Lysander Spooner:Les Vices ne sont pas des crimes - XV

De Librairal
Les Vices ne sont pas des crimes - XIV << Lysander Spooner  —  Les Vices ne sont pas des crimes >> Les Vices ne sont pas des crimes - XVI


Lysander Spooner:Les Vices ne sont pas des crimes - XV


Anonyme


XV

Mais ces hommes, qui proclament que le gouvernement devrait utiliser son pouvoir pour empêcher le vice, diront, ou ont l'habitude de dire : "Nous reconnaissons le droit d'un individu à chercher son propre bonheur de la manière qui lui plaît, et par conséquent d'être aussi vicieux qu'il le désire ; nous proclamons seulement que le gouvernement interdira à la vente les articles par lesquels il nourrit son vice".

La réponse à cela est que la simple vente de n'importe quel article - indépendamment de l'utilisation qu'on va en faire - est d'un point de vue légal parfaitement innocent. La qualité de l'acte de vendre dépend entièrement de la qualité de l'utilisation pour laquelle la chose est vendue. Si l'utilisation de n'importe quelle chose est vertueuse et légale, alors sa vente, pour cet usage, est vertueuse et légale. Si l'utilisation est vicieuse, alors sa vente, pour cet usage, est vicieuse. Si l'utilisation est criminelle, alors sa vente, pour cet usage, est criminelle. Le vendeur est, au pire, seulement un complice de l'utilisation faite de l'article vendu, que cette utilisation soit vertueuse, vicieuse, ou criminelle. Quand l'utilisation est criminelle, le vendeur est un complice du crime, et peut être puni en tant que tel. Mais lorsque l'utilisation est seulement vicieuse, le vendeur n'est que complice du vice, et ne peut pas être puni.

Les Vices ne sont pas des crimes - XIV << Lysander Spooner  —  Les Vices ne sont pas des crimes >> Les Vices ne sont pas des crimes - XVI