Benoît Malbranque:Introduction à la méthodologie économique - La formation d’une orthodoxie

De Librairal
Introduction << Benoît Malbranque  —  Introduction à la méthodologie économique >> Chapitre 2 : La bataille des méthodes


Benoît Malbranque:Introduction à la méthodologie économique - La formation d’une orthodoxie


Anonyme


Chapitre 1 : La formation d’une orthodoxie

Bien que la science économique ne soit pas de création récente, les questions méthodologiques et épistémologiques soutenant le développement théorique des économistes a longtemps été ignoré. Parce que les conséquences tant théoriques que pratiques semblaient plus difficiles à tirer en « économie politique » que dans les sciences naturelles, les premiers économistes ont très largement écarté les questions méthodologiques.

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, ils utilisèrent généralement un empirisme dilué dans des raisonnements déductifs abstraits, une « méthode » systématiquement postulée mais jamais exposée ni défendue de manière critique. Difficile d’en accuser les économistes des périodes précédentes. Il est peu surprenant qu’une science à peine sortie du berceau n’ait pas encore su prendre conscience d’elle-même. Comme le notera John Stuart Mill, l’un des premiers à poser les bases d’une méthodologie économique, le règlement de ces questions « a presque toujours suivi et non précédé la création de la science elle-même. De la même façon, le mur entourant une ville a souvent été érigé non pas pour abriter des édifices qui pourraient être construits par la suite, mais pour circonscrire une réalité déjà existante. » [1]

A ce manque patent d’infrastructure méthodologique ou épistémologique, d’autres raisons ont parfois été avancées. Afin de répondre à cette question de savoir pourquoi l’économie tarda autant à avoir une méthode précise ou une définition spécifique sur son rôle et l’objet de ses recherches, l’économiste Wilhelm Hasbach fit valoir par exemple qu’elle avait pris naissance d’un « agrégat de sciences » : relevant à la fois de la science politique, de la morale, et de la philosophie, l’économie politique avait selon lui des origines si diverses que cela rendait une méthodologie strictement économique très difficile à obtenir. [2] Israel Kizner défendra la même position, et nous pouvons admettre qu’elle est juste à de nombreux points de vue. Bien qu’il faille reconnaître que l’absence de méthodologie économique spécifique jusqu’au début du XIXe siècle résulte d’une pluralité de causes, cette configuration particulière de la science économique a freiné son éclosion d’une manière qu’il serait difficile de sous-estimer.

NAISSANCE ET DEVELOPPEMENT

Les origines françaises

C’est dans l’Ecole française d’économie que nous trouvons les traces d’une « préhistoire » de la méthodologie économique, et c’est cette même école qui fournira plus tard le premier écrit de cette discipline. Au milieu du XVIIIe siècle, Destutt de Tracy et Etienne Bonnot de Condillac mirent en application de manière consciente la méthodologie déductive et aprioriste qui resta l’orthodoxie jusqu’au milieu du XXe siècle.

La déduction est la méthode qui consiste à partir de prémisses données et d’en faire découler des conclusions logiques. L’induction, à l’inverse, est la méthode qui consiste à produire des généralisations à partir de données spécifiques. Afin d’expliquer pourquoi ce fut en France que la méthodologie déductive en économie prit véritablement naissance, nous pouvons citer Dow, qui explique que la méthode aprioriste et déductive se rattache à un mode de raisonnement d’abord et avant tout cartésien. [3] Alliée au haut niveau de développement qu’avait l’économie politique en France à cette époque, cette disposition intellectuelle a certainement avantagé les économistes français, en comparaison des autres, pour initier cette discipline et son orthodoxie.

Ils furent fondateurs, initiateurs, mais l’impulsion qu’ils donnèrent fut loin d’être insignifiante. Leur engagement pour la méthodologie déductive était sincère et profond. Selon les mots d’un historien de la pensée économique, les travaux de Condillac, notamment, fournissent « l’un des plus purs exemples de déduction dans la science sociale ». [4]

Ce penchant méthodologique ne fut pas moins sensible chez Destutt de Tracy. Naissant quarante ans après Condillac, il eut l’avantage de pouvoir se nourrir des travaux de James Steuart et d’Adam Smith. Se servant de leurs exemples, il approfondira le positionnement déductiviste de Condillac et « cultiva un traitement profondément déductif de l’économie » ainsi que l’affirmera Daniel Klein. [5]

Tant Condillac que Destutt de Tracy insistèrent également sur le fait que tout corps de connaissance dérive nécessairement d’un nombre réduit de grands principes fondamentaux. [6] Ajoutons qu’ils eurent quelques difficultés à séparer l’économie pure et la philosophie politique — et même à comprendre la signification et l’utilité de cette séparation — et nous en aurons terminé avec l’analyse de leur contribution. Parler de « préhistoire de la méthodologie » n’est pas un excès d’antipathie, tant leurs formulations sont parfois hasardeuses sur les questions méthodologiques. Bien que cela soit une découverte majeure, l’apriorisme, en particulier, reste pour eux une intuition.

La confusion des Classiques

La confusion entre les méthodes et même entre les théories fut la norme avant le XIXe siècle, et les deux auteurs cités précédemment doivent être appréciés dans cette perspective.

Cette confusion était générale, mais nulle part n’était-elle plus palpable que chez James Steuart. Prédécesseur d’Adam Smith, cet économiste écossais n’a jamais reçu les éloges que méritaient ses développements économiques, ni le blâme que méritait sa confusion méthodologique. Son Inquiry into the Principles of Political Economy (1767) est rempli de digressions historiques — et de chapitres purement historiques, notamment sur les questions monétaires — qui rendent l’ouvrage très inégal et empêchent de considérer positivement son inclinaison méthodologique. Même si le foisonnement d’idées peut être considéré comme une marque de génie, il est vrai que dans ce curieux mélange, il reste souvent « vraiment difficile de séparer la paille du grain ou même dans certains cas d’être tout à fait sûr qu’il y a du grain », selon l’habile formule de Joseph Schumpeter. [7]

Les économistes Classiques [8] des première et seconde générations, de Smith à MacCulloch en passant par Ricardo et Malthus, n’ont prêté à peu près aucune attention à ces questions méthodologiques. Ils utilisèrent la statistique et les digressions historiques mais sans expliquer la pertinence de leur utilisation ni les défendre contre les critiques habituelles formulées à leur égard. De la même façon, et bien que leurs écrits restèrent très littéraires, ils ne rejetèrent jamais l’usage des méthodes calculatoires sur la base de raisonnements méthodologiques. Comme le notera Mark Blaug avec justesse, « on ne peut pas dire qu’Adam Smith, David Ricardo et Thomas Malthus n’aient pas eu de principes méthodologiques, mais jamais ils ne virent la nécessité de les poser explicitement, les considérant sans doute trop évidents pour mériter d’être défendus. » [9] Eurent-ils essayé de le faire qu’ils auraient très certainement perçu le mélange méthodologique qu’ils réalisaient.

Adam Smith

Adam Smith reste l’économiste le plus célébré de l’histoire de la pensée économique. Nous n’avons pas à nous intéresser ici aux méthodes qu’il employa en philosophie morale et dans sa Théorie des sentiments moraux, mais uniquement à celle — ou plutôt, celles — dont il fit usage dans ses fameuses Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations parues en 1776.

Il n’est pas rare qu’un ouvrage économique soit de qualité inégale, mais la Richesse des Nations d’Adam Smith l’est pour une raison tout à fait particulière. Les théories y sont confusément mélangées, les digressions historiques contrastent avec les développements abstraits, et le corps d’ensemble peine à être distingué — nous trouvons par exemple plusieurs théories de la valeur. Dans le cours de ses raisonnements, Smith employait une méthode parfois empirique, parfois déductive, parfois purement historique, et cela sans en défendre scientifiquement aucune. « La méthodologie d’Adam Smith était éclectique, dira Thomas Sowell. Les éléments empiriques, théoriques, institutionnels, philosophiques, statiques, et dynamiques étaient tous entremêlés. » [10]

Cette confusion méthodologique eut des conséquences majeures, étant donnée l’influence qu’Adam Smith devait avoir par la suite sur toute une génération d’économistes. Il avait utilisé la méthode déductive, et certains comme Jean-Baptiste Say la défendirent. Il avait également utilisé l’induction et la recherche historique, et eut d’autres disciples qui avancèrent dans ce sens — Malthus est à ranger parmi ceux-là. [11] Enfin, certains de ses disciples continuèrent dans ce dualisme et cette confusion, comme le plus célèbre d’entre eux, David Ricardo.

David Ricardo

Nous avons parlé de « confusion » chez Smith et il est difficile d’avoir un avis plus positif de la méthodologie de David Ricardo. Disciple critique d’Adam Smith, celui qui forma de ses mains toute l’économie politique jusqu’en 1870 ne fit pas avancer d’un pouce les questions sur la méthodologie de sa discipline. S’il est vrai que, selon les mots de Keynes, il « conquit l’Angleterre aussi complètement que la Sainte-Alliance conquit l’Espagne », nous devons dire que la méthodologie économique ne profita en rien de son impérialisme. [12]

La méthode de Ricardo, celle de construire des abstractions théoriques générale avant de les fixer à la hâte dans des formes économiques historiques — en posant comme « données » un nombre significatif de variables — est tout à fait contestable et a été effectivement beaucoup critiqué. Joseph Schumpeter, notamment, caractérisa cette attitude comme relevant de ce qu’il nommera le « Vice Ricardien ». [13] Murray Rothbard ira plus loin en expliquant que cette tendance était la conséquence nécessaire d’une incapacité à appréhender l’économie autrement que par des équations générales. Ainsi qu’il l’écrira, « Ricardo était coincé avec un problème sans espoir : il avait quatre variables mais une seule équation pour les calculer : Production (ou revenu global) = rente + profit + salaires. » [14] D’où sa méthode de traitement des données spécifiques comme étant « résiduelles » pour l’analyse entreprise.

Tandis qu’Adam Smith était professeur de philosophie morale, David Ricardo était agent de change à la Bourse de Londres. Ce n’est pas avoir un avis mesquin sur cette profession que de reconnaître que son contexte direct ne l’avantagea pas pour découvrir les procédés de recherche adéquats. De manière tout à fait sérieuse, Deborah A. Redman a soutenu que les défauts méthodologiques de David Ricardo étaient imputables, au moins en partie, à sa profession d’agent de change. [15]

En peu de mots, sa méthode fut abusivement abstraite, et abusivement pratique. Abusivement abstraite en ce sens qu’il jeta ses théories dans des formes littéraires tout en tâchant de leur faire conserver une substance quasi-mathématique, et abusivement pratique par son incapacité à dissocier les questions de la science et les problématiques de l’économie anglaise de l’époque.

Contrairement à Adam Smith et à bon nombre de ses prédécesseurs, Ricardo n’utilisait pas l’histoire économique ; ni les exemples qu’elle fournit ni les enseignements qu’on pourrait éventuellement en tirer. Bien davantage, il négligeait complètement l’histoire. Ainsi que le signalera D. Coleman, « Ricardo ne se servait même pas de l’histoire pour expliquer une idée, pour soutenir une analyse, ou même pour illustrer un argument. » [16]

Ricardo fut âprement critiqué pour sa froideur, son rigorisme, et la présentation très abstraite de ses théories. Il n’est pas besoin d’aller chercher ces critiques chez ses continuateurs socialistes comme W. Thompson, T. Hodgskin et J. Gray, ou chez les économistes chrétiens comme Villeneuve-Bargemont. Même des économistes proches de lui, tels Thomas Malthus, rejetèrent nettement cet aspect de ses travaux.

Pour Malthus, Ricardo avait trop « cherché à simplifier et à généraliser » et fit l’erreur de ne pas « soumettre ses théories à l’épreuve d’une expérience étendue et éclairée, laquelle peut seule établir leur justesse et leur utilité dans un sujet aussi compliqué. » [17] Mêmes reproches chez un précurseur de Ricardo, l’anglais Robert Torrens, pour qui Ricardo « généralise trop précipitamment, et ne parvient pas à établir ses principes sur suffisamment d’induction. » [18] Inaugurant une critique qui fut employée à de nombreuses reprises contre les économistes mathématiciens, le colonel Torrens ajoutait même : « Telle que présentée par M. Ricardo, l’économie politique possède une régularité et une simplicité au-delà de ce qui existe dans la nature » [19]

Le bilan de la contribution de Ricardo à la méthodologie économique est clairement négatif. Tandis que de l’autre coté de la Manche les économistes français restèrent attachés aux développements méthodologiques de leurs prédécesseurs, l’économie politique anglaise avança sur la voie de l’abstraction, de la modélisation artificielle, et divorça de manière nette avec l’histoire et la philosophie morale dans laquelle elle s’était jusqu’alors développée. [20] En outre, Ricardo ne fut pas le « pionnier de la méthode déductive » qu’ont décrit certains. [21] Il utilisa avec confusion plusieurs méthodes, incapable de choisir la méthodologie convenant à sa science ni de la défendre de manière explicite. Au fond, ce n’est sans doute pas un abus que de conclure sur l’idée que Ricardo, malgré ses apports théoriques, « conduisit la voiture de l’Economie Politique sur la mauvaise voie », pour reprendre les mots de Wicksteed. [22]

Jean-Baptiste Say et les premières pierres

C’est à Jean-Baptiste Say, sans doute le plus grand économiste français, que nous devons la première véritable contribution à la méthodologie économique. Précurseur de la théorie subjectiviste de la valeur, il sera admiré par plusieurs générations d’économistes, dont William Stanley Jevons, qui dira en s’y référant que « la vérité est avec l’Ecole française, et plus tôt nous le reconnaîtrons, mieux cela vaudra. » [23] Malheureusement, son appréciation ignorait le travail entrepris par Say sur la méthodologie économique.

Le français Jean-Baptiste Say fut le premier à apporter des éléments sur ces questions, bien que son traitement resta lacunaire. Selon les mots de Rothbard, Say fut « le premier économiste à réfléchir profondément sur la méthodologie appropriée pour sa discipline, et à baser ses travaux, pour autant qu’il le pouvait, sur cette méthodologie. » [24]

Dans le discours préliminaire de son Traité d’économie politique paru en 1803, il critiqua ses prédécesseurs pour avoir postulé des théories sans les démontrer. « En économie politique, comme en physique, comme en tout, on a fait des systèmes avant d’établir des vérités ; c’est-à-dire qu’on a donné pour la vérité des conceptions gratuites, de pures assertions. » [25] En particulier, il fut très sévère sur Adam Smith, et non sans raison. « L’ouvrage de Smith n’est qu’un assemblage confus des principes les plus sains de l’économie politique, appuyés d’exemples lumineux et des notions les plus curieuses de la statistique, mêlées de réflexions instructives ; mais ce n’est un traité complet ni de l’une ni de l’autre : son livre est un vaste chaos d’idées justes, pêle-mêle avec des connaissances positives. » [26]

C’était là un défaut méthodologique, et Jean-Baptiste Say y apporta une réponse méthodologique. Dans son souhait de faire reposer sa science sur des bases inébranlables, il mit en avant la possibilité, et plus encore, la nécessité de l’agencer à partir de « faits généraux » nécessairement vrais, et de procéder ensuite par déduction. « L’économie politique, expliqua-t-il, de même que les sciences exactes, se compose d’un petit nombre de principes fondamentaux et d’un grand nombre de corollaires, ou déductions de ces principes. » [27] Introduisant là l’une des grandes tendances de la méthodologie économique, Say précisera son propos : « L’économie politique est établie sur des fondements inébranlables du moment que les principes qui lui servent de base sont des déductions rigoureuses de faits généraux incontestables. Les faits généraux sont, à la vérité, fondés sur l’observation des faits particuliers, mais on a pu choisir les faits particuliers les mieux observés, les mieux constatés, ceux dont on a été soi-même le témoin ; et lorsque les résultats en ont été constamment les mêmes, et qu’un raisonnement solide montre pourquoi ils ont été les mêmes, lorsque les exceptions mêmes sont la confirmation d’autres principes aussi bien constatés, on est fondé à donner ces résultats comme des lois générales, et à les livrer avec confiance au creuset de tous ceux qui, avec des qualités suffisantes, voudront de nouveau les mettre en expérience. » [28]

Il rejeta l’usage des statistiques, et ce pour la même raison : l’économie politique ne peut reposer que sur l’agencement de « faits généraux », et non sur l’empilement désordonné de données économiques. La tâche de l’économiste doit être de chercher des principes de causalité entre les phénomènes, de déceler l’existence de principes généraux irréfutables, et d’en déduire ensuite les applications spécifiques.

Avec une grande rigueur, Say appela ainsi à distinguer deux sciences qu’on a presque toujours confondues : l’économie politique, qui est une science expérimentale, et la statistique, qui n’est qu’une science descriptive. « La statistique ne nous fait connaître que les faits arrivés, notera-t-il avec intelligence ; elle expose l’état des productions et des consommations d’un lieu particulier, à une époque désignée, de même que l’état de sa population, de ses forces, de ses richesses, des actes ordinaires qui s’y passent et qui sont susceptibles d’énumération. C’est une description très détaillée. Elle peut plaire à la curiosité, mais elle ne la satisfait pas utilement quand elle n’indique pas l’origine et les conséquences des faits qu’elle consigne ; et lorsqu’elle en montre l’origine et les conséquences, elle devient de l’économie politique. » [29] Selon Say, si la statistique et l’étude des faits économiques peuvent fournir des éléments pour aider l’économiste, ni l’une ni l’autre ne constitue à proprement parlé son sujet d’étude. Dans cette optique, ce n’est qu’en assignant à l’étude statistique la tâche modeste mais importante de guider ses observations que l’économiste peut avancer de manière plus sûre vers les vérités de sa science.

Comme nous l’avons dit, l’exposé de la méthodologie économique par Jean-Baptiste Say, bien qu’il nous fournisse des pistes pour mener notre propre étude, resta encore très fragmentaire et pas du tout systématisé. Il eut tout de même le mérite de diriger ses nombreux disciples sur le bon chemin.

Frédéric Bastiat fut l’un d’entre eux. Celui qu’on a surnommé le « joyeux libertarien » n’était pas un méthodologiste, et à peine un théoricien. [30] Pourtant, si l’on en croit Mark Thorton, la méthode aprioriste et déductive fut suivie consciencieusement par Bastiat. [31] Interprétant ses écrits du point de vue méthodologique, le même Thorton distinguera même une « leçon méthodologique » donnée par Bastiat : l’économiste doit se concentrer sur l’analyse théorique déductive (« ce que l’on ne voit pas ») et non sur l’histoire et les statistiques (« ce que l’on voit »). [32]

Bastiat fut aussi très critique face à ce que nous décrirons plus tard comme le « monisme » : cette idée que l’économie doit être considérée comme une science au même titre que la chimie ou que la physique, et adopter les mêmes usages. « L’économie politique n’a pas, comme la géométrie ou la physique, l’avantage de spéculer sur les objets qui se laissent peser ou mesurer ; et c’est là une de ses difficultés d’abord, et puis une perpétuelle cause d’erreurs ; car, lorsque l’esprit humain s’applique à un ordre de phénomènes, il est naturellement enclin à chercher un criterium, une mesure commune à laquelle il puisse tout rapporter, afin de donner à la branche de connaissances dont il s’occupe le caractère d’une science exacte. Aussi nous voyons la plupart des auteurs chercher la fixité, les uns dans la valeur, les autres dans la monnaie, celui-ci dans le blé, celui-là dans le travail, c’est-à-dire dans la mobilité même. » [33]

Méthodologie aprioriste et déductive, et dualisme clair entre sciences sociales et sciences naturelles : tel fut le fruit de l’Ecole Française. Pour autant, avant que les économistes Autrichiens, et Ludwig von Mises en particulier, ne recommencent à s’y intéresser de manière approfondie, les premiers grands travaux méthodologiques furent le fruit d’économistes anglais du XIXe siècle : Nassau Senior, John Stuart Mill, John E. Cairnes, et John Neville Keynes.

UNE TRADITION ANGLAISE

Nassau W. Senior

Dans sa Conférence d’introduction à l’économie politique, prononcée en 1827, l’économiste Nassau William Senior poursuivit la réflexion de Say sur les fondements de sa science. Selon lui, l’économie politique devait être considérée comme « la science qui enseigne en quoi consiste la richesse, par quels agents elle est produite, par quelles lois elle est distribuée, et quels sont les institutions et les coutumes grâce auxquelles la production peut être facilitée et la distribution réglée, afin que la plus grande richesse possible puisse être fournie à chaque individu. » [34]

On aurait du mal à qualifier cette définition de révolutionnaire, ou même à comprendre qu’un économiste ait senti le besoin d’exprimer une telle banalité. Il faut dire qu’à l’époque où Senior prononça sa conférence aucune définition satisfaisante de l’économie politique n’avait encore été fournie. Quitte à vouloir accorder à cet économiste anglais des mérites dont on a trop souvent voulu le priver, nous pouvons admettre qu’au milieu des expressions vagues et contradictoires des autres économistes, Senior s’appliqua à cerner avec soin les vrais contours de la science à laquelle il contribuait. Bien que cela ne se rapporte pas directement à la méthodologie économique, la clarification de la définition de la science économique est une nécessité pour le méthodologiste. Pour son plus grand honneur, Senior s’illustra dans les deux domaines.

Il expliqua que l’économiste devait procéder par la méthode déductive, en partant d’axiomes, des principes établis sur lesquels il pourrait fonder ses raisonnements. Dans un court texte intitulé « Expression des quatre propositions élémentaires de la science de l’économie politique », il essaya de définir ces axiomes. Le premier d’entre eux se présentait comme suit : « Chaque homme désire obtenir de la richesse supplémentaire avec aussi peu de sacrifice possible ». [35] A partir de cet axiome, et des trois autres, il était possible, selon Senior, de déduire un corps entier de connaissances.

Senior proposa en outre de diviser l’économie en deux branches : une branche théorique, et une branche pratique. La première aurait pour mission de répondre aux questions fondamentales de l’économie politique, ou, en d’autres termes, de définir clairement quels sont les principes ou faits généraux qui forment la base de toute réflexion économique. La seconde, la branche pratique, se servant des conclusions auxquelles la première branche serait parvenue, développerait les analyses de cette dernière en appliquant ses principes à toutes les questions de détail. Cette séparation est certes moins rigoureuse que l’opposition entre science positive et science normative, mais elle engage tout de même l’économiste sur un sentier assez bien défini.

John Stuart Mill

Voilà bien un homme remarquable. Sa vie elle-même fût un véritable roman, et lui-même en était conscient, puisqu’il écrivit son autobiographie. Ce fut un génie, l’un des plus grands penseurs que l’Angleterre ait connu. Il fut l’auteur des Principes de l’économie politique (1848), qui constitua une référence pour toute une génération d’économistes, ainsi que de nombreux ouvrages auxquels il est impossible de rendre justice ici.

Ses apports à la clarification des principes méthodologiques de l’économie sont à trouver dans trois de ses textes. D’abord, un essai de 1836 intitulé Sur la définition de l'économie politique et sur la méthode d'investigation qui lui est propre ; ensuite son imposant Système de Logique, et notamment le livre IV de celui-ci ; et enfin certaines parties de ses Principes d’Economie Politique. Sa contribution consista essentiellement à réaffirmer la validité de la représentation aprioriste et déductive héritée de Senior et de Say.

John Stuart Mill commença par définir l’économie politique comme la science qui, à l’intérieur du vaste domaine de la science du comportement humain, s’intéresse aux faits liés à la production et à l’échange, ou, selon la typologie de Jean-Baptiste Say, à la production, à la distribution et à la consommation des richesses.

A la suite de ses prédécesseurs, qui avaient également touché du doigt ce point, Mill parlera avec insistance de ce qu’il nommera les « causes perturbatrices ». Derrière cette expression, il faut entendre le fait qu’on ne peut pas parvenir à une description satisfaisante des processus économiques en ignorant l’influence des circonstances qui, de manière tendancielle et pourtant tout à fait manifeste, peuvent venir modifier l’application d’une loi économique — et aussi solide soit la véracité de cette dernière. « Cela constitue la vraie incertitude en économie politique, écrit Mill, et pas d’elle seule, mais des sciences morales en général. » [36]

Ainsi, aussi attentif soit son jugement et aussi pénétrante soit sa réflexion, l’économiste ne peut pas déduire de ses analyses des lois nécessaires et uniformément vraies, mais uniquement des tendances, ou des lois tendancielles. Cette manière d’être rigoureux avec la nature des résultats de nos recherches n’est pas une façon de s’éloigner du mot « science » dans « science économique ». Comme le précise Mill, « lorsque les causes perturbatrices sont connues, l’attention nécessaire qu’on leur prête ne diminue en rien la précision scientifique, et ne constitue pas non plus une déviation par rapport à la méthode a priori. [37]

Il est vrai que sa manière de procéder était très éloignée des standards acceptés par les méthodologistes de la seconde moitié du vingtième siècle, puisque le seul rôle que Mill accordait aux données empiriques était uniquement d’aider à déceler ces « causes perturbatrices », et en aucun cas de valider ou d’invalider les théories, qui étaient soit nécessairement vraies par déduction, soit nécessairement fausses.

Bien que dans l’absolu Mill s’inscrivait profondément dans la grande tradition « classique » en méthodologie économique — et par méthodologie « classique » nous entendons l’orthodoxie aprioriste et déductive héritée de Say et Senior — son étude de la méthodologie économique lui fit ajouter un certain nombre de modifications.

Voyons la principale. Dans son Système de Logique, John Stuart Mill considèrera que l’économie politique, comme la logique et comme les mathématiques, devait procéder par la méthode a priori. Toute la question est en réalité celle-ci : les aprioris doivent-ils être des hypothèses ou des principes incontestables ? Pour Mill, ce devait être des hypothèses, même invalides ou partiellement invalides. Comme il l’écrira dès 1836, « l’économie politique raisonne, et doit, nous soutenons cette thèse, nécessairement raisonner, à partir de suppositions, et non de faits ». [38]

Ainsi, bien qu’il reconnaisse l’homme, l’individu, comme l’objet principal de l’économie politique, il dira utiliser comme hypothèse une représentation de l’homme entièrement intéressé par l’augmentation de sa richesse. Il fut ainsi le créateur de l’homo œconomicus, cette représentation artificielle et fictive de l’homme comme un être borné par la recherche de l’enrichissement et l’assouvissement de ses besoins matériels. Cela constituait bien, et selon ses propres mots, une « définition arbitraire » mais, au fond, là n’était pas l’essentiel : « l’Economie Politique raisonne à partir de prémisses assumées — de prémisses qui peuvent être sans aucun fondement dans la réalité, et qui ne prétendent pas être universellement en accord avec elle. » [39] On aurait tort de sous-estimer la profondeur de la différence qu’il peut y avoir entre de tels propos et la conviction traditionnelle des économistes de cette époque. Nous verrons plus tard tout le mal qu’a pu causer une telle représentation.

Cette défense de la construction fictive d’idéaux-types pour fonder les raisonnements n’est pas sans rappeler le « Vice Ricardien » évoqué précédemment. Oubliant les autres points de la méthodologie défendue par Mill, certains commentateurs ont cru bon de l’assimiler complètement à Ricardo, comme De Marchi, qui écrit que « la démarche méthodologique de John Stuart Mill n’était pas différente de celle de Ricardo : Mill n’a fait qu’énoncer formellement les "règles" que Ricardo avait implicitement adoptées. » [40] Il paraît important d’insister sur le fait que les différences entre la méthode déductive classique et la non-méthode ricardienne sont trop profondes pour que de tels parallèles puissent être sereinement tracés.

Malgré ses écrits sur la méthodologie économique, John Stuart Mill n’eut aucun mal à renouveler la confusion méthodologique des premiers Classiques. En particulier, il s’enorgueillit d’avoir réconcilié des théories qui ne pouvaient l’être qu’en évacuant de son esprit toute préoccupation méthodologique. Comme le notera De Vroey pour l’exemple de la théorie de la valeur, « Mill ne comprit pas que la théorie de la valeur-travail et la théorie subjectiviste, qu’il essaya de synthétiser, appartenaient à deux approches méthodologiques opposées. » [41]

En outre, comme c’est (malheureusement) le cas pour de nombreux méthodologistes, Mill fut beaucoup plus incohérent dans la pratique et ne suivit que de manière très détachée les préceptes qu’il avait lui-même posés. En réalité, l’économiste des Principes d’économie politique semble souvent ne pas connaître le méthodologiste de la Logique et de l’essai sur la définition de l’économie politique. C’est ce que remarquera notamment Jacob Viner, qui commentera sèchement : « Les Principes n’ont aucun caractère méthodologique. Comme c’est le cas de la Richesse des Nations d’Adam Smith, certaines parties sont davantage abstraites et a priori ; dans d’autres, il y a une quantité substantielle de données factuelles et de références à l’histoire. » [42]

Ainsi, s’il a fait nettement progresser la méthodologie économique, Mill n’a pas mis à profit ses découvertes pour son travail d’économiste. Ce fait regrettable, en passant, est représentatif de ce cloisonnement entre économie pure et méthodologie économique que nous évoquions dans l’introduction.

John E. Cairnes

Des nombreux disciples qu’eut John Stuart Mill, aucun ne contribua autant à la clarification des principes méthodologiques de l’économie politique que John Eliott Cairnes. Dans son très influent Logical Method of Political Economy, il s’intéressa aux questions méthodologiques et épistémologiques avec bon sens et rigueur. Il est souvent considéré comme le premier grand méthodologiste, et le contenu de son ouvrage empêche de lui contester ce titre.

Cairnes était par ailleurs un homme brillant, quoique peu original. Son ouvrage majeur, Some Leading Principles of Political Economy Newly Expounded, n’était rien de plus qu’une réexposition des Principes de John Stuart Mill, une vulgarisation moyenne qui avait en plus le défaut de contenir certaines erreurs absentes de l’original. De manière assez étonnante, il fut publié en 1874, c’est-à-dire après la révolution marginaliste, mais Cairnes passa à côté d’elle sans la voir. On aurait pu espérer de cet économiste compétent une critique « millienne » de cette nouvelle approche, mais on ne l’obtint pas. L’histoire de la pensée économique peut donc et doit donc se contenter de son ouvrage sur la méthodologie économique.

Pour Cairnes, la science économique ne pouvait pas être autre chose qu’une « science positive », c’est-à-dire que « ses prémisses ne sont pas des chimères arbitraires formées sans référence à la réalité » mais des faits incontestables de la nature humaine. [43] En cela, il rectifiait la trajectoire après les recommandations émises par John Stuart Mill, et réaffirmait l’une des données fondamentale de l’orthodoxie en matière de méthodologie économique, à savoir l’existence de « faits généraux » irréfutables à partir desquels il convient de bâtir les raisonnements théoriques en économie.

Après les atermoiements de certains, Cairnes sentait la nécessité de clarifier à nouveau les choses. Pour reprendre les mots de l’économiste anglais, « il existe certains faits ultimes dont l’existence et le caractère sont aisément vérifiables, qui sont d’une importance primordiale au regard des questions de la production et de la distribution des richesses, et qui offrent ainsi une base stable à partir de laquelle il est possible de déduire les lois guidant ces phénomènes. » [44] Là encore, il ne disait rien de plus que ses prédécesseurs.

Pour illustrer son raisonnement, Cairnes citait comme exemple l’attrait pour la richesse et l’aversion pour l’effort, et notait ainsi : « C’est une vérité positive, par exemple, que d’affirmer que les hommes désirent la richesse, et qu’ils recherchent, en accord avec ce que sont leurs lumières, les moyens les plus simples et les plus rapides d’atteindre les fins qu’ils visent, et que par conséquent ils désirent obtenir des richesses en utilisant le moins de travail possible ; et c’est une déduction logique de ce principe que, là où une parfaite liberté d’action est permise, les travailleurs rechercheront ces emplois, et les capitalistes ces investissements, dans lesquels, ceteris paribus, les salaires et les profits sont les plus hauts. » [45] Ainsi, procédant à partir de faits avérés et irréfutables, l’économie politique est donc une science déductive ou du moins elle se doit de l’être. Par ce biais, elle est capable, comme cet exemple nous le prouve, de parvenir à déterminer des vérités économiques en dehors de tout soupçon, c’est-à-dire sans que leur réfutation ne soit possible ni que la recherche de cette réfutation ne soit digne d’intérêt.

L’usage de la déduction n’empêche pas de recourir d’une manière approfondie à l’analyse des faits économiques ou aux statistiques. Pour autant, prévient Cairnes, l’économiste doit être bien conscient des outils par lesquels il peut parvenir à des vérités économiques, et ceux qui ne feront qu’accompagner cette recherche. En particulier, l’étude des statistiques économiques lui est d’aucune utilité pour la découverte des « faits ultimes » ou principes généraux qui sont la base de l’économie politique. Cairnes prend la peine de bien insister sur ce point. Il écrit notamment : « Afin de savoir, par exemple, pourquoi un fermier s’engage dans la production de blé, pourquoi il cultive sa terre jusqu’à un certain point, et pourquoi il ne la cultive pas davantage, il n’est pas nécessaire de tirer notre connaissance de généralisations provenant des statistiques sur le grain et sa culture, sur les sentiments mentaux qui stimulent la production du fermier, d’un côté, et, de l’autre côté, des qualités physiques du sol, desquelles la productivité de cette activité dépend. » [46] Cairnes continue en expliquant que de telles recherches sont stériles pour la simple et bonne raison que les fondements explicatifs de tels phénomènes économiques peuvent être immédiatement trouvés dans le sujet lui-même, i.e. dans ces deux vérités fondamentales que sont d’une part l’attrait pour la richesse et de l’autre l’aversion pour l’effort.

Reprenant les restrictions posées par Nassau William Senior et John Stuart Mill, Cairnes admettra néanmoins que ces prémisses incontestables peuvent être incomplètes : bien qu’elles constituent des principes fondamentaux qui, en dernière analyse, déterminent le cours de tel ou tel phénomène économique, elles ne suffisent pas toujours à en expliquer le comportement. Prenant une analogie avec les sciences naturelles, Cairnes fait remarquer que la loi de gravitation ne suffit pas non plus à indiquer quelle trajectoire exacte tracera la parabole de la chute d’un projectile donné : la friction de l’air, notamment, entre également en jeu. [47] De la même façon, l’économie politique peut fournir des principes généraux et en déduire les conclusions particulières, mais ne saura jamais faire plus que définir comment sont les choses en « l’absence de causes perturbatrices », selon les mots de Cairnes. [48]

En définitive, nous trouvons suffisamment peu de différences entre Cairnes et les précédents auteurs « classiques » pour faire de ce dernier le grand représentant de cette grande tradition. Les quelques différences ont été expliquées avec talent par Blaug : « S’il existe vraiment une différence entre Mill et Cairnes — et elle est de l’épaisseur d’un cheveu — elle tient à ce que Cairnes est plus strident et dogmatique dans son rejet de la possibilité pour les théories économiques d’être réfutées par la simple comparaison entre leurs implications et les faits. L’explication peut se trouver dans la personnalité des deux hommes, mais, en outre, Cairnes a vécu la montée en puissance de l’Ecole Historique Anglaise, et était clairement irrité par le mépris sans fin que les membres de cette école avaient versé sur les postulats irréalistes (sic) de l’économie classique. » [49]

Walter Bagehot

Au milieu du XIXe siècle, les principes méthodologiques défendus par les auteurs cités précédemment avaient déjà conquis une position fort enviable, et des économistes assez peu versés dans la théorie pure s’en firent les promoteurs. Tel fut Walter Bagehot. Editeur de The Economist et auteur de très nombreux essais sur l’économie, la politique, l’histoire et la littérature, Bagehot contribua également à la clarification des principes méthodologiques de l’économie politique. Il serait excessif de considérer sa contribution comme fondamentale ou même innovante. Pourtant, au moment où de vifs débats méthodologiques venaient de naître en Europe, il resta une voix de sagesse et de mesure. Dix ans avant que John Neville Keynes n’écrive la référence sur ces questions, l’ouvrage de Walter Bagehot indiqua aux économistes la marche à suivre, et ce avec un certain bon sens. Dans ce livre, il y défendit la méthode a priori héritée de ses prédécesseurs, et conseilla la formulation de déductions à partir de principes incontestables.

Bagehot était conscient de l’importance des questions méthodologiques, et ce malgré le fait qu’il ait été lui-même davantage un penseur politique et un journaliste qu’un économiste professionnel. « Si vous essayez de résoudre les problèmes économiques sans être équipé d’une méthode, expliquait-il par exemple, vous avez autant de chance d’échouer que si vous essayez de prendre une forteresse militaire — Metz ou Belfort — par des moyens traditionnels. Il vous faut des armes pour attaquer ces forteresses, et une méthode pour attaquer ces problèmes. » [50]

En outre, et bien que nous aurons l’occasion de traiter cette question plus en détail dans une prochaine partie, notons qu’il rejeta l’usage des mathématiques comme non pertinents pour une science qui traite avant tout de phénomènes humains, inaptes à être modélisés ou formalisés mathématiquement.

John Neville Keynes

Le développement de cette orthodoxie atteignit son niveau le plus haut avec la publication de l’œuvre d’un auteur bien méconnu, malgré son nom célèbre. John Neville Keynes, le père de Maynard, fut l’auteur d’un ouvrage de référence sur la méthodologie en économie, intitulé The Scope and Method of Political Economy. Dans ces pages, Keynes traita consciencieusement des principes méthodologiques de la science économique. A la suite de Senior, Mill, et Cairnes, dans la lignée desquels il affirma se placer, Keynes réécrivit clairement que l’économie politique devait être « positive, et non pas éthique ou pratique, et sa méthode abstraite et déductive » [51] et que cette science était elle-même « une division de la philosophie générale de la société. » [52]

D’une manière générale, Keynes n’ignorait pas ce qu’il devait à ses prédécesseurs, et il ne cacha pas sa dette envers eux. Tant pour ses définitions que pour ses exemples, il prit soin de se reporter à Cairnes, Mill, et les autres, des auteurs qui faisaient pleinement autorité à son époque. Ainsi, écrit Keynes, « la bonne méthode de procéder est déductive, ou, comme la qualifie Mill, a priori » : l’économiste doit ainsi partir de « circonstances prédominantes, qui sont des faits simples et indiscutables de la nature humaine » et en déduire les implications dans diverses applications pratiques. [53]

Keynes apportait une version plus satisfaisante et moins étriquée de l’orthodoxie de Senior et Cairnes, après les premières attaques que celle-ci avait eu à subir. Comme le chapitre suivant le racontera plus en détails, les années 1880 virent culminer un débat sur la méthodologie entre l’Ecole Historique Allemande de Schmoller et l’Ecole Autrichienne de Menger. Bien que les adjectifs nationaux puissent faire croire le contraire, ce débat ne resta pas cantonné aux deux pays mais fut l’objet de vifs échanges dans l’Europe entière. Pour autant qu’on puisse réduire à une seule cause majeure les motivations nombreuses qui poussent un auteur à écrire un ouvrage, nous pouvons dire que The Scope and Method of Political Economy fut la réponse de la tradition déductive « classique » face aux prétentions et aux critiques des partisans de l’historicisme. [54]

De manière à prendre en compte les critiques de l’Ecole Historique tout en réaffirmant la pertinence de la méthode déductive « classique », Keynes souligna à de nombreuses reprises l’utilité des données historiques pour la recherche théorique, et régla cette question, que nous étudions dans un prochain chapitre, de manière tout à fait satisfaisante. Sans doute dans le but de prouver qu’une partie des critiques de l’Ecole Historique étaient infondées, Keynes se référa à Adam Smith, qui, selon lui, avait montré comment les digressions historiques pouvaient soutenir et accompagner les raisonnements théoriques. Il arriva à la conclusion que la science économique commence et finit dans l’empirisme et le concret, mais que le processus de recherche théorique ne pouvait se faire qu’au moyen de la déduction abstraite défendue par Cairnes, Mill, et les autres.

Son ouvrage fut très bien accueilli, et resta pour longtemps la référence en la matière. Ecrivant au milieu du siècle dernier, Joseph Schumpeter notera ainsi que « l’excellent ouvrage de J.N. Keynes régla la plupart des questions méthodologiques dans un esprit de raisonnable impartialité et à la satisfaction du monde professionnel. Pendant deux décennies, ce livre a occupé une position d’autorité qu’il méritait parfaitement. On peut en recommander la lecture, même après tant d’années, à cause de ses mérites aussi bien que de son succès. » [55]

Au tournant du siècle, la tradition déductive et aprioriste semblait solidement enracinée. Pour autant, cinquante ans plus tard, la situation avait changé du tout au tout.

Nous verrons plus tard ce renversement, mais évoquons d’abord l’un de ceux qui, étrangement seul, défendit courageusement la tradition de Senior, Mill, Cairnes et les autres, contre les vagues déferlantes de la contestation positiviste. Il s’agit de Lionel Robbins, dans son Essai sur la Nature et la Signification de la Science Economique, paru en 1932. Selon les mots de Mark Blaug, Lionel Robbins eut comme objectif de « montrer que ce que les économistes orthodoxes avaient fait était encore tout à fait pertinent. » [56]

Robbins rejeta de manière très claire la tentation de beaucoup d’économistes de l’époque de considérer la science économique comme obéissant aux mêmes lois et à la même dynamique que les sciences naturelles. Ainsi que le notera Robbins, « nous provoquerons moins de dégâts en mettant l’accent sur les différences entre les sciences naturelles et les sciences sociales plutôt qu’en insistant sur leurs similarités. » [57] Cela signifiait, dans la pratique, que les résultats tirés de l’observation, qu’elle soit statistique ou historique, ne pourraient fournir à l’économiste aucune ressource permettant l’obtention de lois économiques. Aucune prédiction ne saurait être obtenue par les méthodes calculatoires. Robbins prenait l’exemple de l’élasticité de la demande pour expliquer que ces données, par leur instabilité, ne peuvent donner naissance à des généralisations quelconques. [58] Contre l’historicisme ambiant et les premières vagues positivistes, il tentera — sans grand succès — de remettre au goût du jour la tradition héritée de Say.

Aussi bien enracinée qu’elle fût, la méthodologie classique eut dès lors à affronter bien des tempêtes — nous raconterons prochainement cette histoire. Mais ce n’était pas la première vague qui secouait le navire. Dans les années 1870 avait déjà éclaté un « débat sur la méthode » (Methodenstreit) entre les méthodologistes « classiques », représentée par l’Ecole Autrichienne, et les méthodologistes de l’Ecole Historique Allemande.

NOTES

  1. John Stuart Mill, « On the definition of Political Economy and on the Method of Investigation Proper to It », in Essays on some unsettled questions of Political Economy (1844), Collected Works, Vol. 3, Essays on Economics and Society, p.310. Non sans un certain bon sens, Joseph A. Schumpeter a résumé cet argument en disant que « dans la recherche comme ailleurs, nous agissons d’abord puis nous réfléchissons. » (J.A. Schumpeter, History of Economic Analysis (1954), Routledge, 1981 p.509)
  2. Wilhelm Hasbach, « Über eine andere Gestaltung des Studiums der Wirtschaft-swissenschaften », Jahrbuch für Gesetzgebung, Verwaltung und Volkswirtschaft im Deutschen Reich, 11, 1887, p.587
  3. S. Dow, The Methodology of Macroeconomic Thought : A conceptual Analysis of Schools of Thought in Economics, Edward Elgar, 1996, pp.10-13
  4. Hector Denis, Histoire des systèmes économiques et socialistes, 1904, p.153
  5. Daniel Klein, « Deductive Economic Methodology in the French Enlightenment : Condillac and Destutt de Tracy », History of Political Economy, 17:1, 1985, Duke University Press, p.54
  6. Voir notamment Condillac, Le Commerce et le Gouvernement considérés relativement l’un à l’autre (1776), in Œuvres philosophiques de Condillac, 1947, p.248
  7. J.A. Schumpeter, History of Economic Analysis (1954), Routledge, 1981 p.172
  8. Le vocable « économistes classiques » fut introduit par Karl Marx dans Le Capital pour qualifier David Ricardo et ses prédécesseurs depuis William Petty. John Maynard Keynes l’utilisa plus tard en incorporant tous les économistes qui, de Ricardo à Pigou, ne rejetaient pas la Loi de Say. Joseph A. Schumpeter, enfin l’employa pour rassembler les économistes qui publièrent leurs travaux entre 1798 (l’Essai sur le principe de Population de Malthus) et 1871 (les Principes d’économie de Menger). Nous reprendrons ici une définition plus traditionnelle du mot, en incorporant sous ce vocable tous les économistes qui publièrent avant 1871 et tâchèrent d’approfondir les théories d’Adam Smith. Cela comprend donc notamment Ricardo, Malthus, Mill, Bentham, MacCulloch, Cairnes, et même le plus original Jean-Baptiste Say. Karl Marx, Stanley Jevons, Léon Walras, Augustin Cournot : tels sont quelques exemples de ceux qui n’y figurent pas.
  9. Mark Blaug, The Methodology of Economics, Cambridge University Press, 1993, p.52
  10. Thomas Sowell, Classical Economics Reconsidered, Princeton University Press, 1994, pp.112-113 Remarquant bien cet usage de la déduction et de l’induction dans le même ouvrage, et à l’intérieur même de raisonnements particuliers, Marx commentera de la même façon : « Chez Smith les deux méthodes d’étude ne font pas que marcher l’une à côté de l’autre, mais s’entremêlent et se contredisent constamment. » (Karl Marx, Theories of Surplus Value: Part II, Lawrence & Wishart, 1969, p.165)
  11. Cliff Leslie, « The Political Economy of Adam Smith », reprinted in Essays in Political and Moral Philosophy, Hodges, Foster, & Figgis, 1879, p.151
  12. John Maynard Keynes, Théorie Générale de l’Emploi, de l’Intérêt et la Monnaie, Macmillan, 1936, p. 54
  13. Joseph Schumpeter, Histoire de l’analyse économique. Tome II. L’Age Classique, Gallimard, 2004, p.134 ; Voir aussi Thomas Sowell, Classical Economics Reconsidered, Princeton University Press, 1994, p.122
  14. Murray Rothbard, An Austrian Perspective on the History of Economic Thought, Volume II. Classical Economics, Ludwig von Mises Institute, 2006, p.12
  15. « Travailler à la Bourse de Londres nécessitait une capacité à prendre des décisions rapidement et à solutionner les problèmes en les réduisant à des relations analytiques élémentaires. Pour un économiste, cette méthode ne peut mener qu’à ce qu’on peut appeler la "myopie de l’agent de change". » (Deborah A. Redman, The Rise of Political Economy as a Science, MIT Press, 1997, pp.288-289)
  16. D. Coleman, History and the Economic Past, Clarendon Press, 1987, p.23 ; Voir aussi J.A. Schumpeter, History of Economic Analysis (1954), Routledge, 1981 p.472
  17. Thomas R. Malthus, Principes d’économie politique, p.X Pour compléter la note sur la critique de Ricardo par Malthus : Malthus faisait quant à lui reposer ses analyses sur un mélange confus entre déduction et induction. Nous n’en traitons pas ici d’un détail puisqu’elle relève essentiellement de la même tare qu’Adam Smith et qu’elle est plus bancale et moins brillante que celle son maître écossais.
  18. Robert Torrens, An Essay on the production of wealth, 1821, p.IV
  19. Ibid., p.V
  20. Thomas Sowell, Classical Economics Reconsidered, Princeton University Press, 1994, p.113
  21. Dimitris Milonakis & Ben Fine, From Political Economy to Economics. Method, the social and the historical in the evolution of economic theory, Routledge, 2009, p.5
  22. Philip Henry Wicksteed, Common sense of political economy, Volume 1, 1910, p.XVI
  23. William Stanley Jevons, préface à la deuxième edition anglaise de The Theory of Political Economy, 1879, pp.27-28
  24. Murray Rothbard, « Jean-Baptiste Say and the method of praxeology », in An Austrian Perspective on the History of Economic Thought, Volume II. Classical Economics, Ludwig von Mises Institute, 2006, p.82
  25. Jean-Baptiste Say, Traité d’économie politique, ou simple exposition de la manière dont se forment, se distribuent et se consomment les richesses, Guillaumin, 1861, p.3 ; Institut Coppet, 2011, p.9
  26. Ibid., p.6 ; p.11
  27. Ibid., p.11 ; p.14
  28. Ibid, pp.5-6 ; p.11
  29. Ibid.
  30. La formule vient de G.C Roche, Frédéric Bastiat, A Man Alone, Arlington House, 1971, p.231.
  31. Mark Thornton, « Frédéric Bastiat was an Austrian Economist, », Journal des Economistes et des Etudes Humaines, 11, no. 2/3 (Juin/Septembre 2001), p.390
  32. Cf. Frédéric Bastiat, Ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas, Ed. Romillat, 1990
  33. Frédéric Bastiat, Œuvres Complètes, Tome 6, pp.84-85
  34. Nassau W. Senior, An Introduction Lecture on Political Economy, 1827, p.7
  35. Nassau W. Senior, « Statement of the four elementary propositions of the science of political economy », in Political Economy, Griffin & co., 1851, p.26
  36. John Stuart Mill, Collected Works, vol. 4, Essays on Economy and Society, University of Toronto Press, 1967, p.330
  37. Ibid.
  38. John Stuart Mill, Sur la définition de l’économie politique et sur la méthode d’investigation qui lui est propre, 1836, cité par Clerc Denis, « Economie politique : la méthode de John Stuart Mill », L'Économie politique, 2005/3 no 27, p.103
  39. John Stuart Mill, « On the Definition of Political Economy, and on the Method of Investigation Proper to It », in Essays on Some Unsettled Questions of Political Economy, p.326
  40. N. De Marchi, « The empirical content and longevity of Ricardian economics », Economica, 37, 1970, p. 266
  41. M. De Vroey, « The Transition from Classical to Neoclassical Economics: A Scientific Revolution », Journal of Economic Issues, vol IX, no 3, 1975, pp. 431-432
  42. Jacob Viner, The Long View and the Short, The Free Press, 1958, p. 329
  43. John E. Cairnes, The Character and Logical Method of Political Economy, Batoche Books, 2001, p.35
  44. Ibid, p.41
  45. Ibid, p.35
  46. Ibid, p.50
  47. Ibid, p.61
  48. Ibid, p.61
  49. Mark Blaug, The Methodology of Economics, Cambridge University Press, 1993, p.69
  50. Walther Bagehot, The Postulates of English Political Economy, cité dans John Neville Keynes, Scope and Method of Political Economy, Batoche Books, 1999, p.97
  51. John Neville Keynes, Scope and Method of Political Economy, Batoche Books, 1999, p.12
  52. Ibid., p.56
  53. Ibid., p.13
  54. Cf. P. Dean, « The Scope and Method of Economic Science », Economic Journal, 93, 1983, pp.1-12.
  55. Joseph A. Schumpeter, Histoire de l’analyse économique, Tome III. L’Âge de la Science, Gallimard, 2004, p.106
  56. Mark Blaug, The Methodology of Economics, Cambridge University Press, 1993, p.76
  57. Lionel Robbins, An Essay on the Nature and Significance of Economic Science, Macmillan, 1935, pp. 111-12
  58. Ibid, p.106
Introduction << Benoît Malbranque  —  Introduction à la méthodologie économique >> Chapitre 2 : La bataille des méthodes