de rencontrer quelque part un groupe qui ne pratique pas l'échange en quelque manière, soit dans son sein, soit avec d'autres groupes, et qui ne connaisse pas la valeur d'échange fixée par l'accord des parties, lors même que la production en vue de l'échange n'y est pas le mode dominant. Et si l'on descend le cours de l'histoire, on voit que l'évolution, loin d'amener une élimination graduelle des échanges, se poursuit, au contraire, dans le sens d'un développement progressif de la division du travail et de la production pour le marché.

La société moderne, en dépit de la concentration des entreprises, reste toujours une société d'individus et de groupes autonomes pratiquant librement les échanges privés, et réglant la production en conséquence des prix. Le prix d'un produit monopolisé comme le pétrole subit lui-même l'influence de la demande librement exprimée sur le marché, et exerce à son tour une influence sur la production. Le collectivisme radical, au contraire, est exclusif de tout échange entre particuliers, de toute concurrence, de toute valeur fixée par l'offre et la demande. Il remplace le système naturel de la valeur, aussi vieux que le monde, par un système inventé de toutes pièces; c'est l'inconnu sans précédents, sans un germe quelconque dans le passé ou le présent qui l'annonce pour l'avenir.

Non, le régime des échanges n'est pas en voie de disparaître par le fait de l'évolution. Ni le développement des trusts, des sociétés par actions, des sociétés coopératives et des syndicats agricoles, ni le progrès des exploitations industrielles de l'État et des villes, ne nous fait faire un pas dans le sens du pur collectivisme. Le passage du régime des échanges au collectivisme, au lieu d'être un changement graduel comme le fut le passage de la petite production autonome à la grande production capitaliste, serait une transformation d'essence et de nature, qu'on ne peut attendre du cours naturel des événements.

Laissons donc de côté cette invention d'une monnaie en bons de travail, ce système de circulation aussi éloigné des faits qu'irrecevable en théorie, pour ne retenir du collectivisme que le socialisme d'État. Des développements qui précèdent, il ressort que le socialisme intégral se trouve, vis-à-vis de l'évolution contemporaine, dans une position assez analogue, quoiqu'en sens inverse, à celle de l'individualisme radical; la realité lui est en partie favorable, et en partie contraire. Elle lui est favorable par le progrès incontestable de la centralisation industrielle, commerciale et financière, et par l'extension des entreprises de l'État et des municipalités; elle lui est contraire par le développement spontané des associations indépendantes réfractaires au joug administratif, par la fermeté inébranlable de la petite culture appuyée sur les sociétés agricoles, par la survivance d'une multitude d'établissements industriels et commerciaux, dont la plupart conservent leur raison d'être à côté des grandes maisons et ne paraissent nullement condamnés à disparaître.

Il est aussi vain de défigurer ou d'exagérer les faits dans un sens que de les dissimuler ou de les nier dans un autre. Les affirmations tranchantes sur les victoires inévitables du socialisme peuvent avoir une valeur de propagande; mais, à défaut d'une base expérimentale et sans l'appui de la méthode historique, elles ne peuvent passer pour inspirées par l'esprit scientifique. Le but final du socialisme intégral ne paraît pas se rapprocher, et le fameux chapitre du Capital sur la Tendance historique de l'accumulation capitaliste, dans lequel Karl Marx sonne le glas de la société individualiste et annonce l'avènement du régime de la propriété collective, n'est plus considéré, par les plus fidèles disciples eux-mêmes, que comme un aperçu en raccourci d'un long processus; c'est « la description lapidaire d'une évolution qui met des siècles à s'accomplir".

Le système collectiviste, lors même qu'il s'enferme prudemment dans la courte formule : socialisation des moyens de production, établissement du mode de production et d'échange socialiste, n'est donc pas le terme appréciable d'une évolution des réalités présentes; dépouillé du caractère de nécessité historique objective, il est, ni plus ni moins que les utopies des anciens socialistes, une construction systématique sur des principes a priori. En cela les socialistes modernes, sous le voile du réalisme historique, ne font que suivre la méthode de Rousseau, dont ils sont les disciples sans le dire. Comme les doctrinaires du laisser faire, ils rentrent eux-mêmes dans la catégorie des métaphysiciens qui appliquent la méthode déductive aux problèmes de la vie sociale.

Ils se rattachent encore à l'auteur du Contrat social et du Discours sur l'origine de l'inégalité par leur foi dans la puissance de la volonté au service de la raison, c'est-à-dire dans la puissance de l'État au service d'un système, pour dompter les forces hostiles qui font obstacle à la réalisation d'un idéal rationnel dans les sociétés humaines. Ils croient, eux aussi, à la bonté originelle de l'homme; ils sont convaincus que le mal social vient du vice des institutions humaines, et qu'il suffirait de procéder à une organisation rationnelle de la société pour faire régner la vertu, la paix et le bonheur parmi les hommes. Car ces philosophes déterministes, ces « calvinistes sans Dieu », qui font si grand état des lois dynamiques auxquelles les sociétés ne sauraient se soustraire, nous présentent en même temps le collectivisme comme l'avènement du règne de la volonté libre, et comme le triomphe de la liberté humaine sur la nécessité. Pour eux, il appartient également à l'homme d'écarter, en ce qui le concerne, la loi de la concurrence vitale qui gouverne les espèces animales et végétales; la lutte pour l'existence individuelle doit disparaître dans un état social transformé où l'homme dominera la naturel.

La philosophie de Rousseau inspire naturellement les romanciers utopistes. M. Bellamy fait parler au révérend Barton la langue de Jean-Jacques « Maintenant que les conditions de la vie sont organisées, pour la première fois, de manière à ne pas développer chez l'homme ses plus mauvais instincts, on est enfin à même de voir ce qu'est réellement la nature humaine, affranchie des influences pervertissantes. Nous assistons à cette révélation que ni les théologiens, ni les philosophes des temps anciens n'avaient voulu admettre, à savoir que la nature humaine, dans ses qualités essentielles, est bonne, que les hommes, par leurs penchants naturels, sont généreux, compatissants et aimants, animés d'élans divins vers la tendresse et le sacrifice, puisqu'ils sont l'image du Créateur et non sa caricature. »

Pour Liebknecht, la société nouvelle n'aura plus besoin de casernes, de prisons, de tribunaux et de Codes, parce que le vice, le crime et la misère auront disparu. Même foi chez M. Bebel; l'alcoolisme lui-même, cette plaie des sociétés modernes, sera inconnu dans l'ordre nouveau. L'harmonie doit régner dans un milieu social où chacun se porte garant de tous et tous de chacun.

M. Jaurès nous promet aussi d'admirables transformations morales. Les vaines agitations seront moins à craindre dans ce milieu qu'une sorte de réserve fière, et de désintéressement un peu hautain pour tout ce qui ressemblerait à une dignité extérieure. Le fonctionnarisme n'engendrera plus ni servilité, ni tyrannie. Le progrès sera passionnément aimé pour lui-même, et pour le surcroît de bien-être qu'il répandra sur chacun en le répandant sur tous.

M. Georges Renard se rapproche encore plus de Rousseau. Même nature d'esprit, même méthode abstraite et constructive, même tendance à l'absolu, même conception de l'homme en soi et de l'unité réalisée par l'État souverain. Il pose ses problèmes sociaux à la manière de Rousseau, dans des termes semblables; il a le même idéal d'organisation politique, et se propose de préparer les matériaux pour une nouvelle déclaration des droits politiques et économiques de l'homme et du citoyen. Ses procédés sont ceux du rationalisme déductif. Il commence par poser les principes généraux, axiomes d'ordre moral et postulats énoncés au nom de la justice, tels que l'égalité des points de départ pour tous, ou la formule: A chacun suivant son travail et ses besoins. De ces concepts idéalistes, il conclut que le système régnant, en opposition avec eux, doit être aboli, et que le régime socialiste, en conformité avec eux, doit être établi; il construit donc sur ces bases la constitution politique et économique de la société nouvelle telle qu'elle lui paraît découler des prémisses posées. Son oeuvre présente le type le plus accompli de la méthode purement déductive, opérant sur des principes a priori conçus par la raison.

Certes, il y a quelque chose de noble dans cette foi rationaliste qui anime Rousseau et ses successeurs. Mais il ne suffit pas qu'une doctrine flatte nos désirs pour qu'elle soit vraie et conforme aux lois do la vie. Déclarer que la critique dirigée contre les plans de société collectiviste est irrecevable, sous prétexte qu'elle prend pour base la nature actuelle de l'homme, c'est reconnaître que la société collectiviste suppose une transformation radicale de l'homme moral et intellectuel et nous jeter en pleine utopie, à échéance indéfiniment éloignée.

Les socialistes paraissent très forts dans leur rôle de critiques; mais la critique n'est que le côté négatif et trop facile de leur tâche; il est singulier que tant d'esprits positifs puissent se contenter d'une phrase sans cesse répétée sur la socialisation des moyens de production et l'établissement du mode de production et d'échange socialiste, sans être assiégés par le besoin de connaître la construction qui se dissimule derrière ce cliché. Or, après leur critique passionnée de l'ordre existant, les collectivistes font preuve eux-mêmes d'une lamentable impuissance. La plupart se contentent de travailler à la destruction d'un régime vicieux, et de prédire la socialisation des moyens de production, sans essayer de décrire la structure d'un organisme reposant sur cette forme de propriété sociale; ils estiment l'explication suffisante, lorsqu'ils ont proclamé que le socialisme est une nécessité historique. Les presse-t-on d'apporter des solutions positives ? S'ils se décident à parler, c'est en général pour présenter le collectivisme intégral comme le type de la société future; ils ne craignent pas d'affirmer que l'évolution nous conduit à cet immense système pourvoyeur, à cette gigantesque organisation bureaucratique privée de nerfs et de muscles, aveugle et sans équilibre. L'esprit reste confondu devant l'abîme qui sépare la thèse historique des collectivistes, si laborieusement enchaînée, de leur construction sociale de l'avenir, si artificielle et si fragile.

Peut-être a-t-il fallu des promesses aussi vastes que l'expropriation totale des capitalistes et l'avènement d'une ère de bonheur universel pour soulever les masses, enflammer les enthousiasmes et répandre la foi qui inspire les dévouements aveugles. Sans doute, chez des populations impressionnables, de faible culture et d'imagination vive, un modeste programme de réformes partielles n'aurait pas recruté d'aussi nombreux et ardents défenseurs. Mais, au point de vue scientifique, le système collectiviste, comme la théorie marxiste de la valeur, est un poids mort pour une école. Et même au point de vue de la tactique du parti, il est probable que cette doctrine sera un jour une gêne et un obstacle. Il est impossible que les classes ouvrières, lorsqu'elles auront atteint sur le continent le même degré de maturité qu'en Angleterre, lorsqu'elles se donneront la peine de réfléchir à la construction collectiviste, n'en aperçoivent pas le néant. Il a fallu, pour que la doctrine se propageât parmi elles, des conditions particulières d'inexpérience et d'irresponsabilité, qui résultaient d'un état social dans lequel elles n'avaient aucune part à l'administration des intérêts politiques et économiques. Ces causes s'affaibliront progressivement, à mesure que la situation matérielle des travailleurs s'améliorera, que leur organisation se fortifiera, que leurs associations se développeront, que leur éducation se fera dans les syndicats, les coopératives, les juridictions professionnelles, les conseils du travail, les assemblées politiques, et que leur importance grandira dans la direction des affaires publiques.

Tant que le parti socialiste s'est appuyé exclusivement sur les ouvriers de la grande industrie, tant qu'il est resté sans influence sur le gouvernement des peuples, il a pu, en enfant perdu, caresser des chimères, et tracer dans l'absolu des plans de société dont la réalisation paraissait assez éloignée pour qu'il se crût dispensé de les soumettre à un examen rénéchi. Aujourd'hui, la situation est tout autre. Le parti commence à envahir les corps élus, les assemblées locales et les Parlements; il pénètre dans les municipalités, il a sa part dans le gouvernement de la chose publique; il entre tous les jours en contact plus intime avec les réalités et les conditions du pouvoir; il se trouve obligé de regarder en face des éventualités jusqu'ici lointaines. Parvenu à l'âge adulte, il doit modifier profondément sa conception politique. Déjà, dans ses tentatives pour gagner à lui les classes rurales et la petite bourgeoisie, il a du atténuer singulièrement la portée de ses principes, et promettre à ces nouvelles catégories d'adeptes que l'expropriation ne les atteindrait pas. A mesure que le parti socialiste gagnera en surface et prendra plus d'autorité dans l'administration des affaires publiques, il tendra davantage, comme certains signes le font déjà pressentir, a reléguer les déclarations collectivistes au rang des vieilles formules qui continuent à figurer dans un programme par respect pour les apôtres disparus, mais qui ont perdu leur sens et leur vertu efficace; il portera tout son effort sur les réformes pratiques que comportent les divers milieux sociaux. Dans la mêlée des opinions, il restera, si l'on veut, le parti des novateurs les plus radicaux et les plus audacieux, le représentant le plus avancé des revendications populaires; mais il prendra plus clairement conscience des données scientifiques de l'évolution, et se contentera d'adapter à de nouveaux besoins le régime des échanges et de la concurrence. Le parti socialiste, s'il veut jouer un rôle sur la scène dumonde, doit dépouiller sa vieille forme révolutionnaire et devenir un parti réformiste.


Section 3. Socialisme sociétaire et coopératisme.

Le socialisme corporatif repose sur l'hypothèse que les associations libres de producteurs sont destinées à s'emparer de toutes les fonctions économiques de la société, en évinçant les entreprises capitalistes, même les plus puissantes, par le jeu de la concurrence ou par l'action des pouvoirs publics.

L'hypothèse d'une évolution naturelle des sociétés modernes vers l'ordre sociétaire est évidemment condamnée par l'expérience. Le développement des associations est sans doute très remarquable à notre époque; mais, parmi les associations si diverses qui se sont répandues dans le monde civilisé, les seules qui puissent avoir une signification favorable au socialisme sociétaire sont les associations de producteurs. Or, celles qui existent actuellement n'ont aucune valeur démonstrative à cet égard.

Invoquera-t-on le magnifique épanouissement de la coopération rurale? Mais les coopératives agricoles n'ont jamais pour objet la culture en commun du sol; ce sont toujours des associations de cultivateurs indépendants, qui limitent l'action collective à la préparation industrielle des produits agricoles, à l'achat ou à la vente, au crédit, à l'assurance. Il ne s'agit donc pas là d'une extension des entreprises collectives de production agricole aux dépens des entreprises individuelles; la coopération rurale n'a rien de commun avec le socialisme sociétaire.

Les sociétés coopératives industrielles de production, au contraire, en contiennent le germe. Non sans doute qu'elles en représentent le type pur; l'individualisme y règne encore par les droits particuliers que les sociétaires conservent sur leurs apports, et par l'esprit d'exclusivisme qui écarte les auxiliaires de la participation aux bénéfices. Néanmoins, les sociétés de production sont assez rapprochées de la conception socialiste pour donner à une société où elles domineraient la structure qui convient au socialisme sociétaire. Mais, justement, l'histoire de la coopération de production, dans le demi-siècle qui s'est écoulé depuis son origine, montre combien cette forme coopérative s'adapte difficilement au milieu social. Les sociétés de production végètent un peu partout; l'appui de l'État, les subventions budgétaires, ne parviennent pas à les galvaniser; confinées, sauf de très rares exceptions, dans la petite industrie, elles progressent à peine, et se montrent tout à fait impuissantes à éliminer les entreprises capitalistes. Il est de toute évidence qu'on ne peut compter sur elles pour conquérir le monde capitaliste et transformer la société par la seule force de leur supériorité dans la concurrence.

Le socialisme corporatif, n'ayant aucune chance de se réaliser par la voie de l'évolution, ne pourrait donc triompher que par une révolution. Il faudrait qu'à la suite d'une vaste expropriation, l'État remît l'outillage complet de la production et de la circulation à des associations coopératives, la Mine aux mineurs, la Terre aux paysans associés, l'Usine aux ouvriers, la Voie ferrée aux employés, etc.; il faudrait aussi, pour prévenir le retour à l'ancien état de choses, que la loi interdît toute propriété individuelle sur les moyens de production ou sur les principaux d'entre eux. La violence à l'origine, la contrainte prolongée par la suite, sont les conditions de succès d'une forme socialiste qui prétend puiser dans l'esprit de liberté sa force vitale et sa légitimité.

Aussi n'est-il pas besoin d'insister sur l'invraisemblance d'un pareil bouleversement, impraticable au profit d'associations libres comme il le serait au profit de l'Etat ou des communes. En supposant même les faits accomplis, le socialisme sociétaire ne serait pas durable, s'il avait une origine aussi contraire à son essence. Un régime corporatif issu d'une révolution serait une création artificielle, sans force interne de développement, sans résistance contre les ferments de dissolution qui se développeraient en lui. Tandis que les associations prospères tendraient à se fermer pour garder le profit de leurs exploitations, les groupes fidèles au principe du libre accès végéteraient ou succomberaient, par défaut de discipline et d'activité chez leurs membres, par indifférence ou incapacité chez leurs chefs. En dehors des corporations, il faudrait lutter sans cesse contre les retours offensifs du capitalisme, contre le commerce, la banque et la spéculation, dont la puissance absorbante ne pourrait être domptée que par une série de coups de force et une inlassable persévérance révolutionnaire. Dans cette atmosphère de contrainte, le régime corporatif se flétrirait aussi vite que l'individualisme.


De tous les systèmes de socialisme sociétaire, le coopératisme est le seul qui puisse écarter les conséquences individualistes de la propriété corporative, en maintenant l'accès des associations librement ouvert; c'est aussi le seul qui puisse prétendre à un caractère pratique et se réclamer de l'expérience. Son régime de sociétés de consommation fédérées, possédant et gérant à leur profit des entreprises de production, est pratiqué avec succès en Angleterre; les Wholesales anglaise et écossaise dont nous connaissons le nerveilleux développement, sont un objet d'envie pour la coopération européenne et un modèle qu'elle se propose d'imiter.

Ce sont là des faits, et non plus de simples créations de l'esprit; le coopératisme est réellement représenté par de vastes et puissantes fédérations, qui s'accroissent d'une façon continue dans leur pays natal. Cette fleur de la coopération, naturellement éclose d'une plante vivace, couronnera sans doute un jour les organismes coopératifs du continent à évolution plus lente, mais régulière et sûre.

Ceci dit, est-il permis de croire, avec quelques apôtres de la coopération, que le principe fédéraliste des coopératives anglaises est destiné à transformer progressivement et pacifiquement la société capitaliste? Marchons-nous à une sorte de fédéralisme économique, dans lequel les services de production et de circulation convenant à des besoins locaux seraient gérés par de libres associations de consommateurs, tandis que les services destinés à satisfaire des besoins plus étendus seraient entre les mains des fédérations coopératives? La question est posée, un peu prématurément peut-être; il faut tâcher d'y répondre, en utilisant les quelques données d'une expérience encore bien courte.

Il serait audacieux de se prononcer aujourd'hui sur l'avenir lointain de la coopération; dans les vingt dernières années, les sociétés de consommation anglaises ont plus que triplé leur effectif, et presque quadruplé leur chiffre d'affaires; et certes, elles ne sont pas arrivées au terme de leur développement. Mais il serait naïf aussi de se dissimuler et les penseurs du coopératisme ne se les dissimulent certainement pas les colossales difficultés que la coopération rencontrera dans ses tentatives pour faire la conquête pacifique de la production capitaliste.

Les chiffres concernant la coopération dans le monde sont imposants par leur masse, et déjà propres à inspirer confiance; mais il ne faut pas non plus, sous l'impression d'un chiffre global, s'exagérer la place que la coopération occupe actuellement dans chaque pays. La réalité, c'est que les progrès des sociétés de consommation, bien que continus, sont assez lents partout ailleurs qu'en Angleterre; c'est que ces sociétés sont presque inconnues dans un grand pays progressif comme les États-Unis; c'est enfin que le rôle des coopératives en face du capitalisme est encore exceptionnel. Sur le continent, la coopération de consommation est plutôt dans l'avenir que dans le présent.

Il ne faut pas oublier qu'en Angleterre même, le capital des sociétés de consommation ne représente encore qu'une minime fraction, la 500ème partie peut-être, du capital national. Jusqu'ici, l'action des coopératives anglaises est restée nulle, ou à peu près, en agriculture, dans l'industrie minière, dans celle des transports, et dans beaucoup d'autres branches de la grande industrie. L'oeuvre déjà accomplie dans le domaine de la production, si importante soit-elle, est presque insignifiante devant celle qui reste à accomplir. Acquérir et exploiter la plus grande partie du territoire agricole, créer des établissements industriels capables de lutter victorieusement contre les plus puissantes entreprises capitalistes, remplacer l'exploitation capitaliste des grands moyens de transport, chemins de fer et navigation maritime, par l'exploitation coopérative, telle est la tâche immense qui s'offre aux efforts des coopérateurs, s'ils veulent réaliser leur rêve de transformation sociale.

Actuellement, les sociétés de consommation anglaises ont un capital de 800 millions de francs, qui s'accroît régulièrement tous les ans et leur permet d'étendre leurs entreprises. Mais ce capital n'est pas un fonds de réserve colleotif libre de toute charge; il est fourni tout entier par des membres actionnaires et dépositaires, qui en perçoivent l'intérêt. Une partie des revenus capitalistes, l'intérêt, la rente du sol comprise dans l'intérêt du capital consacré à l'acquisition des terrains, continuent donc à peser sur les sociétés coopératives, qui ne peuvent distribuer aux consommateurs que l'excédent des profits qu'elles réalisent dans la production et dans les achats.

Les sociétés de consommation ne pourraient changer la face du monde par l'abolition des revenus capitalistes que si elles possédaient de vastes propriétés territoriales et d'énormes capitaux, entièrement libérés par amortissement de toute charge d'intérêt vis-à-vis des bailleurs de fonds et des actionnaires eux-mêmes; alors seulement, elles pourraient distribuer aux consommateurs associés les revenus du sol et des capitaux, et exercer une attraction suffisante pour priver de clientèle et de main-d'oeuvre les entreprises capitalistes. Pour constituer ce fonds commun de jouissance collective, il faudrait accumuler une masse considérable de capitaux en les prélevant sur les bénéfices; de nombreuses générations de coopérateurs devraient s'imposer ce sacrifice continu, renoncer à la plus grande partie des dividendes semestriels, aux fonds de retraites, à tous les avantages pécuniaires de la coopération, pour que les générations futures jouissent un jour des bienfaits de l'affranchissement. Mais de tels sacrifices décourageraient les coopérateurs: les coopératives se trouvent ainsi enfermées à leur début dans une sorte de cercle vicieux. En fait, le fonds de réserve des sociétés de consommation anglaises, constitué au moyen de prélèvements sur les bénéfices, s'élève à la modeste somme de 50 millions. Les coopératives modernes conservent donc au capital son salaire; il est vrai qu'il n'est pas indifférent de le réduire au rôle de salarié.

Mme Sidney Webb, dans son beau livre sur le Mouvement coopératif en Grande-Bretagne, fait remarquer que le mouvement n'atteint pas ceux qui sont placés trop haut ou trop bas dans l'échelle sociale ni ceux qui vivent dans le luxe, ni ceux qui vivent dans la misère sous la servitude du crédit; les quatre cinquièmes de la classe ouvrière y sont encore étrangers. D'autre part, les sociétés coopératives ne restent fidèles à leur principe démocratique qu'à la condition de ne vendre qu'à leurs membres et de ne pas réaliser de profits sur des étrangers; sinon, elles cèdent à la tentation de se transformer en exploitations capitalistes, et de fermer leurs portes pour garder leurs profits. Si, pour cette raison ou pour d'autres, les associations doivent laisser en dehors de leur action les entreprises qu'elles ne pourraient, exploiter pour l'usage exclusif de leurs membres, chemins de fer, navigation maritime, mines, cultures spéciales, grande industrie textile, métallurgique et autres, entreprises d'eau et de gaz, commerce d'exportation, etc., comment peut-on attendre une rénovation sociale d'un instrument aussi limité?

Aussi Mme Webb pense-t-elle que la démocratie industrielle ne pourrait être complète sans certaines mesures socialistes de contrainte telles que taxations multiples sur la richesse acquise, et expropriation - qui ne serait pas nécessairement sans indemnité – de toutes les portions de la richesse publique qui conviennent à l'administration publique. M. Andler fait de même appel à l'État pour vaincre la résistance de certains monopoles, et pour hâter l'appropriation corporative par des mesures restreignant l'étendue et la durée des dividendes dans les sociétés de capitaux. Il est difficile au coopératisme, quand il se propose de transformer la société, de se résigner à la lenteur du mouvement naturel des faits. Mais si la coopération, pour s'étendre, faisait appel à la contrainte, ne perdrait-elle pas sa vertu propre et sa puissance interne, qui est dans la liberté? Ne soulèverait- elle pas contre elle les mêmes résistances que le socialisme d'État cherchant à se réaliser par la force? Les voies révolutionnaires ne semblent pas convenir à la coopération.

La société moderne est un milieu complexe composé d'éléments extrêmement variés et souvent antagonistes, qui cherchent tous à vivre et à se fortifier : grands établissements capitalistes, petites entreprises agricoles, industrielles et commerciales, sociétés de consommation, associations rurales, syndicats professionnels, entreprises industrielles de l'État et des communes, etc. Si l'un de ces éléments avait la prétention de se soumettre les autres et de les absorber, il se heurterait à toutes les forces d'opposition des existences menacées. Aucun système radical, ni l'individualisme absolu, ni le collectivisme intégral, ni le coopératisme généralisé, ne paraît en mesure d'imposer sa solution simpliste à un organisme aussi complexe que celui des sociétés contemporaines.


Chapitre 18. Le sens de l'évolution et la politique sociale.

Extension du capitalisme et organisation des forces collectives, tels sont les deux grands faits qui donnent au mouvement économique contemporain son caractère propre. Le capitalisme, sous des formes concentrées qui multiplient sa puissance, et par des procédés de crédit perfectionnés qui l'étendent d'une façon moins apparente, domine la plus grande partie de la production et de la circulation; il atteint son maximum d'énergie dans les sociétés par actions, les cartels et les trusts. Il rencontre cependant des entraves et des limites dans certaines autres formes collectives, sociétés coopératives urbaines et rurales, syndicats ouvriers, État et municipalités, dont l'importance économique grandit rapidement depuis une trentaine d'années. On trouve donc à la fois, dans nos sociétés modernes, les éléments d'une puissante aristocratie industrielle et financière, et ceux d'une large démocratie rurale, industrielle et commerciale, dont les forces se tiennent en équilibre sous le contrôle de l'État régulateur.

Dans l'avenir, tel qu'on peut l'entrevoir en prolongeant par la pensée le développement des organes qui paraissent les plus vivaces et les plus progressifs, l'association jouera un rôle plus important encore qu'aujourd'hui. Sociétés et coalitions capitalistes, syndicats de petits producteurs agricoles et industriels, sociétés coopératives diverses, fédérations coopératives gérant des entreprises de production, exploitations de l'État et des municipalités, associations patronales et unions ouvrières, seront les éléments essentiels de la constitution economique.

Car l'association appelle l'association. Un cartel de producteurs provoque la formation d'un cartel de défense; la pression d'un syndicat ouvrier détermine les patrons à se syndiquer, ou inversément; le syndicat agricole donne naissance à la caisse rurale et à la caisse d'assurances mutuelles, la banque coopérative à la société de consommation, etc. Dans chaque groupe, les associations élémentaires se rapprochent, dès qu'elles sont assez nombreuses et assez fortes pour former entre elles des fédérations. Des rapports s'établissent entre groupes et fédérations de nature différente; des relations contractuelles complexes unissent les différentes branches de la coopération urbaine et rurale, et rattachent les coopératives urbaines aux syndicats ouvriers; des contrats se forment entre les sociétés capitalistes et les autres associations, entre les unions patronales et ouvrières, et ainsi de suite. Les sociétés civilisées paraissent donc appelées à prendre des formes d'organisation plus régulières, dans lesquelles les éléments sociaux si longtemps dispersés seront plus solidaires et mieux coordonnés.

Il est inévitable, enfin, que les mêmes liens de coordination et de solidarité se développent entre les nations avec les progrès de la colonisation et des transports. Dès aujourd'hui, les coalitions de producteurs et les fédérations ouvrières tendent à se former par-dessus les frontières. Les conventions diplomatiques, déjà si fréquentes en matière de douanes, de navigation, de primes à l'exportation, de poids et mesures, de chemins de fer, de postes et télégraphes, de mesures sanitaires, d'émigration, d'assistance, d'extradition, etc. s'appliqueront à bien d'autres objets qui, comme la protection légale des travailleurs, les trusts et les assurances, présentent un intérêt international; déjà les mesures de protection ouvrière sont entrées dans le domaine des accords diplomatiques, à la suite du traité de travail franco-italien et de la Conférence de Berne. Et tandis que les règles internationales se multiplient, les législations nationales elles-mêmes tendent à s'unifier. La connexité des intérêts économiques établira sans doute dans le monde l'unité de civilisation que la communauté des croyances religieuses avait su réaliser dans l'Europe du moyen âge.


§ 1. L'idée démocratique, son rôle dans l'évolution.

Le mouvement général de concentration et de fédération est un grand courant historique qu'aucune puissance humaine ne saurait arrêter ou détourner. En vain cherche-t-on, dans certains pays à fortifier la petite industrie en restaurant la corporation de métiers obligatoire; en vain s'efforce-t-on, par des mesures législatives, d'empêcher l'agrandissement des entreprises, la formation des cartels et des trusts, la croissance des grands magasins et des coopératives; la concentration se poursuit, à peine retardée par des lois facilement éludées. En vain les théoriciens déploient-ils toutes les ressources de leur dialectique pour démontrer la malfaisance des lois réglementant le travail, et l'impuissance des syndicats ouvriers à défendre le salaire contre le jeu naturel des prix; parlements et unions ouvrières accentuent leur politique, et fixent successivement les règles qui assurent au travailleur une existence normale. La résistance aux lois du mouvement économique n'est guère moins inefficace et moins nuisible que la lutte contre le machinisme; il faut savoir s'incliner devant le déterminisme des grandes évolutions historiques, et y conformer ses actes au lieu de s'épuiser en résistances stériles.

Est-ce aveu d'impuissance, et fatalisme philosophique conduisant à l'inaction? Nul ne se résignerait à l'abdication de la volonté humaine, et les penseurs les plus déterministes se défendent eux-mêmes d'être fatalistes. Les lois naturelles de l'évolution n'ont pas un tel caractère de rigueur qu'elles ne laissent aucune place au droit consensuel; l'action volontaire et consciente de l'homme reste efficace, à la condition de ne pas s'exercer à contre-sens. Les nécessités historiques, disent avec raison les socialistes contemporains, ne résultent pas de forces purement mécaniques; elles ne sont pas faites seulement de contraintes économiques reposant sur les bases techniques de la production. Parmi les facteurs qui déterminent l'évolution, les idées, les notions traditionnelles contenues dans le droit, la coutume et les moeurs, les conceptions morales élaborées par la conscience, jouent un rôle considérable, dont l'importance paraît grandir avec la civilisation. Il est permis à l'homme de concevoir un idéal; et cet idéal, quand il se propage dans les intelligences, devient une source d'énergie et tend de lui-même à se réaliser. Nul ne conteste aujourd'hui cette interprétation tempérée du déterminisme historique.

L'idéal des hommes de ce temps ne peut plus être, comme celui des anciens utopistes, la conception arbitraire et inconditionnée d'une intelligence, si haute soit-elle; pour des esprits formés à la méthode des sciences expérimentales, il ne peut être conçu que comme une résultante du développement historique; il s'élabore lentement au sein de l'humanité, et se transforme au cours des âges pour s'adapter aux differents états sociaux. Si l'idéal des républiques de l'Antiquité a été la puissance de la cité par la parfaite homogénéité de ses membres sur la base de l'esclavage, celui qui se forme progressivment chez les peuples modernes se distingue par son caractère démocratique. Il ne réside pas dans un principe absolu, trop éloigné de la réalité pour être le but des activités pratiques; mais il consiste au moins dans une idée de justice à réaliser par le développement moral et matériel du plus grand nombre.

Un sentiment s'est propagé, non seulement chez les classes populaires, mais parmi les penseurs et dans une partie des autres classes de la société, dont la pensée subit de nos jours un sourd travail de transformation; ce sentiment, c'est que, malgré des progrès incontestables, les travailleurs manuels n'ont reçu jusqu'ici qu'une part tout à fait insuffisante des acquisitions matérielles et intellectuelles de notre siècle; c'est qu'en dépit des merveilleuses inventions qui ont mis les forces de la nature au service de l'homme, le labeur n'a pas été allégé, ni le salaire augmenté dans la mesure où s'est accrue la productivité du travail humain. Par un phénomène singulier, qui s'est déjà rencontré à d'autres époques de l'histoire, ce n'est pas la paupérisation croissante des masses, c'est au contraire l'amélioration de leur condition matérielle, le progrès de leur éducation morale et intellectuelle, et, d'une facon générale, l'Etat démocratique des sociétés modernes, qui ont provoqué cet éveil des consciences dans les différentes couches sociales: aspiration souvent confuse, mais aspiration pressante vers un état meilleur, dans lequel il y aura plus de sécurité, de bien-être et de culture pour l'ensemble des hommes.

L'opinion publique, jadis indifférente, s'intéresse tous les jours davantage aux conflits du capital et du travail, et les salariés en grève se tournent fréquemment vers elle pour la gagner à leur cause. La presse, l'école, les assemblées politiques font une place toujours plus large aux questions sociales qui semblent désormais dominer toutes les autres. L'économie politique n'est plus la science abstraite d'autrefois, absorbée dans la contemplation de lois naturelles immuables, et dans la recherche exclusive des procédés qui procurent la plus grande production et le plus grand profit; de nos jours elle se préoccupe surtout des problèmes de la répartition, et si elle continue à s'intéresser aux problèmes de la production, c'est principalement à cause de leur influence sur la situation materielle du plus grand nombre. Un souffle plus large d'humanité pénètre les âmes. Des souffrances auxquelles on se résignait jadis comme à un mal inévitable paraissent intolérables aux hommes de notre temps; le paupérisme et les vices qu'il engendre, les logements insalubres et le travail épuisant, l'insuffisance des salaires dans les industries à domicile restées sous l'empire de la loi d'airain la plus rigoureuse, toutes ces misères apparaissent comme des plaies honteuses qu'il faut guérir à tout prix, et nul ne songe à répéter aujourd'hui, avec le philosophe du libéralisme, que « la pauvreté des incapables, la détresse des imprudents, le dénûment des paresseux, cet écrasement des faibles par les forts qui laisse un si grand nombre dans les basfonds et la misère, sont les décrets d'une bienfaisance immense et prévoyante".

Les questions sociales ne s'imposent pas seulement à l'attention de tous par leur caractère moral; ceux-là même qui se tiennent volontiers au-dessus des considérations de sentiment ne peuvent rester indifférents à ce fait, que le vice et la misère entretiennent dans les centres de civilisation un foyer de contagion physique et morale et un danger permanent pour la paix publique. A défaut de fraternité, !a crainte des incidences serait suffisante pour secouer les natures les plus inertes, et leur inspirer quelque doute sur la philosophie optimiste de la misère.

Une connaissance plus exacte des lois de relation concourt donc avec les plus purs sentiments de pitié et d'amour pour déterminer les générations nouvelles à travailler au relèvement des faibles; non plus tant par les ressources multipliées de la charité individuelle, que par des réformes d'une portée générale tendant à combattre le mal dans ses causes.

C'est l'indice d'un progrès moral certain que cet affinement de la conscience publique et ce souci croissant des questions sociales. Le sens de la communauté, « l'esprit de la ruche », le sentiment que l'individu appartient a une communauté vis-à-vis de laquelle il a des devoirs plus larges que celui de fournir sa contribution à la défense commune, ce sens, si vivant dans les sociétés antiques et si longtemps assoupi dans les sociétés modernes, commence à se réveiller. On s'aperçoit que l'individu n'est pas le centre autonome qu'il s'imagine volontiers dans son égoïsme et son orgueil; son bien-être, sa science, ses jouissances intellectuelles et matérielles, la forme même de sa pensée, il les doit à la civilisation qui l'entoure, à la longue série des générations qui l'ont précédé, aux institutions sociales qui lui assurent ses possessions, au travail de ses prédécesseurs et de ses contemporains. Quant à lui, il n'a concouru que pour une part infinitésimale à l'oeuvre de civilisation dont il jouit; qu'il ne se croie donc pas quitte de toute obligation, lorsqu'il se borne à exécuter ses contrats en payant strictement les services qui lui sont rendus.

Il faut se pénétrer de ces sentiments, pour supporter sans peine les inévitables sacrifices qu'entraîne toute politique de réforme sociale. A celui qu'opprime la pensée de la misère, les limitations, les mesures de contrôle, les contraintes fiscales paraissent légères, si elles ont pour objet de procurer à tous un minimum d'existence et de sécurité. Celui-là accepte volontiers sa part des obligations et des charges de la prévoyance sociale, qui les considère comme des mesures de salut pour la masse des hommes; le tribut imposé aux plus favorisés lui apparaît non pas comme un prélèvement injuste qui affaiblit la société, mais comme un moyen de préserver les individus d'une injuste déchéance qui brise les énergies et corrompt une partie de l'organisme social.

Il y a donc un idéal, celui du développement de la personnalité pour tous, qui a grandi dans la conscience populaire en même temps que la science et la démocratie; idéal en complète harmonie avec l'une et avec l'autre, puisque la solidarité est une notion à la fois scientifique et démocratique; idéal intimement lié à l'ensemble du procès social, et par conséquent conforme aux lois du développement historique.

Mais il ne suffit pas de soumettre à l'épreuve de la méthode historique cette conception générale d'un idéal démocratique. La vision reste naturellement très vague et sans signification précise, si elle n'est pas accompagnée d'un programme d'organisation dont les lignes doivent être au contraire nettement dessinées. Or, c'est dans cette tâche, la plus importante et la plus difficile, qu'il est surtout nécessaire de rester attaché à la méthode d'observation. Le philosophe ou l'homme d'État réaliste, même lorsqu'il s'inspire des considérations morales qui dominent la pensée moderne, limite son programme aux réformes possibles, et écarte de sa politique tout objectif purement idéaliste qui serait dépourvu de portée pratique.

C'est sur ce point essentiel que se marque la différence des méthodes. Le réaliste ne dira pas, comme le philosophe enfermé dans son rêve intérieur : l'inégalité étant un mal, il faut supprimer les titres de propriété qui la consacrent. Ces applications ingénues de la méthode déductive opérant sur des postulats d'ordre moral lui apparaissent comme des anachronismes, dans le siècle des connaissances positives et de l'esprit critique. Il n'attaquera pas une institution, s'il n'aperçoit pas autre part que dans ses désirs les indices des formes nouvelles qui doivent remplacer les anciennes. Au lieu d'exposer complaisamment un système social sur des bases purement idéologiques, il vérifiera si le système est viable et si les germes s'en développent dans la société. Il fera taire ses impatiences, et tiendra compte des traditions, des intérêts, voire même des préjugés enracinés dans un milieu, parce que ce sont des forces que la politique sociale ne peut ignorer ni négliger. Il s'apercevra très vite qu'une réforme, même partielle et de modeste apparence comme la limitation légale de la journée de travail, ne peut s'introduire sans une longue préparation et d'infinis ménagements; il jugera ainsi par expérience de la valeur des grands projets qui tendent à transformer la société de fond en comble.

Nul doute que le droit à l'existence ne soit un des postulats les plus impérieux de la justice sociale. Aussi les écrits socialistes les plus récents proclament-ils le droit à l'existence comme le principe essentiel du socialisme « à base juridique »; encore enveloppée sous cette forme doctorale, la grande et pure idée de justice rayonne de nouveau dans la pensée socialiste, si longtemps opprimée par le matérialisme marxiste. Mais à quel terme aboutissent, les constructions savantes et les développements logiques du nouvel idéalisme « juridique ? A un système communiste dans lequel chaque commune se transforme en maison de force; c'est là, paraît-il, l'idéal des temps nouveaux. Le possibiliste, aussi pénétré que quiconque de la nécessité du droit à l'existence, cherchera de son côté à le garantir; mais il restera dans les cadres de la société présente; ses moyens pratiques seront, par exemple, l'assurance obligatoire contre les risques de la vie ouvrière, la protection légale des travailleurs contre les excès du régime industriel, la généralisation de l'assistance pour les incapables.

Telle est la différence des procédés. Le logicien construit pour le bonheur de l'humanité une cité lointaine. Le réformiste cherche à combattre immédiatement le mal social par les moyens les plus efficaces. Au lieu de se cantonner dans un idéalisme stérile de couvent. ou d'internat, il ouvre son esprit au monde extérieur et se mêle à la vie, moins soucieux de faire grand que de faire vivant, exposant son rêve au contact de la réalité, sans cesser d'entretenir au fond de son âme le culte de l'idéal et la foi invincible dans le progrès.

Pourquoi, en effet, désespérerait-on de l'avenir, alors que le passé nous offre déjà tant d'exemples de progrès accomplis dans la situation des classes laborieuses depuis l'introduction du machinisme et les premiers âges de la grande production? Que l'on se reporte à cette sombre époque de chômage et de misère, que l'on repasse les enquêtes qui ont révélé, en France comme en Angleterre, tant de faits lamentables sur l'exploitation éhontée de la femme et de l'enfant dans les premières fabriques; on reconnaîtra de bonne foi que, si le mal n'a pas disparu, il a été du moins largement atténué, et que les efforts faits pour redresser un état social altéré par des éléments nouveaux d'une puissance inconnue ne sont pas demeurés stériles. Ces efforts, il convient de les analyser, pour apprécier ce que l'on peut en attendre encore dans l'avenir.


§ 2. Le progrès des classes ouvrières; institutions patronales,organisations ouvrières, action législative.

Trois facteurs interviennent aujourd'hui pour améliorer les conditions de la vie ouvrière : les patrons et autres personnes agissant par esprit de bienfaisance ou de solidarité, les diverses organisations ouvrières, et les pouvoirs publics. De ces trois forces, qui opèrent par des voies différentes, considérons d'abord l'action patronale.

Tandis que les démocrates chrétiens, partant du principe que tout homme a droit à la vie, se montrent aussi audacieux dans leurs programmes et dans leurs actes que les solidaristes et les réformistes de la socialdémocratie, aussi favorables à la puissance des associations ouvrières, à l'institution de conseils professionnels investis d'un mandat public, à la protection légale des travailleurs et aux assurances ouvrières obligatoires, d'autres catholiques, également préoccupés des questions sociales, restent attachés à l'individualisme par esprit de tradition. Dans les milieux conservateurs, on ne compte, pour élever la situation des classes ouvrières, ni sur l'État, que l'on considère comme un mécanisme brutal aux mains d'un parti, ni même sur les syndicats ouvriers, que l'on accuse d'être actuellement des instruments de guerre sociale et de tyrannie vis-à-vis des travailleurs eux-mêmes; on ne compte que sur la libre initiative des patrons et des hommes d'oeuvres agissant sous l'inspiration du sentiment religieux ou par esprit de philanthropie. On estime donc que ce sont les institutions sorties de cette initiative, caisses de secours et de retraites, crèches, économats, logements à bon marché, oeuvres d'épargne et d'assistance, qui peuvent le mieux, par leur inuuence morale ou matérielle, faire régner la paix sociale ou au moins atténuer les antagonismes de classes.

Effectivement, de grands efforts ont été faits dans ce sens ; la bienfaisance privée a multiplié ses établissements, et certaines entreprises industrielles ont créé des oeuvres considérables en faveur de leurs ouvriers. Toutefois, si l'on considère le véritable but à atteindre, le relèvement des classes ouvrières au point de vue de leur bien-être, de leur culture et de leur dignité, il est difficile de ne pas avoir le sentiment que ces moyens sont insuffisants, et que parfois même les efforts sont dirigés à faux.

Les oeuvres privées, en dehors des institutions patronales, sont pour la plupart des oeuvres d'assistance, qui ont certes leur grand mérite et leur utilité comme palliatifs de la misère, mais qui ne fournissent pas une solution aux questions ouvrières proprement dites. Quant à celles qui ont un caractère plus large, comme les sociétés anonymes pour les habitations ouvrières, les sociétés antialcooliques et quelques autres, elles ont un champ d'action généralement restreint.

De leur côté, les institutions patronales ne sont et ne peuvent être qu'une exception. L'attention publique se fixe sur celles qui sont fondées par les grandes compagnies de chemins de fer et de mines, par quelques autres établissements importants et quelques patrons généreux; mais, dans la masse des entreprises industrielles, agricoles et commerciales, ces oeuvres disséminées restent une quantité relativement insignifiante. Les lois impitoyables de la concurrence ne permettent pas à la plupart des patrons, même aux meilleurs et aux plus humains, d'entretenir des oeuvres coûteuses au profit de leur personnel.

Cette insuffisance n'est pas la seule. Tout en rendant hommage aux intentions de ceux qui pratiquent le patronage par esprit de de devoir, on peut reconnaître que jamais un secours tombé d'en haut, à titre de charité ou de patronage, n'aura une véritable vertu éducatrice; jamais les ouvriers ne s'attacheront à d'autres oeuvres qu'à celles qu'ils auront créées eux-mêmes; celles-là seules feront leur orgueil, inspireront les dévouements, éveilleront en eux les plus hauts sentiments de la nature humaine.

En maintes circonstances où les industriels se sont imposé de lourds sacrifices, les résultats, il faut bien le dire, n'ont pas été encourageants. Sans nier que les institutions patronales aient contribué, dans certaines régions où les populations ouvrières ont gardé d'anciennes moeurs, à maintenir des relations pacifiques et de nature patriarcale entre employeurs et employés, il semble au contraire que chez des populations plus avancées, plus émancipées, le patronat, malgré ses sacrifices pécuniaires, n'a su récolter que la défiance ou la haine.

C'est que l'oeuvre patronale implique toujours plus ou moins une idée de protection et de tutelle; tutelle insupportable, lors même qu'elle est discrète, pour des ouvriers jaloux de leur indépendance et naturellement ombrageux. Qu'est-ce donc, lorsque la tutelle s'exerce pesamment, sous forme de pression politique ou religieuse, avec des procédés intolérables d'inquisition et de domination? C'est alors la soumission hypocrite chez les uns, la colère et l'hostilité sourde chez les autres, jusqu'à ce qu'un jour la révolte éclate, furieuse, imprévue, inexplicable pour tous ceux qui, les yeux fixés sur la façade, ne savent attribuer l'effondrement de tant d'efforts qu'à la prédication des meneurs contre le bon patron, sans remonter aux causes réelles qui ont lentement préparé les esprits à se soulever au premier souffle d'une parole ardente.

On peut s'affliger de la ruine des anciennes moeurs; mais c'est un fait sur lequel il faut désormais régler sa conduite, un fait de même nature que la disparition de la famille patriarcale, la chute de l'influence politique de l'aristocratie et de ses pouvoirs d'administration locale, et, d'une manière générale, la décadence du principe d'autorité dans la famille et la société. Au même titre, la conception patriarcale du patronat bienveillant et protecteur tend de plus en plus à s'enfoncer dans le passé; le mouvement du monde moderne, avec les sentiments nouveaux qu'il engendre dans la classe ouvrière, nous en éloigne tous les jours davantage.

Aussi voit-on les oeuvres patronales reculer progressivement devant les institutions créées par les associations ouvrières et devant l'action législative; les économats font place aux coopératives, les habitations ouvrières sont édifiées par des sociétés coopératives de construction, le service des secours et des retraites passe aux mains des mutualités et de l'État, la réglementation du travail est l'oeuvre de la loi, les règlements d'ateliers sont contrôlés par l'État, le placement est entrepris par les syndicats, les Bourses du travail et les offices municipaux, etc.

Devant ce phénomène prolongé, universel, inéluctable, convient-il de se consumer en regrets et de répéter constamment les mêmes formules, en se lamentant sur la décadence, l'esprit du mal et le malheur des temps? Ce découragement sied-il à des hommes d'action, qui veulent remplir leur devoir social et n'hésitent que sur la voie à suivre? Non, il faut en prendre son parti, et agir différemment suivant les circonstances. Vis-a-vis d'une population ouvrière dont les idées et les sentiments ont conservé leur nature primitive, des oeuvres inspirées par le « paternalisme » peuvent être bienfaisantes; encore la politique la plus sage et la plus prévoyante est-elle de former des hommes, et d'encourager la pratique des institutions libres, coopératives et mutualités. Mais dans des milieux moralement transformés, il faut renouveler soi-même une conception vieillie du rôle patronal.

Ce n'est pas que le patron, comprenant les nécessités de son temps, doive se borner, dans ses rapports avec ses ouvriers, au rôle purement commercial d'acheteur de la main-d'oeuvre. Bien loin de là, le patron moderne peut parfaitement se concilier l'estime de ses ouvriers, et même davantage, si, tout en maintenant la discipline à l'atelier discipline qui s'imposerait aussi bien dans l'atelier coopératif ou collectiviste que dans l'atelier capitaliste, si donc il traite ses ouvriers non pas en inférieurs et en protégés, mais en hommes ayant des droits égaux aux siens. Il s'agit de reconnaître aux ouvriers leurs droits d'hommes libres, non seulement dans la pratique de leur vie privée, dans le domaine de leur conscience et dans l'exercice de leurs droits politiques, mais même à l'atelier, en tant qu'ils se présentent pour conclure le contrat de travail et pour en faire observer les clauses.

Quelle sera donc, pour préciser, la conduite que tiendra le patron moderne, s'il veut sincèrement remplir son devoir social vis-à-vis de ses ouvriers? Avant toute chose, il leur donnera un juste salaire, au moins conforme au taux courant du métier dans la région, et suffisant à l'entretien de la vie d'après les habitudes du milieu; de même, il leur garantira des conditions de travail normales, une durée de travail ne dépassant pas la durée en usage, et contrôlera soigneusement l'hygiène et la sécurité dans son établissement. Il reconnaîtra franchement, sincèrement et sans arrière-pensée le syndicat ouvrier, n'exclura personne de ses ateliers pour affiliation au syndicat ou participation active à la gestion syndicale, et n'encouragera jamais la délation ou la félonie. S'il a devant lui une association ouvrière sérieuse, il négociera les clauses du contrat de travail avec ses représentants, dans un esprit de large conciliation et de loyauté. Il respectera chez ses ouvriers le sentiment très intense de leur indépendance, et saura les traiter avec ces égards auxquels l'ouvrier, l'ouvrier français surtout, est si particulièrement sensible. Tout cela n'est en somme que l'observation de la légalité et de la simple équité.

Veut-il faire plus, a-t-il le désir et les moyens d'être un patron modèle? Il perfectionnera l'hygiène des ateliers suivant les derniers progrès de la science et de la technique industrielle; il se préoccupera du bien-être des travailleurs en atténuant le bruit, la trépidation, la poussière, la chaleur ou rhumidité, en répandant la lumière, en installant des vestiaires, fourneaux et salles de bains. Il aura même quelque souci de l'esthétique, et ne se croira pas ridicule s'il bannit tout ce qui fait la laideur, la tristesse et la vulgarité des choses, s'il recherche tout ce qui peut réconforter l'esprit et bannir l'impression d'une corvée rebutante.

Croit-il enfin que des institutions en faveur des ouvriers peuvent rendre de réels services ? Il consacrera sans réserve son activité aux oeuvres destinées à l'enfance. Quant aux institutions qui concernent les adultes, il en laissera l'initiative et la direction aux ouvriers eux-mêmes, sachant par expérience que ceux-ci n'y prendront intérêt qu'à la condition d'en faire leur chose. Il se bornera donc à favoriser de la façon la plus discrète celles qui peuvent développer chez les ouvriers l'habitude des gestions économiques, et fortifier en eux le sentiment de la dignité personnelle. Rôle délicat, qui exige non seulement beaucoup de tact, mais surtout un grand désintéressement, l'absence de toute pensée d'orgueil et de domination, de toute idée d'un droit acquis à la reconnaissance des hommes. « Prêtez sans rien espérer »; c'est encore la voie la plus sûre pour gagner les coeurs.

L'action ouvrière est un facteur de progrès autrement énergique que l'assistance patronale. Le mouvement d'organisation ouvrière, qui est d'origine toute récente, nous frappe moins encore par ses résultats actuels que par sa rapidité dans les dernières années. A ce signe, il parait susceptible de se propager en tout sens, et de modifier profondément l'état des relations sociales.

Nous nous sommes expliqués déjà sur l'avenir de la coopération; selon toute vraisemblance, la coopération de production restera toujours cantonnée dans un domaine assez restreint, sans sortir jamais franchement du type capitaliste, tandis que la coopération de consommation est appelée à des destinées plus vastes, dans le domaine de la production comme dans celui de la circulation. Il est permis, sans être utopiste, d'entrevoir une société dans laquelle de vastes groupements coopératifs se procureront dans leurs propres fabriques les produits industriels nécessaires à la consommation de leurs membres, et passeront des marchés pour la fourniture des produits agricoles avec de grandes fédérations coopératives de vente réunissant la masse des agriculteurs.

Les syndicats ouvriers ont aussi l'avenir devant eux. Si le mouvement syndical en France paraît aujourd'hui stérilisé par l'esprit révolutionnaire, on voit ailleurs les syndicats s'inspirer de l'exemple des unions anglaises. Aucun indice n'est plus fécond, à cet égard, que leur tendance à élever le taux des cotisations dans le but de distribuer régulièrement des secours de chômage, et de maladie. Par cette pratique, ils sauront attirer et retenir une masse toujours plus considérable de la population ouvrière. Puissants par le nombre de leurs adhérents et l'étendue de leurs ressources financières, ils pourront établir d'une façon générale le régime du contrat collectif, et faire respecter de tous les membres de la profession les tarifs et conditions librement débattus avec les syndicats patronaux. Ils seront, avec les bureaux municipaux, les seuls offices de placement, et veilleront dans ce service à l'observation des conditions syndicales. Ils pourront faire des marchés à forfait avec les entrepreneurs pour l'exécution de certains travaux et la fourniture de la main-d'oeuvre. Ils contrôleront d'une façon efficace l'application des lois sur la réglementation du travail, figureront dans les conseils professionnels et participeront à la gestion des caisses publiques d'assurances. Lorsque les associations ouvrières seront parvenues à cet état de force et de maturité, et qu'elles trouveront en face d'elles des organisations patronales également fortes, il est à penser qu'un état de paix relative s'établira, dans le monde de l'industrie, par l'équilibre des forces collectives organisées.

Mais le Self-Help a des effets limités, et l'action de la loi est indispensable dans bien des cas où celle de l'association libre est insuffisante. La contrainte légale, bien qu'elle n'ait certainement pas la vertu efficace du bien réalisé volontairement, a paru nécessaire dans tous les pays industriels pour protéger les salariés contre certains abus. Malgré la croissance des associations ouvrières, on peut prévoir que la législation protectrice des travailleurs progressera encore, qu'elle multipliera ses exigences et les étendra à de nouvelles catégories d'intéressés. Au reste, ces lois de protection ne sont peutêtre que des béquilles provisoires, dont on saura se passer le jour où les réformes bienfaisantes qu'elles auront introduites seront entrées définitivement dans les moeurs. Quant aux assurances ouvrières, elles se généraliseront infailliblement; leur extension ne trouve aujourd'hui de sérieux obstacle que dans le défaut d'élasticité des budgets publics; mais le mouvement d'opinion qui se produit en faveur des retraites ouvrières prendra un jour assez de force pour faire accepter les charges de la réforme, peut-être même pour contraindre les gouvernements à réduire leurs énormes dépenses militaires.

La protection légale est surtout nécessaire à l'égard de ceux que leur faiblesse naturelle, leur ignorance, leur dispersion, leur état de misère rendent incapables de se défendre eux-mêmes enfants, femmes, travailleurs à domicile. Les Parlements ont le devoir de songer a ceux-là mêmes qui ne disposent pas de la puissance électorale. Le problème est particulièrement délicat pour les ouvriers à domicile, à cause des difficultés de l'inspection dans les très petits ateliers et du respect dû au domicile familial. Toutefois, il est difficile de penser que l'opinion publique, mieux éclairée sur les conditions du travail en chambre, supportera indéfiniment les abus désignés sous le nom de Sweating system, et les dangers qui en résultent pour la santé publique. Soit que l'on prescrive des mesures destinées à faciliter le contrôle, soit que l'on impose aux employeurs et aux propriétaires des locaux de travail la responsabilité des prescriptions sur l'hygiène, l'âge d'admission et la durée du travail, soit que l'on encourage la coopération parmi les ouvriers à domicile, soit que l'on recoure à d'autres mesures plus radicales telles que le minimum de salaire, sur lesquelles l'expérience n'a pas encore permis de se prononcer définitivement, il paraît probable que l'autorité publique jugera à propos d'intervenir un jour pour protéger les ouvriers à domicile contre l'exploitation dont ils sont victimes, en confiant à des organes professionnels le soin d'adapter les réglementations à la variété des, situations particulières.

A l'égard des ouvriers capables d'organisation, l'intervention législative devient moins nécessaire à mesure que les associations prennent plus de force. Néanmoins, en Angleterre même, la méthode législative est encore préférée et pratiquée, toutes les fois qu'il paraît utile d'établir une règle uniforme qui ne soit pas à la merci des fluctuations de l'offre et de la demande.

Indépendamment de la réglementation du travail et des assurances sociales, le législateur peut encore contribuer à l'élévation de la classe ouvrière en favorisant le développement syndical.

Le syndicat obligatoire, il est vrai, rencontre beaucoup d'adversaires, qui lui reprochent avec raison de rassembler par contrainte les éléments les plus disparates ou les plus hostiles, et de noyer les individualités énergiques dans la masse des faibles et des indifférents. Mais la critique ne porte pas contre une organisation légale des professions qui laisserait intact le droit de former des groupements libres au sein de chaque profession.

Certaines réserves s'imposent aussi en matière d'arbitrage obligatoire. Bien que l'institution paraisse fonctionner d'une façon satisfaisante en Nouvelle-Zélande et en Australie, l'expérience n'a encore qu'une valeur toute relative. Non qu'il faille rejeter a priori tout enseignement qui nous vient des antipodes; quoique la grande industrie ne soit pas développée en Australie, les rapports du capital et du travail y présentent à peu près les mêmes caractères que dans les autres pays de race blanche. Mais les décisions des cours arbitrales ont été jusqu'ici favorables aux ouvriers; elles ont établi dans diverses professions, notamment dans celles où s'exerce le sweating system, un minimum de salaires que les travailleurs auraient été incapables d'obtenir par eux-mêmes; il n'était pas très difficile d'en assurer l'observation de la part des employeurs. Si des circonstances criti obligeaient un jour les tribunaux d'arbitrage a réduire les salaires sur la demande des patrons, il est douteux que leurs sentences pussent être exécutées aussi facilement.

C'est là l'écueil de tout système d'arbitrage obligatoire. La classe ouvrière est-elle dépourvue d'organisation sérieuse? Les décisions arbitrales défavorables aux prétentions des travailleurs sont privées de toute sanction efficace. Les associations ouvrières sont-elles au contraire fortement organisées, remplissent-elles les conditions d'une responsabilité effective? L'arbitrage obligatoire devient pour ainsi dire inutile, parce que des associations patronales et ouvrières solidement constituées savent pratiquer le régime du contrat collectif; elles respectent d'elles-mêmes les conventions arrêtées, ou les décisions d'arbitres volontairement désignés.

Au reste, on observe partout une vive répugnance des ouvriers et des patrons à se lier les mains vis-à-vis d'un arbitre, même librement choisi; aucune des deux parties n'est disposée à se déssaisir, au profit d'un tiers, du droit d'arrêter les termes du contrat qui doit l'obliger pour l'avenir. L'arbitrage obligatoire paraîtrait donc aussi tyrannique aux uns qu'aux autres. De toute manière, il serait sans force éducative, et ne pourrait convenir, comme le libre contrat collectif, à une classe ouvrière pleinement émancipée.

Ce n'est donc pas, en général, par l'arbitrage obligatoire que l'État peut fournir un appui efficace aux salariés. Mais une législation qui permet aux unions patronales et ouvrières de se constituer librement, d'acquérir un patrimoine, d'organiser des oeuvres et services multiples, de conclure entre elles des contrats collectifs susceptiples d'une exécution judiciaire ; une législation qui trace équitablement aux unions ouvrières la limite de leurs droits et de leurs responsabilités, qui met leur patrimoine à l'abri de l'arbitraire malveillant des tribunaux, et qui les autorise à user des moyens sans lesquels elles ne peuvent faire observer les règles communes du métier, tout en les rendant responsables des dommages qu'elles causent par des actes illégaux; une législation qui organise les diverses professions en les dotant de conseils élus par les syndicats patronaux et ouvriers, et qui investit ces conseils de certains pouvoirs concernant les assurances ouvrières, la réglementation du travail, la conciliation et l'arbitrage, etc.; une pareille législation est en harmonie avec l'évolution naturelle; c'est un instrument souple qui favorise le mouvement de concentration et d'organisation collective sans le violenter.


§ 3. L'avenir du salariat.

Telles sont les voies par lesquelles le prolétariat peut s'élever progressivement. Il faut qu'il réalise ses conquêtes successives par l'effort de sa volonté réfléchie, avec l'appui des pouvoirs publics, et qu'il poursuive sans cesse son éducation économique et intellectuelle pour avoir le moyen et le droit d'atteindre des destinées plus hautes.

Dans ces destinées du prolétariat, les révolutionnaires n'aperçoivent qu'un but suprême à atteindre, l'abolition du salariat. Mais quelle distance entre leur rêve et la réalité! Le régime vers lequel nous porte le mouvement historique, loin d'exclure le salariat, suppose au contraire son extension. Ce n'est pas seulement le capitalisme qui, par la concentration des entreprises, accroît le nombre des salariés; le développement de la coopération, du socialisme d'État et du socialisme municipal produit exactement le même effet, puisque les personnes au service des sociétés de consommation et des exploitations publiques n'ont d'autre qualité que celle de salariés. En réalité, le socialisme d'État, s'il devenait intégral, généraliserait le salariat au point d'en faire le régime universel.

Les institutions mêmes qui semblaient devoir limiter ou tempérer le salariat n'ont pas justifié les espérances qu'elles avaient fait naître à leurs débuts; la coopération de production est restée stationnaire, et la participation aux bénéfices a fait moins de progrès encore. La participation contractuelle, la seule qui n'ait pas le caractère d'une gratification à titre de bienfaisance, rencontre des obstacles aussi bien du côté des ouvriers que des patrons. Sans influence sérieuse sur la production dans les établissements à personnel nombreux, elle met le chef d'entreprise dans l'obligation de livrer le secret de ses affaires; et si, d'autre part, elle entraîne une réduction du salaire forfaitaire au-dessous du taux courant, elle soumet le salarié à des, risques qu'il n'est généralement pas disposé à subir. Aussi la participation aux bénéfices est-elle restée une très rare exception; le nombre des maisons qui l'ont introduite, évalué à 230 ou 300 pour le monde entier en 1889, semble avoir diminué depuis cette époque. Le salariat pur et simple ne recule donc ni devant la coopération de production, ni devant la participation aux bénéfices. Il s'étend à des couches plus nombreuses, à mesure que les exploitations s'agrandissent et que les populations agricoles se détachent de la terre.

Mais le salariat n'implique par lui-même ni subordination personnelle, ni infériorité sociale. Encore une fois, la qualité de prolétaire n'est pas attachée au fait de louer ses services à temps pour une rétribution en argent; elle résulte de l'insuffisance du salaire, de l'instabilité de la position, et de la dépendance dans laquelle le salarié se trouve placé, par le fait de ces circonstances, vis-à-vis de ceux qui disposent des emplois. La condition d'un comptable, d'un ouvrier spécialiste, d'un ingénieur, d'un fonctionnaire, d'un salarié quelconque stable et bien payé, n'est pas moins avantageuse ni moins réellement indépendante que celle d'un entrepreneur de la même catégorie sociale. Or le salariat peut devenir, pour la plupart des travailleurs manuels, un état aussi satisfaisant; il n'existe aucune raison a priori de penser le contraire, et les progrès déjà accomplis sous nos yeux autorisent toutes les espérances. Pour que le salariat cesse d'engendrer le prolétariat, il faut et il suffit qu'il subisse certaines modifications, profondes il est vrai, et difficiles à réaliser, mais dont aucune ne parait au-dessus des forces humaines, ni en dehors des conditions normales de l'évolution économique.

Avant tout, le salaire doit être plus élevé. Sur le continent européen, le salaire de la plupart des travailleurs manuels est insuffisant; lors même qu'il est affecté tout entier aux besoins essentiels de la vie, il est trop faible encore pour procurer le bien-être, pour couvrir les charges de famille et les risques d'incapacité de travail. Le salaire des ouvriers agricoles est resté particulièrement bas, et celui des travailleurs à domicile est misérable.

Néanmoins, des progrès appréciables ont été déjà réalisés. Dans tous les pays civilisés, le taux général des salaires a haussé pendant la seconde moitié du XIXème siècle, tandis que le prix des choses nécessaires à l'existence s'est élevé moins vite, ou même a diminué à partir de 1880. D'après les études statistiques de M. Bowley, la hausse des salaires en argent, depuis 1850, a été plus forte en France et aux États-Unis qu'en Angleterre. Mais, depuis cette époque, le coût de la vie a augmenté d'environ 20 p. 100 en France; il est resté à peu près stationnaire aux États-Unis; il a beaucoup diminué en Angleterre. Aussi M. Bowley, tenant compte des variations du pouvoir de l'argent, estime-t-il que le salaire réel, dans ces trois pays, a haussé, pendant cette période, dans une même proportion de 80 à 90 p. 100. Si le taux des salaires reste assez inégal chez les différents peuples, le mouvement de hausse proportionnelle n'est cependant pas sensiblement différent; il se constate aussi en Belgique, en Allemagne, en Italie, dans tous les pays prospères, et particulièrement chez les peuples qui accomplissent leur transformation économique.

La cause générale de ce phénomène est évidemment l'accroissement de la productivité du travail par le fait des progrès techniques. S'il était nécessaire de confirmer ce point de vue, on montrerait facilement que le taux des salaires est d'autant plus élevé dans un pays que les instruments de la production y sont plus perfectionnés; on pourrait d'ailleurs aussi bien démontrer que l'élévation des salaires provoque à son tour les perfectionnements du machinisme. De l'accroissement de la production, les classes ouvrières tirent un double avantage une hausse de leur salaire en argent, et une diminution du coût de l'existence. Ces deux tendances ne sont nullement contradictoires si les entrepreneurs parviennent, par des améliorations techniques, à multiplier les produits en réduisant le coût de l'unité, il leur est possible d'accorder des augmentations de salaires tout en diminuant le prix de la marchandise. C'est donc à la fois par la hausse du salaire et par l'abaissement du prix de la vie que les travailleurs peuvent avoir leur part du progrès matériel. Et, en fait, c'est bien ainsi que les choses se sont passées; grâce à une augmentation régulière du salaire depuis 50 ans, grâce à une diminution générale des prix depuis 30 ans, le bien-être s'est accru dans les classes ouvrières, sans d'ailleurs que cet accroissement ait été proportionnel à celui de la production.

L'accroissement de la production par le progrès scientifique, qui a rendu possible la hausse générale des salaires au XIXème siècle, ne suffit cependant pas à l'expliquer. S'il existait, en effet, une loi naturelle limitant le salaire au minimum strictement indispensable à l'entretien de la vie physiologique, si le salaire, en d'autres termes, n'offrait quelque résistance que par la mortalité de la population ouvrière, l'accroissement de la production, en réduisant le prix des choses nécessaires à la vie, n'aurait eu d'autre effet pour les travailleurs que d'abaisser leur salaire en argent. Il est vrai que les théoriciens de la loi d'airain ne lui ont jamais donné cette rigueur, et qu'ils ont toujours admis l'influence des habitudes du milieu sur la détermination du salaire minimum; mais leur formule est alors si contingente, elle fait une place si importante à l'action effective des exigences de la classe ouvrière, qu'elle perd toute signification rigoureuse et tout caractère de contrainte; le cercle d'airain se desserre -comme un ruban élastique.

Là se trouve, en effet, la vérité. Si le salaire s'est élevé en même temps que la productivité du travail, c'est qu'il possède une force de résistance et d'expansion qui ne dépend pas seulement de la diminution de la population ouvrière; c'est qu'il puise cette force dans la volonté des travailleurs coalisés. En l'absence d'une solide organisation ouvrière, le salaire est bien la partie la plus compressible des frais de production, celle que la concurrence peut abaisser jusqu'au point où la misère réduit effectivement l'offre de la main-d'oeuvre; mais, par l'effort combiné des travailleurs, le salaire peut devenir au contraire un élément extensible des frais, et même un élément irréductible résistant à une baisse du prix du produit.

Beaucoup d'économistes traitent d'hérésie la prétention émise par les unions ouvrières anglaises, de maintenir en tout état de cause un certain minimum de salaire correspondant à l'étalon de vie habituel; cette théorie du living wage, d'après laquelle l'industrie doit en toute circonstance, nourrir ses hommes et assurer à ceux qu'elle emploie un minimum d'existence, leur parait se heurter à des lois naturelles inéluctables. Pour eux, les volontés humaines les mieux trempées, les plus unies, les plus tendues par l'excès du désespoir, doivent se briser devant la loi implacable qui soumet les salaires aux variations des prix du produit.

Mais cette vue théorique, inspirée, il est vrai, par l'observation de certains faits concluants en apparence, ne représente cependant qu'un côté du problème complexe de la valeur. En formulant avec cette précision la subordination du salaire, on oublie que si le prix de vente exerce une influence incontestable sur le prix de revient, celui-ci, à son tour, agit par ses variations sur le prix du produit; dans le conflit perpétuel des éléments en concurrence, la force décide de la victoire.

Parmi les frais de production, il en est qui, à raison des circonstances, n'ont aucune force interne de résistance, et qui suivent docilement les mouvements des prix du produit; c'est le cas, généralement, pour le fermage aux époques de renouvellement du bail, pour l'intérêt du capital immobilisé, et même, dans une certaine mesure, pour le prix de la matière première quand elle n'a qu'un seul débouché. D'autres, au contraire, sont irréductibles soit qu'ils puisent leur force dans la loi, comme les impôts; soit qu'ils trouvent des points d'appui extérieurs et des débouchés en dehors de l'industrie en souffrance, comme les frais d'assurances, les taxes de transport, les loyers des magasins de vente au détail et l'intérêt des capitaux circulants. Ces frais sont intangibles, et l'industrie qui ne peut les payer est impuissante à les réduire; elle doit restreindre elle-même sa production, jusqu'à ce que les prix soient remontés au niveau nécessaire pour les couvrir; ces sortes de frais, au lieu d'être déterminés par le prix de vente, contribuent au contraire à le déterminer.

Or, les éléments du coût de production qui possèdent ce privilège ne forment pas une catégorie invariable et fermée; tel élément, qui s'impose à un taux irréductible dans certains cas, cesse sa résistance dans d'autres, et inversement; c'est une question de force subordonnée aux circonstances. Les salaires peuvent eux-mêmes, par la puissance de la loi ou des organisations ouvrières, avoir une force suffisante pour s'imposer à un taux minimum comme le loyer de l'argent ou les impôts, et pour forcer la production à se restreindre lorsque les prix sont trop bas. Si les unions ouvrières sont capables de soutenir leurs chômeurs et d'exercer leur influence sur l'ensemble des ouvriers de la profession, elles préféreront cette politique de résistance à celle des concessions illimitées; elles aimeront mieux aggraver le chômage par leur fermeté, et appauvrir en conséquence leurs caisses de secours, que de consentir à des abaissements qui pourraient se consolider comme dans les industries à domicile. En Angleterre, depuis la constitution de trade-unions puissantes, les salaires, au lieu de tomber comme jadis, se maintiennent relativement stables dans les périodes de dépression industrielle, sans que le chômage soit devenu plus intense dans les mêmes périodes

Il n'y a donc aucune raison théorique pour considérer les salaires comme destinés fatalement à subir le contre-coup des plus extrêmes fluctuations des prix. Et de fait, dans le dernier demi-siècle qui s'est écoulé, si les salaires ont été réduits pendant les périodes de crise, la baisse ne leur a pas fait perdre tout le terrain gagné; les reculs momentanés n'ont été que des oscillations dans un mouvement général de hausse.

Ce mouvement est destiné à se prolonger et à grandir encore, parce que ses causes agiront dans l'avenir avec une force grandissante. Les découvertes de la science et la diffusion des connaissances techniques ne cesseront d'accroître la productivité du travail dans l'agriculture et dans l'industrie; les conditions resteront donc favorables à la hausse générale des salaires, sauf dans quelques industries où la main-d'oeuvre pourra se trouver momentanément atteinte par de brusques transformations du machinisme. En outre, les associations ouvrières, selon toute vraisemblance, se fortifieront par l'accroissement de leurs membres et de leurs ressources, par le perfectionnement de leurs méthodes et la centralisation de leur direction. Les salariés seront donc mieux armés dans l'avenir que par le passé; ils sauront mieux profiter de l'essor de la production pour élargir leur part dans la richesse sociale.

Mais, ici encore, le théoricien pessimiste intervient pour jeter sa note découragée. Qu'importe la hausse générale des salaires? Quelle amélioration peut-elle procurer aux classes ouvrières, si elle doit entraîner, par l'augmentation des prix de revient, une hausse générale des prix et un accroissement équivalent des charges de la vie pour les travailleurs?

Rien de tel cependant, ni en théorie ni en fait. En admettant même que la hausse des salaires se répercute exactement sur les prix des marchandises, il ne peut pas arriver que les prix haussent dans la même proportion que les salaires; car les prix ne se composent pas seulement des salaires; ils renferment d'autres éléments constitutifs, l'intérêt, le revenu foncier, le profit, qui ont plutôt une tendance à baisser. Si, par exemple, le prix d'une marchandise contient 3 francs de salaires et 3 francs de revenus capitalistes, et si le salaire vient à doubler, le prix ne doublera pas, mais passera de 6 à 9 francs. Or, il n'est pas indifférent à l'ouvrier de recevoir 6 francs au lieu de 3, alors même que le produit devrait coûter désormais 9 francs au lieu de 6; sa part proportionnelle dans le produit s'élève de la moitié aux deux tiers. Tandis que la hausse générale des salaires profite exclusivement à la classe ouvrière, la hausse des prix qui peut en résulter ne pèse pas sur elle seule, et ne l'atteint en aucune façon quand il s'agit d'objets qui n'entrent pas dans sa consommation ordinaire.

Cette dissertation, théorique est d'ailleurs dénuée d'intérêt, parce qu'elle suppose, à côté du salaire croissant, des frais qui restent invariables. Or, en fait, les progrès de la production et des transports ont tellement réduit les frais, même pour les produits agricoles, que dans tous les États qui n'ont pas à supporter des charges exceptionnelles, le coût de l'existence a plutôt diminué depuis trente ans, malgré la hausse générale des salaires. A part le logement dans les grandes villes, la viande, le lait et quelques produits moins importants, tous les objets de consommation populaire, tous les articles fabriqués de qualité commune sont aujourd'hui moins chers qu'en 1870, et le seront moins encore dans l'avenir.

Pour que le salariat perde son caractère oppressif, il ne suffit pas que le travail soit mieux rétribué; il faut aussi qu'il soit moins pénible, moins absorbant et moins dangereux. A cet égard encore, les améliorations réalisées depuis une cinquantaine d'années nous font présager celles qui seront obtenues à l'avenir.

Dans la grande industrie, les journées de 13 à 15 heures ont fait place aux journées de 10 heures, et même à des durées plus courtes en Angleterre et en Australie, grâce aux exigences des lois de fabrique et des unions ouvrières. L'hygiène industrielle a été notablement améliorée, sur l'initiative des chefs d'industrie ou par l'effet des prescriptions légales. Or la loi, les associations ouvrières, l'action patronale elle-même, sont des forces qui continueront à agir dans le même sens avec une énergie croissante.

Il faut encore, pour que le contrat de travail ne conserve aucune trace des anciens rapports de sujétion, que les termes en soient parfaitement définis, et que le mode, la qualité et la durée des prestations à fournir par lé travailleur soient nettement déterminés. A cette condition, le salarié n'est plus un serviteur à la discrétion de celui qui loue ses services; c'est un homme libre, qui a vendu une quantité de travail bien délimitée. Le contrat de travail tend certainement à prendre ce caractère de précision dans les pays où il est conclu par les associations ouvrières le contrat collectif fait perdre au louage de services son caractère irritant, surtout lorsqu'il est conclu par des groupes de travailleurs qui s'engagent à exécuter certains ouvrages pour un prix déterminé.

Reste enfin, pour les salariés, à conquérir le bien le plus précieux et le plus essentiel, la sécurité de l'avenir. A cet égard, la loi leur est déjà venue en aide, en posant de nouveaux principes sur la responsabilité des accidents de travail et, dans certains pays, en instituant l'assurance obligatoire pour la maladie, l'invalidité et la vieillesse; en matière d'assurances ouvrières, la législation a été particulièrement féconde dans ces dernières années; elle le sera plus encore à l'avenir. Il faut observer aussi que le salaire, s'il devient plus élevé, permettra mieux l'épargne au travailleur, et le garantira davantage contre les risques auxquels il reste exposé.

Mais il n'y a de véritable sécurité pour l'ouvrier que s'il peut compter sur la stabilité de son emploi. Nous rencontrons ici l'obstacle qui s'oppose incessamment aux efforts de la classe ouvrière, le mal dont elle souffre le plus dans notre organisation économique: le chômage. Nul problème plus douloureux et plus pressant, nul non plus qui échappe davantage à la volonté humaine; devant ce vice inhérent au régime de la concurrence, il semble jusqu'ici que la civilisation moderne reste impuissante. Et pourtant, sur ce point même, divers symptômes permettent d'espérer un état meilleur.

Les crises générales, qui provoquent les chômages en masse les plus difficiles à secourir, semblent devoir s'atténuer. Quant aux chômages partiels, qui paraissent inévitables, ils peuvent cependant devenir moins intenses et moins fréquents. Le service du placement se perfectionne dans les offices municipaux et les Bourses du travail, qui se fédèrent pour organiser un service de renseignements centralisé, tandis que les syndicats facilitent les déplacements par des secours de route. D'autre part, les coalitions de producteurs, les associations ouvrières et les lois limitant la durée du travail agissent simultanément pour régulariser l'allure de la production, même dans les industries soumises aux variations de la mode. En temps normal et vis-à-vis d'un nombre restreint de chômeurs, des unions ouvrières fortement constituées comme en Angleterre sont capables de fournir des secours importants. Nous pouvons espérer que le remède se trouvera un jour dans une organisation généralisée de l'assurance ou de l'assistance contre le chômage, entreprise par les syndicats ouvriers avec l'aide des pouvoirs publics, ou par des corporations professionnelles de patrons et d'ouvriers, légalement organisées et rendues responsables des irrégularités de l'industrie vis-à-vis du personnel salarié de la profession. Quant à la masse flottante des incapables, des faibles et des infirmes qui sont en chômage chronique, elle reste nécessairement en dehors des organisations professionnelles et ne relève que de l'assistance mais ce n'est pas elle qui pèse sur le salaire des ouvriers valides et laborieux.

Le chômage et le sweaty system dans les industries à domicile, voilà les deux grandes plaies des sociétés modernes. Sont-ce les seules? La situation des travailleurs, loin de s'améliorer, ne tend-elle pas encore à empirer par l'émigration des ouvriers agricoles et des très petits propriétaires ruraux vers les villes et les centres industriels? On ne peut nier que ce soit là un symptôme de malaise pour le prolétariat agricole. Toutefois, il ne faudrait pas l'interpréter sous des couleurs trop sombres. Si les travailleurs agricoles émigrent vers les villes, c'est sans doute qu'ils y trouvent des salaires plus élevés, et, à tout prendre, des conditions meilleures, non seulement dans l'industrie, mais aussi dans les petits emplois des chemins de fer, des administrations et du commerce. Par le fait de cette émigration, les ouvriers qui restent attachés à l'agriculture se trouvent eux-mêmes dans une situation plus favorable. Le mouvement peut se prolonger, mais non pas indéfiniment; il correspond à un état transitoire de la transformation économique d'un pays; il marque l'étape douloureuse par laquelle doit passer le prolétariat pour s'agglomérer en masses puissantes et s'affranchir des servitudes économiques qui pèsent encore sur lui.

Le salariat peut donc devenir un état dans lequel le travailleur et l'employé trouveront plus de bien-être, d'indépendance et de sécurité. Bien que ces vues d'avenir se basent sur l'expérience de certains résultats déjà obtenus dans les pays les plus avancés, peut-être paraîtront-elles empreintes d'un optimisme excessif. Mais il ne faut pas oublier qu'une certaine dose d'optimisme est nécessaire dans les choses humaines, parce que l'optimisme est par lui-même une force qui tend à réaliser ses fins. On ne veut pas dire que l'élévation des classes ouvrières s'accomplira mécaniquement; elle ne se fera pas sans efforts et sans luttes; il y faut l'action persévérante des salariés étroitement unis dans leur volonté de s'émanciper eux-mêmes; il y faut aussi le concours de la puissance publique et de tous les hommes de bonne volonté. Mais cette tâche n'est pas impossible; l'oeuvre du relèvement des travailleurs ne rencontre pas d'obstacle infranchissable dans les lois naturelles du monde économique, et se trouve au contraire en harmonie avec l'ensemble du procès historique des sociétés modernes.

Ce but, on l'atteindra d'autant mieux que les hommes sauront renoncer à leurs préjugés de classe, et cesseront de se représenter les hommes d'une autre classe sous les traits les plus corrompus. La classe ouvrière n'est pas la seule portion saine de là société; mais elle renferme les plus précieuses qualités de dévouement, de générosité et de solidarité; elle possède une abondante réserve de forces neuves, une élite d'hommes remarquables par leur caractère et leurs aptitudes administratives, qui se révèlent plus nombreux à mesure que les fonctions électives leur donnent l'occasion de mettre ces qualités en valeur dans les associations ouvrières et les administrations publiques. Ces hommes sont les organisateurs et les éducateurs naturels de leur classe; c'est à eux qu'il appartient, par un usage viril de leur autorité morale, d'enseigner à la classe ouvrière la pratique de ses devoirs sociaux, la contrainte sur soi-même, la persévérance dans l'accomplissement des obligations syndicales, la loyauté dans les rapports avec les employeurs, le respect des engagements librement contractés.

De même encore, on peut dire que les travailleurs manuels ne constituent pas la nation tout entière, et que les problèmes qui les concernent ne sont pas les seuls intéressants pour la communauté nationale fussent-ils la masse, les salariés ne sauraient s'isoler des autres classes ni dédaigner l'opinion publique, dont la faveur n'est pas indifférente au succès de leurs revendications. Mais les questions ouvrières sont aussi les plus urgentes de l'heure présente, et nul homme de coeur, nul homme doué de quelque sens politique ne peut s'en désintéresser. S'il est vrai que l'état d'abaissement des prolétaires est pour une nation un état de barbarie, s'il est vrai que l'esprit révolutionnaire est une menace constante pour la civilisation, il n'est rien de plus essentiel pour la société moderne que le progrès des classes ouvrières; au point de vue même des intérêts matériels, il n'est rien de plus nécessaire, puisque toutes les conditions de l'accroissement des richesses, perfectionnement du machinisme, intensité et habileté du travail humain, sont étroitement liées à l'élévation des salaires et au bien-être des travailleurs.

C'est dire que les entrepreneurs eux-mêmes, considérés en général, sont intéressés à ce progrès. Dans une population ouvrière préservée du surmenage, de la misère et de l'alcoolisme, les chefs d'établissement trouvent des travailleurs plus habiles et plus vigoureux, capables de conduire des machines délicates et d'atteindre le maximum de production. S'ils peuvent traiter avec des associations assez fortes pour assurer l'observation des contrats, ils entretiennent avec leurs ouvriers des rapports plus réguliers et plus sûrs; ils obtiennent la fixité des salaires, et se mettent à l'abri des grèves pendant la durée prévue par le contrat collectif. Si des dispositions légales et contractuelles, rigoureusement appliquées dans l'ensemble de l'industrie, limitent la journée de travail, interdisent le travail de nuit et prescrivent des jours de repos, ils y trouvent une protection contre l'expansion soudaine et momentanée de la production, et sont moins exposés aux crises de surproduction. Pourquoi donc redouteraientils l'accroissement de la puissance des travailleurs, s'il doit en résulter un état d'équilibre organisé où il y aura, pour eux comme pour les salariés, plus d'ordre et de sécurité?

Il est vrai que le coût de production s'élève, toutes les fois que la loi ou les associations ouvrières introduisent une amélioration en faveur des salariés. Mais de même qu'en définitive un entrepreneur ne profite pas d'une baisse des salaires, parce que ses concurrents bénéficient de réductions semblables, de même il ne souffre pas d'un relèvement des salaires ou d'une diminution de la journée de travail, quand la règle est établie par la loi ou par de puissantes organisations syndicales qui peuvent l'imposer à tous; les conditions de la concurrence se trouvent alors égalisées, et les prix doivent se conformer au mouvement des frais. Si l'observation de la règle commune est rigoureusement contrôlée, soit par des inspecteurs du travail, soit par des syndicats patronaux et ouvriers suivant les cas, la concurrence déloyale des côtoyeurs qui font travailler ou acceptent de travailler à des conditions inférieures se trouve écartée. Il n'y a, pour souffrir de la situation, que les entreprises parasites, celles qui ne parviennent à subsister que par l'exploitation abusive des forces de travail; celles-là sont condamnées à succomber; c'est un mal social qui disparaît.

Mais que deviennent les industries nationales, si elles ont il supporter des frais qui leur rendent la lutte impossible vis-à-vis de la concurrence étrangère? L'objection se retrouve à toute époque et en tout pays, contre toute réforme proposée en faveur de la classe ouvrière; elle est certainement grave, si l'on considère les intérêts immédiats des industries exposées à la concurrence étrangère. Mais toutes les industries d'un pays ne sont pas dans ce cas; l'industrie du bâtiment, les petites industries de l'alimentation et le commerce de détail, par exemple, n'ont rien à redouter de ce côté. D'autres branches de la production n'ont à subir la concurrence des produits étrangers que sur le marché intérieur; à celles-là, il est possible d'accorder une protection contre les pays retardataires qui menaceraient par leur concurrence les conquêtes de la classe ouvrière.

L'objection ne prend toute sa force qu'à l'égard des industries d'exportation. Toutefois, l'expérience nous montre que les pays où la situation des travailleurs est la plus haute sont aussi les premiers dans la lutte industrielle; le travail y est plus productif, à cause de la vigueur des ouvriers et du développement du machinisme, de sorte que, malgré des salaires plus forts et des journées plus courtes, le coût de la main-d'oeuvre y est moins élevé qu'ailleurs.

Cette observation n'a d'ailleurs qu'une valeur relative. Les hauts salaires et les courtes journées n'exercent leur effet sur la productivité du travail qu'à longue échéance, par la formation de nouvelles couches de travailleurs soumis à une meilleure hygiène et à une meilleure éducation professionnelle; il peut donc arriver qu'une hausse des salaires ou une réduction du temps de travail s'opérant d'une façon trop brusque dans un pays rompe momentanément l'équilibre au détriment de certaines industries nationales. D'un autre côté, l'avantage attaché à l'emploi d'ouvriers bien payés, incontestable dans les industries mécaniques où la perfection du machinisme assure la prééminence, cesse d'exister dans les industries a, domicile; là, les prix les plus bas, qui permettent de triompher sur les marchés extérieurs, ne peuvent être obtenus que par les pires excès d'exploitation à l'égard des travailleurs. Reste à savoir si une nation est réellement intéressée, même au point de vue purement utilitaire, à conserver des industries qui exportent le sang et la vie des hommes. Un jour viendra sans doute où les États se lasseront de cette lutte homicide, comme ils se lassent déjà des primes à l'exportation.

Soit par la force de l'exemple, soit par des conventions diplomatiques, soit même par des accords entre syndicats de producteurs ou entre associations ouvrières, les limitations du travail se généraliseront, en même temps que les salaires poursuivront leur mouvement de hausse parallèle dans les différents pays industriels. La concurrence étrangère n'est pas, en définitive, un obstacle a l'ascension des classes ouvrières, parce que les mêmes causes agissent dans les pays en concurrence pour déterminer une progression simultanée.

Lorsque le salariat aura subi ces transformations, l'opposition d'intérêts entre employeurs et salariés subsistera encore, comme elle existe entre producteurs et négociants, entre commerçants et consommateurs, entre tous ceux qui ont à débattre les clauses d'un marché; mais la lutte de classes, l'antagonisme haineux et violent, perdra sa raison d'être et cessera naturellement. La lutte de classes, est une révolte de la classe ouvrière contre un certain état de dépendance économique. Mais si l'on admet par présomption qu'un salaire plus élevé donnera un jour l'aisance aux travailleurs, qu'une journée de travail plus courte leur permettra d'atteindre un plus haut degré de culture, que des contrats soigneusement faits limiteront exactement la somme d'efforts à fournir pour un prix déterminé, les travailleurs se trouveront alors, comme vendeurs de travail, dans les mêmes conditions d'indépendance et d'égalité que des vendeurs de matières ou de machines. Il existera naturellement entre eux et les acheteurs une opposition d'intérêts, mais qui n'aura aucune raison de se transformer en guerre de classes; les vendeurs de travail, n'ayant pas à subir la domination des acheteurs, n'auront pas plus de motifs que les vendeurs de marchandises pour haïr les chefs d'entreprise avec lesquels ils se trouveront en relations d'affaires, surtout si les entrepreneurs, contractant avec des groupes coopératifs, se trouvent dispensés de toute surveillance; et les employeurs, de leur côté, sauront accepter les exigences des ouvriers et les hausses de salaires avec autant de sang-froid et de résignation qu'ils subissent aujourd'hui les hausses du prix de la houille ou du coton.

§ 4. L'individu dans la société.

Le régime vers lequel nous porte l'évolution historique est un régime plus organisé que celui des débuts du capitalisme. Dans cette organisation, qui est un peu celle du présent, et qui sera vraisemblablement, dans une mesure bien plus large encore, celle de l'avenir, l'individu ne perd-il pas quelque chose de son autonomie?

Question troublante, à coup sûr, dans un temps comme le nôtre, où l'individu est plus attaché que jamais à son indépendance et semble peu disposé à abdiquer ses droits. Le régime moderne se distingue justement de l'ancien par ce trait essentiel que l'individu, affranchi des liens qui l'attachaient à la terre, à la famille, à la corporation, à la caste ou à la cité, est devenu libre, mobile, capable de se déclasser, de s'élever ou de s'abaisser, dans la mêlée universelle où s'agitent confusément les éléments sociaux depuis la suppression des cadres fixes qui formaient la structure de l'ancienne société. L'individu va-t-il donc, par une nouvelle évolution, retomber sous le joug de l'État ou de la corporation? Assistons-nous à une reconstitution des corps, qui menacerait encore une fois l'indépendance individuelle conquise au prix de tant de luttes? N'y a-t-il pas, dans cette double tendance des sociétés modernes, une contradiction interne redoutable qui ne pourra se dénouer que par la ruine de l'un des deux termes, individualisme ou organisation collective?

Assurément, l'ordre social qui se dessine dans le présent est bien éloigné de l'individualisme atomique qui domina longtemps en Europe, à la suite de la Révolution française et sous l'influence des philosophes de la liberté naturelle. Des associations de capitalistes, de producteurs, de consommateurs, de patrons, de salariés, assez puissantes pour limiter ou abolir la concurrence, pour imposer leurs règles à toute une profession, pour obliger les dissidents à se soumettre ou à disparaître, un tel régime est en contradiction avec la liberté du travail, des échanges et des contrats, avec la conception parcellaire et inorganique de la liberté. A plus forte raison la contrainte légale et fiscale, qui prend de nos jours une si grande extension au profit de certaines classes, est-elle en opposition avec ces principes.

Mais les transformations sociales qui se sont opérées depuis le début du XIXème siècle ne permettent plus de revenir à l'individualisme de la législation révolutionnaire. Les liens d'interdépendance et de coopération sont devenus trop nombreux et trop forts, par l'effet de la civilisation moderne, pour que l'individu puisse encore aspirer à la liberté hypothétique de l'homme de la nature, ou à l'indépendance de l'homme primitif qui se suffit à lui-même. L'individualisme a changé de nature, et ne se conçoit plus autrement que fortifié par l'association.

Or, il est inévitable qu'une association, quelle qu'elle soit, cherche à atteindre son plus haut degré de puissance et exerce effectivement son pouvoir pour remplir sa destination, même aux dépens de l'autonomie individuelle. L'État devra-t-il donc entreprendre la lutte contre les associations, et s'efforcer de détruire lui-même les germes les plus féconds d'une organisation des forces collectives, au nom d'un idéal suranné de dispersion et de concurrence anarchique? Faudra-t-il qu'il établisse ou qu'il conserve un appareil archaïque de répression contre les syndicats de producteurs, lors même que ces nouvelles combinaisons se présenteraient comme des formes perfectionnées de l'organisation économique, donnant aux producteurs le moyen de réduire les frais, de régler la production d'après les besoins, et d'assurer la prééminence aux industries nationales? Combattra-t-il les coopératives, alors que les consommateurs réalisent une économie et un progrès en supprimant par leurs associations des intermédiaires devenus inutiles? S'opposera-t-il aux entreprises des communes, lorsqu'elles tendent à ériger en services publics des monopoles qui intéressent la généralité de leurs habitants? Devra-t-il se mutiler lui-même, et renoncer à toute action sociale par respect pour le principe individualiste? Ce serait une politique singulièrement rétrograde que celle qui se proposerait d'étouffer toutes les manifestations de la vie collective et tous les efforts d'organisation, prémices d'un avenir meilleur; elle ne réussirait qu'à retarder un mouvement nécessaire, au grand dommage des intérêts généraux.

Si les associations exercent une action légitime lorsqu'elles usent de leur force pour remplir leur fonction, on accordera que les associations ouvrières sont aussi dans leur rôle naturel, lorsqu'elles exercent leur pouvoir de fait pour réaliser leurs fins. Non sans doute qu'il puisse jamais être permis à un syndicat ouvrier de commettre des attentats et de troubler l'ordre public; aucune société régulière ne saurait tolérer le désordre et la violence, d'où qu'ils viennent. Mais on conçoit qu'une association ouvrière recoure aux moyens pacifiques qui sont à sa portée pour atteindre son but. Il est naturel qu'elle interdise de travailler pour un salaire inférieur à un taux déterminé, qu'elle cherche à imposer les conditions syndicales à tous les ouvriers de la profession, et qu'elle mette en interdit les récalcitrants, généralement inférieurs en moralité ou en capacité, qui lèsent les intérêts de leur classe en acceptant des conditions plus basses. L'individu, suivant la conception unioniste anglaise, conserve la faculté de débattre ses intérêts particuliers pour obtenir la prime due à sa supériorité; mais il n'a pas, sauf les cas de faiblesse appréciés individuellement, la faculté de compromettre le succès des efforts collectifs en allongeant la durée de son travail ou en travaillant au rabais. Si l'association est assez nombreuse et assez puissante, elle saura même contraindre les isolés à s'affilier, et ne permettra l'accès du métier qu'à cette condition; elle n'admettra pas qu'un homme se dérobe aux obligations et aux charges communes, en se réservant de recueillir le bénéfice de l'action syndicale. Aucune législation, aucune jurisprudence ne pourra jamais protéger efficacement les réfractaires contre la pression d'un syndicat comprenant déjà la grande majorité des ouvriers d'une profession. Tyrannie syndicale! dira-t-on. Faut-il donc lui préférer l'omnipotence patronale ? Et si la contrainte des coalitions ouvrières est nécessaire au succès de leurs efforts, préférerait-on le régime de l'indépendance individuelle et du contrat individuel, qui laisse le patron maître de fixer le salaire à son gré sous la pesée de la concurrence?

Un régime de grandes associations organisées, si favorable soit-il aux intérêts de l'ensemble, ne va donc pas sans sacrifices pour l'individu. Mais en quoi l'individu, qui subit aujourd'hui la loi de la majorité dans l'ordre politique, trouverait-il plus pénible de se soumettre à la même loi dans l'ordre de ses intérêts professionnels? La règle commune établie dans une profession par la loi ou par les syndicats supprime, il est vrai, la faculté individuelle de travailler ou de faire travailler à des conditions inférieures; mais c'est en vue de sauver l'individu lui-même de la dépression qui résulterait d'un état de concurrence anarchique; la réglementation a pour but de protéger le développement individuel, elle constitue la véritable garantie de l'individu. Enveloppé dans les grandes masses des unions permanentes, l'individu se trouve sans doute moins indépendant dans son activité économique, moins maître de ses destinées; mais il y gagne aussi d'être mieux soutenu et plus sûr de l'avenir. S'il perd quelque chose de son autonomie, c'est seulement dans le cercle de sa vie économique quant à ses conquêtes essentielles, quant aux libertés qui lui sont aussi précieuses aujourd'hui qu'au premier jour, liberté de mouvement, de pensée, de parole, liberté de citoyen, elles lui restent intactes, ou ne subissent d'atteintes que pour des causes absolument étrangères au mouvement d'organisation économique.

Si toutefois l'individu se trouvait menacé dans ses intérêts légitimes et dans ses libertés essentielles par la puissance tyrannique des associations, il appartiendrait à l'État, organe du droit et gardien de l'équilibre social, de le protéger contre ce nouveau danger.

Si le monopole des trusts et des cartels devenait vexatoire pour le public, l'État serait fatalement amené à intervenir comme il est déjà intervenu dans l'industrie des chemins de fer, soit pour imposer a ces dangereuses combinaisons une certaine publicité de leurs opérations et un contrôle administratif, soit pour limiter leurs prix par des tarifs, soit même pour les absorber. Le jour où il deviendrait nécessaire de combattre la puissance de l'aristocratie industrielle et financière, la démocratie, quelles que soient les immenses ressources de ses adversaires, ne saurait être longtemps trompée ni finalement vaincue.

Si les associations professionnelles, devenues prépondérantes, usaient de leur pouvoir pour persécuter des individus ou les exclure du métier à raison de leurs opinions ou de leurs croyances, en dehors de tout motif d'intérêt professionnel et par simple malveillance à l'égard des personnes, il deviendrait nécessaire d'instituer des garanties contre ces abus. Des associations assez fortes pour imposer une réglementation générale ou une suspension de travail dans toute une profession prennent en quelque sorte le caractère d'institutions publiques, surtout si elles sont investies de certains pouvoirs par des lois d'organisation professionnelle; elles ne sauraient être affranchies de tout contrôle.

Dans les pays où les communes s'emparent de multiples entreprises industrielles, il parait également nécessaire d'établir des règles générales d'exploitation qui protègent le public contre les malversations et les tyrannies locales. Une législation prévoyante peut ainsi obliger les villes à instituer pour leurs entreprises une administration indépendante et un budget distinct sur le modèle des exploitations privées il est possible de réserver aux municipalités une part légitime d'influence dans la gestion des entreprises municipales (comme dans celle des établissements hospitaliers), sans laisser ces services à leur entière discrétion, exposés à tous les contre-coups des vicissitudes électorales.

Enfin l'État, dans ses propres exploitations industrielles, doit donner des garanties contre lui-même. II faut savoir écouter sans parti-pris les individualistes, dont les répugnances à l'égard des entreprises publiques ne sont que trop souvent justifiées par les faits; leur position n'est jamais si forte que lorsqu'ils dénoncent les périls du socialisme d'État. On peut le reconnaître en toute sincérité, bien que les adversaires du socialisme abusent souvent des comparaisons avec l'industrie privée pour accabler les exploitations publiques.

Si l'État se substituait aux particuliers dans la direction des petites et des moyennes entreprises, il en résulterait évidemment une énorme déperdition d'énergie; mais, en dehors peut-être de quelques esprits rectilignes, dépourvus d'influence sur la marche des événements et des idées, qui donc aujourd'hui songe à cette socialisation intégrale manifestement impossible? L'exploitation par l'État ne peut s'appliquer qu'à de très grandes industries, qui sont entre les mains de sociétés anonymes quand elles ne sont pas dans les siennes; c'est donc à la gestion administrative des grandes compagnies qu'il faut comparer celle de l'État.

Or on doit reconnaître, en dehors de tout esprit de système, que la gestion des entreprises publiques comporte trop aisément un fâcheux parasitisme fonctionnaires et ouvriers conservés inutilement après que leur emploi a perdu sa raison d'être, travail relâché et peu productif, commandes faites sans besoin réel dans le but de favoriser certaines branches de la production nationale, etc. Elle offre aussi des inconvénients particuliers au point de vue financier; les recettes, versées dans le budget de l'État, ne sont pas suffisamment appliquées aux besoins propres de l'exploitation qui les a fournies, de sorte que l'amortissement du capital est presque toujours complètement négligé, et les dépenses industrielles les plus essentielles, celles mêmes qui sont nécessaires à l'extension du service et à l'accroissement des produits, restent parfois en souffrance.

L'administration des grandes compagnies est-elle supérieure? Celle d'une compagnie prospère ne connaît pas, il est vrai, ces faiblesses financières. Mais toute société anonyme souffre aussi du parasitisme, du népotisme des administrateurs, du gaspillage et de la lourdeur bureaucratique, d'autant plus sensiblement qu'elle est plus vaste. Et si les économistes voulaient bien faire le procès des grandes compagnies de transport et d'industrie, et constituer un dossier des abus qu'elles commettent vis-à-vis du public en y apportant la même perspicacité, la même rigueur et le même entrain qu'à leur critique des exploitations d'État, il est probable que l'administration des compagnies n'y résisterait pas mieux que celle de l'État. Les défauts se révéleraient à peu près les mêmes, parce qu'ils tiennent aux imperfections et aux erreurs des hommes appelés à diriger ces grands mécanismes impersonnels; et si, par certains côtés, la gestion de l'État se montre inférieure en vertu de sa constitution propre, du moins reste-t-elle plus préoccupée de servir l'intérêt public.

Ce n'est donc pas dans ces faiblesses, inhérentes à toute grande entreprise, que se trouve le véritable vice du socialisme d'État il est plutôt dans le danger couru par la liberté. Plus les exploitations publiques deviennent nombreuses et importantes, plus s'accroît le nombre des fonctionnaires, des salariés, des fournisseurs, des clients de tout ordre qui tombent sous la dépendance immédiate ou indirecte des autorités publiques. Quel que soit le système politique, un tel régime de centralisation économique menace la liberté individuelle autant que les libertés publiques. Si le pouvoir tombe entre les mains d'un parti intolérant qui dispose des emplois, des tarifs et des contraintes pour favoriser sa clientèle politique et pour satisfaire ses rancunes, il ne reste aucun refuge l'individu contre l'arbitraire. Le mal est d'autant plus redoutable, que les masses populaires ont rarement le respect de la pensée individuelle et la notion des droits de la minorité; ces sentiments supposent un certain affinement moral et intellectuel, qui manque peut-être encore à nos démocraties. Le socialisme d'État, s'il n'accepte pas des freins nécessaires, peut rendre inhabitable aux dissidents le pays le plus intelligent et le plus policé.

Aussi n'est-il pas de garanties plus nécessaires pour l'individu que celles qui doivent entourer la gestion par l'État des exploitations industrielles. C'est ici qu'il convient d'appliquer la distinction, chere aux collectivistes, entre le gouvernement des hommes et l'administration des choses, en séparant nettement du gouvernement politique l'administration des entreprises publiques. L'essentiel est que ces services soient exploités dans l'intérêt du public, et que les recettes nettes, après un prélèvement régulier pour l'amortissement du capital et l'extension de l'entreprise, profitent à la collectivité. Quant à la gestion, il est de l'intérêt général qu'elle appartienne à des autorités indépendantes, soustraites aux influences politiques, disposant d'un budget autonome comme celui des exploitations privées; il peut même paraître avantageux qu'elle soit déléguée à une société fermière, administrant le service pour le compte de l'État sous son contrôle, et recevant à titre de rétribution une part déterminée des bénéfices.

On ne peut se dissimuler les difficultés du problème de la liberté dans une société qui tend à s'organiser; la liberté ne peut être sauvegardée que par un système compliqué de contrepoids, qui ménage les droits de l'individu sans entraver le développement légitime et bienfaisant des collectivités. Les esprits simplistes proclameront immédiatement la conciliation impossible; ils perdent de vue que la constitution sociale se complique nécessairement avec la marche de la civilisation. Les pouvoirs politiques sont devenus plus complexes depuis la chute des monarchies absolues; nos systèmes de gouvernement, fondés sur la séparation des pouvoirs et sur la conciliation de principes opposés, fonctionnent cependant depuis un siècle et plus, malgré leur complication et parfois leur incohérence. De même, l'équilibre économique résulte, dans les sociétés progressives, d'une série de compromis renouvelés à mesure que les situations se modifient. L'équilibre n'est pas impossible à maintenir entre l'individu et la collectivité. Aujourd'hui, demain surtout, c'est l'individu qui risque d'être sacrifié. Il n'est pas inutile d'insister sur la nécessité de lui ménager sa part.

§ 5. La démocratie dans l'ordre économique.

On ne saurait faire trop de réserves lorsqu'on s'efforce de déchiffrer l'avenir à travers les données du présent; même à la suite d'une longue investigation, l'induction qui semblait la plus prudente peut n'être qu'une vaine aventure et se trouver démentie par les faits ultérieurs.

C'est ainsi que les prévisions hasardées dans cette étude ont été établies par généralisation et prolongement de certains phénomènes observés dans les pays les plus progressifs. Mais toutes les nations ne sont pas appelées, sans doute, à suivre la même voie; les conditions de climat, de territoire, de race, de formation historique sont trop différentes, même dans les pays de civilisation occidentale, pour que la marche de leur évolution soit exactement semblable. Aujourd'hui même, les États-Unis, qui sont le pays d'élection des trusts, ne paraissent pas un terrain favorable à la coopération; l'association agricole, si prospère en Allemagne, ne s'implante pas en Angleterre; le socialisme municipal, si avancé dans ce dernier pays, existe à peine en France et en Belgique. Ces exemples pourraient être multipliés; ils nous prouvent que la constitution économique de la société future, ne s'élaborant pas partout de la même manière, peut se trouver, dans certaines régions, privées de certains organes dont l'évolution est plus lente ou même ne s’accomplira pas.

  Il faut aussi compter, en tout pays, avec les causes possibles d'arrêt ou de régression : recrudescence de l’esprit d’agression et de conquête, prédominance de l’esprit révolutionnaire sur l’esprit d’organisation, haines de races et haines de classes, conflits en matière religieuses détournant l’attention des problèmes économiques et absorbant les activités, réformes maladroites et précipitées atteignant la production dans ses sources, ruinant les finances publiques, provoquant une réaction dans les milieux de petite bourgeoisie jusque dans la classe populaire, etc.

  Enfin la marche du développement historique, telle que nous pouvons l’apercevoir, peut être profondément troublée par l’intervention de facteurs imprévus ou a peine entrevus. La science transformera encore les manières d’utiliser l'énergie naturelle dans l'industrie ; elle bouleversera peut-être les modes de transports et les moyens de communiquer la pensée ; elle est capable de révolutionner l’agriculture et de multiplier les moyens d’alimentation dans une proportion inespérée. Dès aujourd’hui, nous soupçonnons l’importance de la transmission de la force à grande distance ; nous devançons par la pensée l’époque où toutes les contrées habitables du globe seront soumises à une exploitation agricole et industrielle intensive ; mais nous nous représentons difficilement le mouvement de la production et de la circulation dans ce monde agrandi, et les répercussions de tout genre que ces progrès de la science et de la richesse pourront avoir sur l'état de l’homme en société. Par le fait de ces transformations, les problèmes qui absorbent aujourd’hui notre attention peuvent se trouver déplacés , altérés, transportés en dehors du domaine de nos provisions actuelles.

  Toutefois, il ne parait pas vraisemblable que des éléments nouveaux puissent intervertir, ni même retarder longtemps l'évolution parallèle ou successive des peuples civilisés vers un état de capitalisme, d'organisation collective et de démocratie, dans lequel les classes ouvrières grandiront en puissance, en richesse et en culture.

  Propriété individuelle et salariat y subsisteront encore. Nul ne peut prétendre que ce sont là des institutions éternelles et, à vrai dire, une telle affirmation serait démentie par l’histoire de toutes les institutions humaines. Déjà nous pouvons prévoir que le domaine de la propriété collective s'étendra, et que la propriété individuelle, sous la pression de certaines forces telles que les lois d'impôts et les lois de protection ouvrière, perdra elle-même sa qualité de droit absolu en subissant l'alliage du droit collectif; nous pouvons prévoir aussi que le salariat se modifiera par l'émancipation progressive des classes ouvrières. Mais l'observation la plus attentive des faits contemporains ne nous permet pas actuellement de présager une transformation générale de la propriété individuelle en propriété collective, ni une métamorphose du mode de la production et des échanges. Ouvriers inconscients des destinées de notre race, nous n'avons pas le droit de soulever plus avant le voile qui recouvre l'avenir sans être infidèles à la méthode de l'induction historique; tout le reste n'est qu'hypothèse dénuée de preuve expérimentale, et par conséquent de valeur scientifique.

L'objectif présenté ici paraîtra sans doute trop médiocre aux uns, et trop avancé aux autres. Mais les événements ne se dirigent pas au gré d'un parti; ils sont la résultante de forces multiples agissant en sens contraire, et le cours de l'histoire, dans les pays de civilisation progressive, est un perpétuel compromis entre la force de la tradition conservatrice et celle de l'innovation rationaliste.

L'état social que nous essayons d'apercevoir ne sera certes pas une apothéose après laquelle il ne resterait qu'à tirer le rideau; l'humanité ne connaîtra sans doute jamais cette étape définitive, l'état stationnaire dans le bonheur universel. Est-ce une raison pour renoncer au culte de l'idéal? La perte serait incalculable. C'est la vision d'une cité idéale de justice qui entretient chez les militants du parti révolutionnaire l'ardeur et la passion de la lutte; c'est elle qui soutient les plus humbles pendant les misères de la grève, et qui inspire les plus grands dévouements. Là se trouve la source la plus féconde des énergies; si elle venait à tarir, c'en serait fait du développement de la classe ouvrière, qui dépend avant tout de ses propres efforts. Mais pourquoi cette ardeur s'éteindrait-elle chez les travailleurs, le jour où leur esprit formé par l'expérience apercevrait l'idéal collectiviste comme une chimère, et apprendrait à mesurer ses espérances sur les réalités? N'est-ce pas déjà l'état d'esprit d'un grand nombre de travailleurs, de membres dirigeants des syndicats, des coopératives et des mutualités, et cette pleine connaissance des conditions positives de l'évolution exclut-elle chez eux l'activité et le dévouement aux intérêts de leur classe? Non, la conscience des réalités ne ralentit pas leur élan, parce qu'ils savent que le but réel du mouvement, l'amélioration progressive du salariat par la force des organisations ouvrières, est en lui-même un idéal digne d'être atteint, qui vaut l'effort et le sacrifice.

A l'inverse, on peut comprendre l'inquiétude des esprits modérés et conservateurs devant les transformations si rapide de la constitution sociale, devant les agitations du monde moderne, les déplacements d'influence, les sentiments nouveaux des classes populaires. Le contraste est immense, en effet, entre le tourbillon confus des sociétés modernes et la stabilité hiérarchique de l'ancienne société. Il y a là un passage dangereux, où l'homme risque de perdre ses qualités d'autrefois sans acquérir celles que réclame son adaptation au nouvel état social. Mais « toute société recèle des forces latentes dont l'observateur n'a pas la mesure, des puissances de réaction contre le mal qui s'amassent sous des apparences de langueur, des germes nouveaux où dorment des forces inconnues ». Des vertus nouvelles naissent spontanément, en réaction contre les dangers qui menacent la nouvelle organisation sociale; la société possède ses moyens de défense comme un organisme.

La société de l'avenir sera plus largement démocratique que la notre, parce qu'il est inévitable que la démocratie dans l'ordre politique engendre la démocratie dans l'ordre économique. Sachons donc accepter cette évolution nécessaire. C'est avoir l'inintelligence de son temps, c'est faire de la méthode historique un usage incomplet et par conséquent abusif, que de s'isoler dans un culte chagrin de la tradition et de la coutume des ancêtres; c'est manquer de sens historique que de renier tout le mouvement de son siècle en maudissant la souveraineté du nombre, les tendances à l'égalité et les « faux dogmes de 89 », malgré qu'ils aient acquis droit de cité dans l'histoire; c'est aussi faillir à la loi d'amour de l'Evangile que de fermer son coeur aux aspirations de la multitude vers une vie plus haute et un développement plus large de la personne humaine.

Le passé a eu ses vertus et ses vices, comme le présent a les siens. L'orgueil de race, l'esprit de caste, la violence des passions égoïstes chez ceux qui détenaient la toute-puissance , la barbarie des peines, l'esprit d'intrigue, les faveurs iniques et la corruption des cours, n'avaient rien de plus nobles que l'envie populaire, l'esprit de secte, l'ambition intrigante et la corruption dans la démocratie; le sentiment de l'honneur féodal, les vertus patriarcales chez les maîtres et les serviteurs, n'avaient pas une valeur plus grande que le sentiment de l'indépendance et de la dignité personnelle, la pitié fraternelle, le dévouement à la science, l'activité généreuse dépensée au service de la cause populaire. La démocratie a ses faiblesses, parce qu'elle est humaine, mais elle a aussi sa grandeur. Il faut l'accueillir sans arrière-pensée et sans crainte; il faut l'aimer et la saluer avec joie, parce que c'est elle qui, dans un état de haute civilisation, multiplie le mieux les valeurs individuelles et réalise la plus grande somme de bonheur pour le plus grand nombre.